Ce qui fonctionne dans la prévention de l'extrémisme violent

06 Novembre 2017

L'équipe intersectorielle de l'UNESCO sur la prévention de l’extrémisme violent et l’Institut Mahatma Gandhi d’éducation pour la paix et le développement durable de l’UNESCO (MGIEP) ont organisé un événement intitulé « Qu’est-ce qui fonctionne et qu’est-ce qui ne fonctionne pas dans la prévention de l’extrémisme violent : discussion sur les actions de l’UNESCO et lancement des récentes publications de l’UNESCO », en marge de la 39ème session de la Conférence générale de l’UNESCO le 3 novembre 2017 au Siège de l’UNESCO à Paris. Cette réunion a mis en avant les efforts de l’UNESCO en matière de prévention de l'extrémisme violent, avec la présentation d’une multitude d’approches différentes dans tous les secteurs de la société.

Irina Bokova a inauguré l'événement par une description de la vision de l’UNESCO sur la manière de relever ce défi complexe. « Partout dans le monde, des sociétés subissent des actes de terrorisme épouvantables, des minorités sont persécutées, la diversité culturelle est attaquée… des journalistes sont réduits au silence… des écoles sont détruites, des enfants sont pris en otages… le patrimoine culturel de l’humanité est saccagé et pillé pour financer encore plus de terrorisme… la purification culturelle est utilisée pour affaiblir les fondements de la paix… L'extrémisme violent est le fil rouge de ce tableau » a-t-elle déclaré. « Il n'y a pas de cause unique à son essor - il n'y a pas non plus de trajectoire unique conduisant quelqu'un à la violence extrémiste. Mais nous savons qu'il ne suffit pas de contrer la menace - nous devons la prévenir et c'est la principale force de l’UNESCO. »

L'approche particulière adoptée par l’UNESCO pour prévenir l’extrémisme violent a été présentée dans le cadre des publications qui ont été lancées à cette occasion, y compris la brochure intersectorielle de l’UNESCO « Prévenir l’extrémisme violent dans le monde », « La prévention de l'extrémisme violent par l'éducation : guide à l’intention des décideurs politiques » du secteur de l’éducation, « Les jeunes et l'extrémisme violent dans les médias sociaux : cartographier la recherche » et « Terrorisme et médias : manuel à l’intention des journalistes » du secteur de la communication et de l’information, ainsi que la publication du MGIEP de l’UNESCO, #YouthWagingPeace : « Guide de la jeunesse sur la prévention de l’extrémisme violent par l’éducation. »

L’inauguration a été suivie d’une discussion sur les différentes approches à la prévention de l’extrémisme violent. « L'éducation est la clé […] pour que chaque enfant trouve sa place, en tant que membre actif de la société » a déclaré S.E. Pekka Puustinen, Délégué permanent de la Finlande auprès de l'UNESCO et co-Président du Groupe des amis de la prévention de l’extrémisme violent. Cela nécessite toutefois « l’égalité des chances pour tous, faute de quoi nous sentons qu’il manque des éléments à la prévention de l’extrémisme violent. »

Chafica Haddad, Présidente du Programme Information intergouvernementale pour tous, a souligné l'importance de « cultiver un comportement internet responsable pour enseigner aux jeunes à vivre ensemble en paix ».

Réfléchissant aux défis sur la voie de l’engagement des jeunes, Carolyn Nash, l’un des principaux coauteurs de la publication du MGIEP, a appelé à dépasser les gestes symboliques pour procéder à un « changement culturel [car nous avons besoin d’] inclure des voix que l’on n’entend pas dans la conversation ». La participation est essentielle. « La paix et la compassion doivent être vécues, on ne peut pas les apprendre », a souligné Carolyn Nash.

Les arts et la culture peuvent contribuer à déclencher les transformations nécessaires. Comme l’a indiqué Leonardo Párraga, Directeur exécutif de la Fundación BogotArt, une expérience artistique peut aider à dissiper les préjugés qui dressent les gens les uns contre les autres. Il est nécessaire de prévenir l'extrémisme violent et la violence extrême qui est répandue en Amérique latine.

En rapport avec cet événement, l'exposition itinérante de la Maison Anne Frank « Laissez-moi être moi-même– l’histoire de la vie d'Anne Frank » met en lien la biographie d'Anne Frank avec des expériences contemporaines de discrimination et d'exclusion. L'exposition est présentée jusqu'au 4 novembre 2017.

L'UNESCO traite la prévention de l’extrémisme violent par le biais d'une approche intersectorielle qui englobe l'éducation, l'engagement et l’autonomisation des jeunes, les médias et les coalitions en ligne, la protection du patrimoine culturel et de la diversité.

En savoir plus sur le travail de l’UNESCO sur la prévention de l’extrémisme violent et sur l’Institut Mahatma Gandhi d’éducation pour la paix et le développement durable de l’UNESCO (MGIEP).

Publications de l’UNESCO sur la prévention de l’extrémisme violent, disponibles au téléchargement :