Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Un atelier régional NTI pour promouvoir les bonnes pratiques en matière d’élaboration et de mise en œuvre des politiques enseignantes en Afrique subsaharienne

17 Octobre 2019

En étroite collaboration avec l’Institut international pour le renforcement des capacités en Afrique (IICBA), l’Institut international de planification de l’éducation (IIPE) et l’Équipe spéciale internationale sur les enseignants pour Éducation 2030 (TTF), l’UNESCO a organisé un atelier régional à Dakar, au Sénégal, dans le but de renforcer les capacités en matière d’élaboration et de mise en œuvre des politiques enseignantes dans les quatre pays participant à l’Initiative norvégienne sur les enseignants (NTI).

La NTI en tant que plate-forme multipartite

« Le premier succès de la NTI a été sa capacité à rassembler autant de personnes d'une manière structurée. Après avoir achevé l'activité de cartographie des pays, nous avons maintenant une idée claire de là où nous en sommes et de ce que nous avons fait. » Cette perspective énoncée par Misheck Munthali, Directeur du Département de la formation et du développement des enseignants au Malawi, a été incontestablement renforcée par les présentations collaboratives de chaque groupe de pays et de ses différents participants, guidant l'identification des priorités de leur pays pour l'élaboration ou la mise en œuvre de sa politique enseignante. L'atelier a réuni des représentants du ministère de l'Éducation et du Syndicat d’enseignants des quatre pays couverts par l’initiative NTI – Burkina Faso, Ghana, Malawi et Ouganda – qui jouent tous un rôle important dans l'élaboration et la mise en œuvre des politiques enseignantes. Apanbil Gifty Anyogbey, Secrétaire adjoint de l'Association nationale des enseignants du Ghana (GNAT) a expliqué que grâce à la NTI « l'employeur voit maintenant les syndicats comme des partenaires. Avant la NTI, ils ne nous considéraient pas comme des acteurs susceptibles d’apporter une contribution aussi positive. Grâce à ce projet, toutes les parties prenantes collaborent plus étroitement dans la discussion des questions éducatives et ils ont tous convenu de la nécessité d'avoir une politique enseignante nationale pour aider le Ghana à parvenir à de meilleurs résultats en matière d'enseignement et d'apprentissage.

Élaboration de politiques enseignantes complètes dans le cadre des Plans sectoriels de l'éducation

Les participants ont pris connaissance des diverses dimensions constitutifs d’une politique enseignante complète, sur la base du Guide pour l’élaboration d’une politique enseignante de la TTF. Ils ont également discuté des processus et des conditions de réussite de l'élaboration et de la mise en œuvre de la politique. Tous ont convenu du fait qu’une large participation des parties prenantes ainsi qu'un leadership politique pour rallier les parties prenantes et créer une vision commune étaient la condition indispensable pour une politique enseignante durable.

Les représentants du ministère de l’Éducation des quatre pays couverts par la NTI ont présenté l’état actuel de l’élaboration de leur politique enseignante, en particulier les principales conclusions ressortant de l’analyse de leur pays et les domaines prioritaires qu'ils ont identifiés. Sous la direction d'experts de la TTF, les participants à l'atelier ont également discuté des conséquences pratiques de l'élaboration de certaines dimensions spécifiques d'une politique enseignante. Le développement professionnel continu, par exemple, nécessite que soit conçu un cadre de formation des enseignants prenant en compte les besoins du système tout en étant axé sur la demande d’enseignants.

Les représentants des partenaires internationaux de la NTI tels que l'UNICEF, le HCR, l'OIT et l'Internationale de l’Éducation, ainsi que des Groupes locaux des partenaires de l’éducation (GLPE) respectifs se sont également joints à l'atelier pour présenter des informations sur les mécanismes de planification sectorielle et discuter des moyens de renforcer les synergies avec la NTI au niveau des pays.

Promouvoir le partage des connaissances et l'apprentissage par les pairs

L'atelier était également conçu pour servir de forum de partage des connaissances et d’apprentissage par les pairs. Madagascar et l'Ouganda, qui ont déjà élaboré leur propre politique enseignante, ont fait part de leur expérience et fourni des enseignements et des recommandations utiles à leurs pairs. Jeannie Oliva Fanantenana, Responsable de programme pour le suivi et l’évaluation à l'Institut national de formation pédagogique de Mahamasina, à Madagascar, a noté : « Même si nous sommes sur le point d’entamer la mise en œuvre [de notre politique enseignante nationale], nous avons déjà pu capitaliser sur les échanges effectués ici. Le travail d’aujourd'hui avec le Burkina Faso nous a permis de réfléchir davantage sur les stratégies d'absorption des enseignants débutants et sur celles qui portent sur ceux qui sont déjà dans le système. » Le Niger, le Mali et le Sénégal, qui sont en train d'élaborer leur politique enseignante nationale, ont également participé aux discussions.

Prochaines étapes

Malgré la diversité des contextes nationaux, l'atelier a permis aux représentants des pays de réfléchir aux étapes suivantes de l'élaboration et de la mise en œuvre d’une politique enseignante. Le Ghana et le Malawi, par exemple, envisagent de déployer des activités de dialogue social pour aligner leurs priorités avec la vision de leur secteur national de l'éducation. Le Burkina Faso s'apprête à revoir l’analyse des défis du secteur, en fonction des neuf dimensions de la politique enseignante. L'Ouganda, qui est au stade de la mise en œuvre, s’efforcera d’obtenir l'approbation politique des normes et des principes directeurs en la matière et d’une loi parlementaire qui fournira le fondement juridique de la mise en œuvre de la politique enseignante avant les élections présidentielles et parlementaires de 2021 pour assurer la continuité du travail accompli jusqu'à présent. Tous les pays ont reconnu l'importance de renforcer les synergies avec d'autres partenaires internationaux au développement, y compris par le biais des GLPE.

L'Initiative norvégienne sur les enseignants (NTI) est un programme conjoint des Nations Unies financé par Norad, qui œuvre en faveur d’une réponse intégrée entre les principaux partenaires de l'éducation et les autorités éducatives nationales en vue de la réalisation de la cible 4.c de l'ODD contenue dans l'Agenda Éducation 2030. Le projet porte sur quatre pays d’Afrique : Burkina Faso, Ghana, Malawi et Ouganda, et il vise deux principaux résultats : 1) une meilleure coordination entre les organisations partenaires et 2) le renforcement des politiques enseignantes nationales afin de renforcer l’impact sur l'enseignement et l'apprentissage et de contribuer à la réalisation des cibles relatives aux enseignants. L'objectif de la NTI, qui est de mobiliser les principaux partenaires mondiaux de l'éducation en faveur des enseignants et de l'enseignement pour améliorer l'apprentissage, s'appuie sur les avantages comparatifs de sept partenaires de coopération : l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), l’Équipe spéciale internationale sur les enseignants (TTF), le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), l'Internationale de l’Éducation (IE), le Partenariat mondial pour l'éducation (PME), l’Organisation internationale du travail (OIT) et la Banque mondiale.

Pour plus d'informations