Story

Un appel commun pour la science ouverte

27/10/2020

Nous, Directeurs généraux de l’UNESCO et de l’OMS et Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, réaffirmons le droit fondamental de bénéficier du progrès scientifique et de ses applications et plaidons pour une science ouverte, inclusive et collaborative.

Considérant que la science ouverte peut réduire les inégalités, aider à relever les défis immédiats de la COVID-19 et accélérer les progrès en vue de la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030, en conséquence :

  • nous appelons chaque État membre à garantir le droit fondamental d’accès à la recherche scientifique et à ses applications, en vue de constituer un fonds commun mondial de connaissances et de combler les lacunes existantes dans le domaine de la science, de la technologie et de l’innovation, en particulier dans les pays en développement et en ce qui concerne les femmes ;

  • nous nous engageons à soutenir la communauté scientifique internationale en favorisant une culture de la collaboration et de la solidarité, plutôt que de la compétition, ainsi qu’en partageant les résultats de la recherche et les connaissances chaque fois que possible afin de rendre la science largement accessible à tous ;

  • nous nous engageons à promouvoir la mise en place et le partage de cadres juridiques et de politiques permettant d’appliquer efficacement les principes de la science ouverte ;

  • nous rappelons que les politiques publiques, pour être efficaces et durables, doivent reposer sur des informations, des faits et des connaissances scientifiques vérifiés, dans l’intérêt de tous ;

  • nous appuyons le formidable potentiel de la science s’agissant de répondre aux besoins de la société et de façonner l’avenir de l’humanité, lorsqu’elle se fonde sur l’égalité des chances et la culture scientifique pour tous ;

  • nous reconnaissons que la science ouverte est essentielle pour améliorer et préserver la prospérité socioéconomique et l’intégration à l’économie mondiale, et que les liens d’interdépendance croissants du monde actuel ont contribué à donner forme à une approche moderne de la science ;

  • nous considérons que la coopération et la diplomatie scientifiques ont la capacité d’unir les nations, la société civile, le secteur privé et le monde, et soulignons l’importance d’une prise de décision fondée sur des données factuelles ;

  • nous appelons les États membres et l’ensemble des parties prenantes à se joindre à l’Appel à la solidarité et au Fonds commun d’accès aux technologies contre la COVID‑19 de l’OMS, qui vise à faciliter le partage des connaissances, de la propriété intellectuelle et des données pour faire face à la pandémie.

L’idée maîtresse de la science ouverte est de permettre que les informations, les données et les résultats scientifiques soient plus largement accessibles (libre accès) et soient exploités de manière plus fiable (données ouvertes), avec la participation active de toutes les parties prenantes (ouverture vers la société). Le mouvement de la science ouverte, qui a pris naissance au sein de la communauté scientifique, s’est rapidement propagé d’un pays à l’autre, appelant à l’ouverture des portes de la connaissance. Dans un environnement scientifique et politique fragmenté, il est nécessaire de renforcer la compréhension globale des possibilités et des défis de la science ouverte.

Nous invitons tous les États membres, les responsables politiques, les représentants de la société civile, les réseaux de jeunes et la communauté scientifique à défendre les idéaux de la science ouverte, à tous les stades du processus scientifique, en vue de l’élaboration de la recommandation internationale sur une science ouverte.