Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Apprendre pour une ère nouvelle : promouvoir l’état de droit par l’éducation

08 Mars 2019

promoting_rule_of_law.jpg

Getty Images / SIphotography

À une époque où les sociétés sont de plus en plus polarisées, comment les écoles peuvent-elles offrir aux jeunes un modèle d’engagement responsable pour promouvoir des sociétés pacifiques et inclusives ?

« L’éducation à la citoyenneté mondiale joue un rôle important pour cultiver un sentiment de responsabilité partagée pour notre avenir commun. Il est essentiel de réaffirmer les valeurs communes clés telles que l’inclusion et la paix, afin d’établir de nouvelles formes de solidarité fondées sur les droits de l’homme et la tolérance », a souligné la Sous-Directrice générale de l’UNESCO pour l’éducation, Mme Stefania Giannini, à l’ouverture du Forum WISE@Paris qui s’est tenu le 20 février 2019 au Siège de l’UNESCO.

L’importance des valeurs a été exprimée par l’Ambassadeur et délégué permanent de l’État du Qatar auprès de l’UNESCO, S. E. M. Ali Zainal, qui, dans son allocution d’ouverture, a insisté sur le fait que « l’enseignement du respect des êtres humains est essentiel, en particulier entre les hommes et les femmes. »

La nouvelle publication de l’UNESCO et de l’ONUDC intitulée « Strengthening the Rule of Law through Education: A Guide for Policymakers » (Renforcer l’état de droit par l’éducation : guide à l’intention des décideurs politiques) a été présentée à l’occasion du Forum WISE@Paris sur les « Perspectives pour l’éducation : encourager des sociétés de l’apprentissage ». La publication conjointe se penche sur le rôle que peuvent jouer les établissements éducatifs afin de promouvoir l’état de droit et la construction de nouvelles formes de participation fondées sur la citoyenneté mondiale, les droits humains et l’inclusion. Les débats tenus durant le Forum ont mis en lumière le rôle fondamental de l’éducation pour développer des valeurs clés chez les enfants et les jeunes, afin qu’ils puissent soutenir et participer à la construction de sociétés justes et inclusives.

Comme l’a déclaré Dov Lynch, Chef de la Section de l’éducation à la citoyenneté mondiale à l’UNESCO, « nous avons besoin de l’éducation pour une ère nouvelle. Dans la société interconnectée et globalisée d’aujourd’hui, il est essentiel d’apprendre à vivre ensemble pacifiquement, et le rôle de l’éducation à cet égard est plus indispensable que jamais. »

Les défis contemporains exigent de nouveaux moyens de remédier aux problèmes et de nouvelles formes de collaboration entre les différents secteurs, comme l’illustre le partenariat établi entre l’UNESCO et l’ONUDC visant à promouvoir l’état de droit par l’éducation à la citoyenneté mondiale.

Marco Teixeira, responsable principal de projet à l’ONUDC, a souligné que « ce partenariat unit les efforts de l’UNESCO en matière d’éducation à la citoyenneté mondiale et l’initiative Éducation pour la justice (E4J) de l’ONUDC dans le cadre du Programme mondial pour la mise en œuvre de la Déclaration de Doha, afin de progresser dans la réalisation des objectifs de développement durable 4 sur l’éducation de qualité et 16 sur la paix, la justice et les institutions efficaces. »

Pour que les écoles puissent promouvoir un engagement transformateur, il est nécessaire d’adopter une approche holistique dans laquelle différents acteurs renforcent des valeurs telles que l’inclusion, le respect de l’état de droit et la paix. Dans ses remarques de clôture, Elodie Beth-Seo, responsable principale de projet à l’UNESCO, a appelé à la responsabilité de chacun pour « initier ce changement dès maintenant dans nos foyers, dans nos écoles et dans nos communautés. »

Cela étant dit, les élèves ne peuvent acquérir les valeurs de la citoyenneté mondiale qu’à une seule condition : la présence d’enseignants formés et motivés qui donnent l’exemple.

Le Forum WISE@Paris à l’UNESCO a également donné lieu à une autre série de discussions sur l’autonomisation des enseignants au XXIe siècle. Les participants se sont demandé comment les pays pouvaient remplir leurs engagements, au titre de la Déclaration d’Incheon, à faire en sorte « que les enseignants et les éducateurs aient les moyens d’agir, soient recrutés de manière adéquate, jouissent d’une formation et de qualifications professionnelles satisfaisantes, et soient motivés et soutenus au sein de systèmes gérés de manière efficace et efficiente, et dotés de ressources suffisantes ».

L’UNESCO agit sur ces deux fronts pour préparer les enseignants et les élèves à une ère nouvelle – en promouvant une éducation à la citoyenneté mondiale qui mette en avant les valeurs de l’inclusion et du respect de l’état de droit, ainsi qu’en aidant les pays à combler le déficit d’enseignants et à fixer des normes concernant les qualifications des enseignants.