Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Des camps et des événements scientifiques pour aider les filles du monde entier à déchiffrer le code

29 Octobre 2019

« J’ai découvert à quel point la science était intéressante et que je pouvais l’étudier aussi bien que les garçons », a dit Bridget Tsagli.

Comme nombre de jeunes filles au Ghana et à travers le monde, Bridget a été freinée par les normes de genre, les préjugés ou les attentes qui ont influencé le choix des matières qu’elle a étudiées et miné sa confiance à poursuivre ses rêves. Elle s’est informée sur les sciences par le biais de manifestations d’une journée durant lesquelles les filles renforcent leurs compétences et interagissent avec des femmes scientifiques, dans le cadre d’un projet de l’UNESCO au Ghana.

En Corée, les filles ont également pu découvrir les sciences grâce à des camps scientifiques organisés par CJ Group. Partenaire de l’UNESCO dans le domaine de l’éducation des filles depuis 2014, CJ Group a organisé son deuxième « Camp d’éducation scientifique pour les filles » en Corée l’été dernier. Ce camp d’été de trois jours fait partie du partenariat UNESCO-CJ sur l’éducation des filles, qui vise à offrir aux filles un environnement éducatif sensible au genre et un avenir plus radieux grâce à l’éducation.

Globalement, les filles sont particulièrement sous-représentées dans l’enseignement des sciences, de la technologie, des mathématiques et de l’ingénierie (STEM). Selon le rapport de l’UNESCO intitulé « Déchiffrer le code : L’éducation des filles et des femmes aux sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM) », dans l’enseignement supérieur, les femmes ne représentent que 35 % de tous les étudiants inscrits dans des domaines d’études liés aux STEM, et seulement 3 % des étudiantes du supérieur choisissent d’étudier les technologies de l’information et de la communication (TIC), un chiffre encore plus inquiétant.

En République de Corée, les filles ont accès à l’enseignement supérieur et font de grandes avancées dans de nombreux domaines universitaires. Toutefois, des progrès restent à faire dans certains domaines tels que l’informatique ou l’ingénierie, où des nombres plus faibles de femmes peuvent être observés.

Pour combler ce fossé, les camps scientifiques ont été lancés afin de fournir un point d’entrée sur l’enseignement des sciences pour les filles en République de Corée. « Nous sommes convaincus de l’importance de soutenir la créativité des filles et de renforcer leur capacité à poursuivre chacun de leurs rêves », a dit Heekyung Jo Min, Vice-présidente exécutive de Corporate Shared Value au CJ CheilJedang.

Cette année, 40 filles âgées de 14 à 16 ans se sont réunies pour s’informer sur la science, et en particulier sur le génie alimentaire.

© CJ CheilJedang

Les filles participantes ont visité le Blossom Campus, le plus grand centre de production alimentaire de CJ, et ont exploré l’usine intelligente de pointe où la transformation alimentaire est entièrement automatisée. Elles ont participé à un cours spécial intitulé « Les scientifiques qui ont changé le monde », animé par l’Impossible Science Institute, une chaîne YouTube coréenne très connue qui compte 126 000 abonnés. Cette leçon a encouragé les filles à s’approprier la science, en leur faisant comprendre que ce n’était ni difficile, ni hors de leur portée. Les filles ont pu visiter le laboratoire et ont assisté à un cours de technologie alimentaire donné par des chercheurs internes.

Un programme de tutorat a également été mis en place pour permettre aux filles participantes de rencontrer les chercheurs en agro-alimentaire de CJ, de poser des questions et d’acquérir de nouvelles compétences.

« Nous sommes face à une quatrième révolution industrielle et nous avons besoin de nouveaux talents dotés à la fois de connaissances scientifiques et d’une sensibilité humaine », a dit Min.

Depuis 2014, le partenariat UNESCO-CJ vise à offrir aux filles un meilleur environnement éducatif et un avenir plus radieux grâce à l’éducation. CJ Group est un contributeur majeur au Fonds Malala de l’UNESCO pour le droit des filles à l’éducation, qui élargit l’accès des filles à un enseignement de qualité, en particulier dans les pays touchés par des conflits et des catastrophes.

En savoir plus :