Le Bureau de l’UNESCO à Mexico et le Réseau des écoles associées de l’UNESCO mettent l’accent sur l’enseignement de l’Holocauste et des génocides

30 Mars 2018

Le Bureau de l’UNESCO à Mexico a participé à une réunion des coordinateurs nationaux du Réseau des écoles associées de l’UNESCO (réSEAU) au Mexique qui s’est tenue du 15 au 16 mars 2018 à Monterrey (Mexique). Organisée par la Commission mexicaine de coopération avec l’UNESCO (CONALMEX) et le Secrétariat de l’éducation publique, la réunion a été axée sur l’enseignement de l’Holocauste et des génocides.

Le thème correspond aux valeurs et aux principes défendus par le réSEAU, tels que les droits fondamentaux et la dignité humaine, le respect de la diversité et la solidarité internationale.

Durant la réunion, le Guide à l’intention des décideurs politiques sur l’enseignement de l’Holocauste et la prévention du génocide a été présenté aux coordinateurs participants des 310 écoles membres du réSEAU de l’UNESCO et des 395 écoles « partenaires du réSEAU » au Mexique. L’exposition « L’État trompeur : le pouvoir de la propagande nazie », présentée sur le lieu de la conférence, a apporté des éléments complémentaires. L’exposition a été créée par le Musée du Mémorial de l’Holocauste des États-Unis (USHMM) en coopération avec le Programme de communication sur l’Holocauste et les Nations Unies, afin d’expliquer comment le parti Nazi a utilisé des techniques de propagande innovantes pour accéder au pouvoir par la voie des urnes et conduire ensuite le pays à la guerre et à l’assassinat systématique de 6 millions de Juifs en Europe. C’est un outil qui vise à aider les jeunes à mieux évaluer les messages qu’ils reçoivent, en particulier sur internet et les réseaux sociaux.

Dans ce contexte, Adolfo Rodríguez, spécialiste en éducation au Bureau de l’UNESCO à Mexico, a présenté la publication de l’UNESCO intitulée « Repenser l’éducation : Vers un bien commun mondial ? », et souligné en quoi le fait d’aborder ces passés violents s’inscrit dans le rôle plus large de l’éducation pour promouvoir la paix et la tolérance et contribuer à la prévention de l’extrémisme violent.

Lors d’une séance spéciale le deuxième jour de la réunion, Yael Siman Druker, de l’Université ibéro-américaine de Mexico, a donné une présentation intitulée « Holocauste, génocide et citoyenneté mondiale ». Yael Siman Druker a fait partie des deux équipes nationales mexicaines qui ont participé aux éditions 2015 et 2017 de la Conférence internationale sur l’éducation et l’Holocauste (ICEH), organisée conjointement par l’UNESCO et l’USHMM. La conférence forme et soutient les acteurs de l’éducation dans leurs efforts visant à faire progresser l’enseignement de l’Holocauste par le développement d’initiatives adaptées à leurs contextes nationaux respectifs.

À l’issue de l’ICEH 2015, l’équipe nationale mexicaine a organisé une conférence universitaire de deux jours à l’Université ibéro-américaine en coopération avec le Musée de la mémoire et de la tolérance à Mexico à l’automne 2016, publié un guide pédagogique pour les enseignants et piloté un programme binational de formation des enseignants avec le Chili.

L’équipe 2017 s’appuie sur le succès de la première série de projets. Dans le courant de l’année 2018, l’équipe prévoit de coopérer avec le Ministère mexicain de l’éducation ainsi qu’avec des experts d’universités et d’instituts mexicains sélectionnés afin de continuer à faire progresser l’enseignement de l’Holocauste et des génocides au Mexique.

Le Mexique a redoublé d’efforts pour renforcer l’enseignement de l’Holocauste et des génocides dans les écoles et les établissements d’enseignement supérieur du pays. Depuis 2014, le Mexique est membre du Réseau latino-américain de l’UNESCO pour l’enseignement de l’Holocauste.