News

« Autonomiser le système éducatif et les communautés scolaires par la promotion des droits de l'homme, l'éducation à la citoyenneté mondiale et l'éducation aux médias et à l'information »

19/04/2021

Le besoin d’efforts concertés pour la prévention de l'extrémisme par l'éducation (PEV-E) est une priorité du gouvernement tunisien, comme peut en témoigner l'adoption des Plans d’Action Nationaux (PAN) pour la prévention de l’extrémisme violent des Ministères de l’Education et de l’Enseignement supérieur. C’est dans ce contexte que s'est tenue la cérémonie de lancement du projet « Autonomiser le système éducatif et les communautés scolaires par la promotion des droits de l'homme, l'éducation à la citoyenneté mondiale et l'éducation aux médias et à l'information », le mercredi 07 avril 2021, à Tunis.

Au travers de ce projet financé par les Pays-Bas pour une durée de trois ans (2020 - 2023), l’UNESCO et le Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH), s'associent afin de soutenir les initiatives existantes en Tunisie en faveur de l'éducation aux droits de l’homme, l’éducation à la citoyenneté mondiale et l’éducation aux médias et à l'information, en vue d'apporter un soutien technique aux efforts nationaux visant à prévenir les comportements violents des jeunes en Tunisie.

Avec l’appui du Bureau du Coordonnateur Résident (BCR) des Nations Unies en Tunisie, ce projet a pour objectif la promotion d'une culture de paix et de non-violence, de la diversité culturelle, de développement durable et de l’égalité des genres, dans le but de fournir à cet effet, l'expertise et les outils nécessaires à la mission des institutions éducatives et de formation.
Le projet s'articule autour des points suivants :

  1. Le renforcement de la puissance « douce » dans le système éducatif et son utilisation comme levier pour prévenir et contrer l'extrémisme violent ;
  2. Le développement et le renforcement du système éducatif pour des établissements scolaires, de formation et universitaires inclusifs, tolérants et non discriminatoires, intégrés à l’environnement local ; 
  3. La promotion de l’engagement des étudiant/es dans des processus participatifs et de prise de décision par le biais du dialogue, du respect, de la compréhension et de la tolérance, à travers des activités culturelles, sportives et civiques ;
  4. La mise en place d’un réseau national d'experts en PEV, basé sur les droits de l'homme pour mener des formations ciblant les éducateurs de jeunes et les leaders de la communauté scolaire.

La cérémonie a été l’occasion, lors des allocutions des partenaires, de mettre en exergue l’importance de la prévention, qui est un des piliers de la stratégie nationale. Celle-ci s’aligne avec le Programme de développement durable à l'horizon 2030, en particulier l’ODD 4, qui vise à assurer une éducation de qualité, équitable et inclusive, ainsi qu'à faire la promotion des opportunités d'apprentissage tout au long de la vie pour toutes et pour tous.

© UNESCO

« Nous voulons faire de nos établissements scolaires des établissements inclusifs, des établissements de tolérance, de non-discrimination et surtout des établissements intégrés dans leur réalité locale », a ainsi déclaré lors de son discours d'ouverture, Monsieur Fethi Sellaouti, Ministre de l’Éducation. Il a également souligné l’importance d'un projet qui va permettre de donner l’opportunité aux jeunes de se consacrer à des activités « qui vont développer en eux un certain nombre d’aptitudes, de compétences et de valeurs [...] du respect de l’autre, du vivre ensemble, de la citoyenneté ».

Madame Olfa Ben Ouda, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a par ailleurs rappelé que les jeunes représentent un patrimoine humain qu'il faut veiller à protéger, tout en affirmant que « c’est un choix de société [...] d’investir dans l’humain ». Le Président de la Commission nationale de lutte contre le terrorisme (CNLCT), Monsieur Mounir Ksiksi a également insisté sur l’importance d'un projet qui « vise à exploiter le potentiel positif des établissements d’enseignement afin d’immuniser la société tunisienne contre la violence et l’extrémisme violent ». 

Les autres intervenants de cette session d’ouverture ont exprimé à leur tour leur engagement dans la prévention de l’extrémisme violent, à savoir, l’Ambassadrice adjointe des Pays-Bas en Tunisie, Madame Angèle Samura, le Coordonnateur Résident des Nations Unies en Tunisie, Monsieur Arnaud Peral,  la Représentante du Bureau du Haut-Commissariat aux Droits de l'Homme en Tunisie, Madame Elodie Cantier-Aristide, ainsi que la Responsable des Programmes Éducation du Bureau de l’UNESCO pour le Maghreb, Madame Hélène Guiol. 

© UNESCO

« Il y a une recette, déjà soulignée par les deux ministres : l’éducation de qualité, inclusive et équitable [...] L’éducation comme vecteur clé et arme pour renforcer la résilience des jeunes face aux défis [...] »,
Angèle Samura, Ambassadeur adjointe des Pays-Bas en Tunisie

Plus que jamais en temps de pandémie de COVID-19, les éducateurs sont les piliers de la résilience du tissu social à venir au travers de la formation des générations futures. Ce postulat est autant valable vis à vis de l'égalité en droit des citoyens, qu'en termes de statut auprès de la société civile indépendamment de leur genre ou ethnicité. 

La cérémonie a aussi été l'occasion de présenter les objectifs du projet, les résultats attendus, ainsi que les prochaines étapes de l’année 2021. Cet événement a vu la participation de plusieurs représentants des médias, de la société civile et d’autres experts et personnes ressources sur l’éducation aux droits humains, l’éducation à la citoyenneté, la prévention de l’extrémisme violent et l’éducation aux médias et à l’information. 

Pour en savoir plus :

Contact