Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

AfricaCodeWeek 2018 a été lancée à l’occasion de la Journée mondiale des enseignants, en coopération avec YouthMobile

08 Octobre 2018

C’est en présence de l’Honorable Dr Siyabonga Cwele, Ministre Sud-Africain des Télécommunications et des Postes et de l’Honorable Mme Pinky Kekana, Sous-Ministre des Communications, que l’édition 2018 de Africa Code Week (la Semaine Africaine du Code), a débuté à Johannesburg en Afrique du Sud. Organisée en collaboration avec le programme YouthMobile de l’UNESCO et le Ministère Fédéral allemand pour la Coopération Economique et du Développement (BMZ), l’initiative a initié au fil des ans, plus de 1,8 millions de jeunes africains, enseignants et éducateurs au codage informatique dans de nombreux pays du continent.

Lancée à l’occasion de la Journée mondiale des enseignants, Africa Code Week se déroulera tout le long du mois d’octobre et cherchera à atteindre 600 000 jeunes originaires de 36 pays africains, grâce aussi au soutien de nombreux bureaux hors-Siège de l’UNESCO.

Après avoir salué et loué l’initiative, l’Honorable Dr. Siyabonga Cwele a souligné qu’il était crucial de continuer à établir des partenariats entre les gouvernements, le secteur privé et la société civile afin de faire face aux défis posés par la Quatrième Révolution Industrielle. Le Ministre a également souligné l’importance de créer les conditions nécessaires pour l’inclusion des enseignants dans le processus et a appelé à « démystifier le code et à préparer nos enseignants » afin « d’assurer que les enfants et la jeunesse africaine aient les compétences suffisantes pour faire face à la révolution digitale du 21e siècle et puissent contribuer significativement à l’économie ». L’Honorable Dr. Siyabonga a également appelé à prendre des mesures afin d’autonomiser les femmes en termes d’accès et de compétences en TIC du fait de l’actuelle augmentation de l’écart hommes-femmes en la matière. 

Se référant aux discussions de Sommet sud-africain sur le travail (Jobs Summit 2018), l’Honorable Mme Kekana a rappelé la nécessité de mettre en œuvre des solutions multiples plutôt que de se contenter de soulever les problèmes. Selon elle « Les compétences numériques sont requises par la croissance de l’économie digitale qui est universelle et durable ». Des initiatives telles que Africa Code Week font du « codage la nouvelle langue anglaise de l’économie digitale » a-t-elle ajouté.

« En apprenant à coder, la technologie peut changer des vies et la société : il s’agit plutôt de créativité et de résolution de problèmes », a indiqué Mme Cathy Smith, Directrice Générale de SAP Africa. Exposant les motivations de SAP dans la conduite de cette initiative au succès grandissant, Mme Smith a ajouté qu’« en inspirant une nouvelle génération de jeunes africains au travers du développement des compétences numériques et en autonomisant les enseignants et les communautés avec des outils d’enseignement digitaux, nous recherchons à accélérer la culture numérique tout en assurant la formation d’une main-d’œuvre plus inclusive et portée par l’innovation ».

Lors d’une table ronde avec M. Roland Lindenthal (BMZ), Mme Baratang Miya (#Girl Hype) et M. Storti, coordinateur de YouthMobile à l’UNESCO, il a été souligné que cette initiative est un exemple d’une collaboration fructueuse avec de multiples parties prenantes et que pour que ces actions et l’engagement des enseignants soient durables, il est nécessaire d’assurer des mesures de suivi.

Au cours de la rencontre, il a été rappelé que les partenaires clés de Africa Code Week – l’initiative YouthMobile de l’UNESCO et le Ministère Fédéral allemand pour la Coopération Economique et du Développement (BMZ) – avaient déjà collaboré en 2017 dans le cadre de l’initiative G20 #eSkills4girls. #eSkills4Girls s’intéresse aux actions réduisant l’écart hommes-femmes dans le monde digital en augmentant l’accès des femmes et des filles au monde digital à l’échelle mondiale et en promouvant une éducation pertinente et des opportunités de carrière.

La Journée mondiale des enseignants est tenue tous les ans le 5 octobre depuis 1994 et commémore l’anniversaire de l’adoption de la Recommandation OIT/UNESCO de 1966 concernant la condition du personnel enseignant. Cette année les célébrations aspiraient à rappeler à la communauté mondiale que « Le droit à l’éducation est le droit à un enseignant qualifié ». Ce thème a été choisi pour marquer le 70e anniversaire de la Déclaration Universelle des droits de l’homme de 1948, où l’éducation y est reconnue comme étant un droit fondamental clé. Un droit qui ne peut être respecté sans la présence d’enseignants qualifiés.

Cette année, dans l’optique de Africa Code Week, des ateliers de formation de formateurs ont été organisés par SAP et ses partenaires dans 20 pays. 500 enseignants ont été formés au Ghana, 1200 au Nigéria, 200 à Madagascar et 1000 au Botswana.

Cette édition est soutenue par de nombreux bureaux de l’UNESCO en Afrique : Dakar, Nairobi, Yaoundé, Accra, Kinshasa, Harare, Maputo et Windhoek, en collaboration avec plusieurs réseaux de l’UNESCO.

Pour la troisième année consécutive, Google soutient également la Semaine Africaine du Code dans l’optique de créer plus de créateurs et de startups technologiques par des africains et pour des africains.

Depuis 2014, l’initiative YouthMobile de l’UNESCO déploie et soutient des projets à travers le monde afin de promouvoir l’apprentissage de compétences digitales techniques auprès des femmes et des hommes, les citoyens du monde d’aujourd’hui et de demain.

Pour savoir quand les activités de l’initiative Africa Code Week auront lieu dans votre pays, veuillez consulter la page suivante https://africacodeweek.org/activities/2018-calendar/.