Article

Action de l’UNESCO pour répondre aux défis éducatifs rencontrés par les peuples autochtones pendant la pandémie de COVID-19

06/08/2020

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, l’UNESCO a lancé diverses initiatives pour soutenir les États membres dans leurs efforts visant à atténuer l’impact immédiat des fermetures d’établissements scolaires, en particulier dans les communautés vulnérables et défavorisées. Ces fermetures accentuent les inégalités d’apprentissage et touchent de façon disproportionnée les enfants et les jeunes, y compris parmi les peuples autochtones.

Bien que la couverture Internet ait connu un fort développement au cours des dernières décennies, seulement 58,7 % de la population mondiale y a accès : en décembre 2019, 3,2 milliards de personnes ne disposaient d’aucune connexion. Une grande partie d’entre elles habitent des régions rurales ou montagneuses, difficiles d’accès, ou vivent en zone urbaine dans des conditions d’extrême pauvreté.

Que fait l’UNESCO pour assurer l’accès des peuples autochtones à l’apprentissage ?

  • L’UNESCO a créé un répertoire des plates-formes et outils d’apprentissage nationaux pour favoriser la continuité du programme scolaire. La Nouvelle-Zélande offre plusieurs exemples d’actions spécifiques liées au COVID-19 et axées sur les populations autochtones qui visent à assurer un accès universel aux cours dispensés dans le cadre du programme scolaire (spécificité linguistique prise en compte par les chaînes de télévision diffusant en anglais et en maori, par ex. Ki te Ao Mārama). Au Canada, le site d’apprentissage à la maison Nunavut Angirrami Illinniarniq propose en accès gratuit certaines des ressources pédagogiques utilisées dans les écoles. En ce moment, l’accent est mis sur la mise à disposition des ressources inuktitut pour les familles.
  • L’UNESCO a créé des pages Web consacrées aux réponses apportées au COVID-19 au niveau régional, notamment pour la région Amérique latine et Caraïbes, où l’UNESCO a entendu l’appel lancé par les organisations autochtones en faveur de l’adoption d’une approche fondée sur les droits pour lutter contre la pandémie, conformément à la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. L’Organisation prône l’inclusion des savoirs et cultures autochtones dans la conception et la mise en œuvre des initiatives visant à protéger la population, l’amélioration de la connectivité et de l’accès aux appareils mobiles dans les communautés rurales et isolées afin de maintenir l’enseignement à distance et en ligne, ainsi que la mise à disposition de matériel pédagogique et d’information sur le COVID-19 en langues autochtones.
  • Le Bureau de l’UNESCO à Lima a apporté son soutien à plusieurs mesures prises au sein de la sphère éducative pour remédier à l’arrêt des activités académiques présentielles. Le programme Aprendo en casa propose à tous les apprenants de l’enseignement formel des contenus pédagogiques diffusés sur les médias numériques, à la télévision et à la radio. Ces contenus sont proposés en 10 langues autochtones ainsi qu’en langage des signes.
  • L’UNESCO a préparé un Cadre pour la réouverture des écoles dans le but de rouvrir les établissements scolaires en prêtant une attention particulière aux apprenants issus de milieux défavorisés, y compris ceux issus de communautés autochtones. La réouverture des écoles entraîne de multiples défis, parmi lesquels : donner la priorité aux groupes cibles (en fonction, par exemple, du milieu socio-économique, du niveau d’enseignement, etc.), fixer le calendrier scolaire, organiser les processus d’enseignement et d’apprentissage tout en maintenant la distanciation physique et sociale, gérer l’absentéisme et le décrochage scolaire, prendre en charge les groupes à besoins spécifiques, mettre en place des mesures sanitaires, etc.

En savoir plus sur la réponse de l’UNESCO aux perturbations de l’éducation dues au COVID-19.