Article

Ce qu’il faut savoir sur la violence et le harcèlement à l’école

03/11/2020

Le harcèlement en milieu scolaire prive des millions d’enfants et de jeunes de leur droit fondamental à l’éducation. Un rapport récemment publié par l’UNESCO révèle que plus de 30 % des élèves dans le monde ont été victimes de harcèlement, ce qui a des conséquences désastreuses sur le plan des résultats scolaires, de la déscolarisation et de la santé physique et mentale.

La première Journée internationale contre la violence et le harcèlement en milieu scolaire, y compris le cyber-harcèlement sera célébrée le 5 novembre. Voici ce que vous devez savoir sur la violence et le harcèlement à l’école.

Qu’est-ce que la violence en milieu scolaire ?

La violence en milieu scolaire désigne toutes les formes de violence qui se manifestent dans et autour des écoles, qui sont subies par des élèves et perpétrées par d’autres élèves, des enseignants ou d’autres membres du personnel scolaire. La violence en milieu scolaire inclut le harcèlement et le cyber-harcèlement. Le harcèlement est l’une des formes les plus répandues de violence à l’école, et touche un jeune sur trois.

Quelles formes peut prendre la violence à l’école ?

À partir des enquêtes internationales qui collectent des données sur la violence à l’école, l’UNESCO reconnaît les formes suivantes de violence en milieu scolaire :

  • La violence physique, c’est-à-dire toute forme d’agression physique perpétrée par des pairs, des enseignants ou des membres du personnel scolaire dans l’intention de blesser.
  • La violence psychologique prenant la forme d’agressions verbales et émotionnelles, ce qui comprend toute forme de mise à l’écart, de rejet, d’insultes, de propagation de rumeurs, de mensonges, d’injures, de moqueries, d’humiliations, de menaces et de châtiments psychologiques.
  • La violence sexuelle, qui comprend l’intimidation à caractère sexuel, le harcèlement sexuel, les attouchements non désirés, la coercition sexuelle et le viol perpétrés par un enseignant, un membre du personnel scolaire ou un camarade de classe.
  • Le harcèlement, qui désigne un modèle de comportement plutôt que des incidents isolés, et qui peut être défini comme un comportement intentionnel et agressif se produisant de manière répétée à l’encontre d’une victime. Il peut prendre différentes formes :
    • le harcèlement physique, y compris les coups de poing, les coups de pied et la destruction de biens ;
    • le harcèlement psychologique, comme les moqueries, les insultes et les menaces ; ou relationnel, par la diffusion de rumeurs et l’exclusion du groupe ;
    • le harcèlement sexuel, comme le fait de se moquer d’une victime par des plaisanteries, des commentaires ou des gestes à caractère sexuel, ce qui peut être assimilé à du harcèlement sexuel dans certains pays.
  • Le cyber-harcèlement est une forme d’intimidation psychologique ou sexuelle qui a lieu en ligne. Il inclut la publication ou l’envoi de messages électroniques, y compris des textes, des photos ou des vidéos, visant à harceler, menacer ou cibler une autre personne par le biais de différents médias sociaux. Le cyberharcèlement consiste notamment à répandre des rumeurs, à diffuser de fausses informations ou des messages blessants, des photos ou des commentaires embarrassants, ou encore à exclure quelqu’un sur les réseaux sociaux ou d’autres moyens de communication.

Qui sont les auteurs de la violence à l’école ?

La violence à l’école est perpétrée par les élèves, les enseignants et d’autres membres du personnel scolaire. Cependant, les données disponibles montrent que la violence perpétrée par les pairs est la plus courante.

Quelles sont les principales raisons du harcèlement à l’école ?

Tous les enfants peuvent être victimes de harcèlement, mais les faits montrent que les enfants perçus comme « différents » à un titre ou un autre y sont plus exposés. Les causes principales sont les suivantes : l’apparence physique ; les différences ethniques, linguistiques ou culturelles ; le genre, notamment le fait de ne pas se conformer aux normes et aux stéréotypes de genre ; le statut social ; et le handicap.

Quelles sont les conséquences de la violence à l’école ?

Conséquences sur la vie scolaire : le harcèlement sape le sentiment d’appartenance à l’école et nuit à l’engagement dans l’éducation. Les enfants fréquemment harcelés sont plus susceptibles d’exprimer un sentiment d’exclusion et la volonté de quitter l’école à la fin de leurs études secondaires. Les enfants harcelés ont des résultats scolaires inférieurs aux autres.

Conséquences sur la santé : le harcèlement nuit à la santé mentale et au bien-être des enfants. Les enfants harcelés sont plus nombreux à avoir un sentiment de solitude et des pensées suicidaires, ils présentent des taux plus élevés de tabagisme, de consommation d’alcool et de cannabis et se déclarent moins satisfaits de leur vie et de leur état de santé. La violence à l’école peut également occasionner des blessures et des dommages physiques.

Quels sont les liens entre la violence et le harcèlement à l’école, la violence liée au genre en milieu scolaire et la violence fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité ou l’expression de genre ?

La violence à l’école peut trouver son origine dans des normes et des stéréotypes de genre et découler d’un rapport de force inégal – c’est ce qu’on appelle la violence liée au genre en milieu scolaire. Celle-ci recouvre un type particulier de violence fondée sur le genre, liée à l’orientation sexuelle et à l’identité ou l’expression de genre réelles ou perçues des victimes, ce qui comprend le harcèlement homophobe et transphobe. La violence liée au genre en milieu scolaire représente une part importante de la violence scolaire, et sa prise en charge nécessite des efforts spécifiques.

La violence de genre en milieu scolaire concerne-t-elle seulement la violence sexuelle dirigée contre les filles ?        

Non. La violence de genre en milieu scolaire désigne toutes les formes de violence à l’école qui trouvent leur origine dans les normes et stéréotypes de genre ou qui en découlent, ce qui inclut également la violence contre et entre les garçons.

La violence à l’école est-elle liée au genre ?      

De nombreux facteurs sont à l’origine de la violence à l’école. Le genre est l’un des principaux facteurs de violence, mais toutes les violences commises en milieu scolaire ne sont pas fondées sur le genre. En outre, les enquêtes internationales ne recueillent pas systématiquement des données sur la nature sexuée de la violence à l’école, ni sur la violence fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité ou l’expression de genre.

D’après l’analyse des données mondiales, il n’existe pas de différences majeures dans la prévalence des harcèlements exercés contre les garçons et contre les filles. Toutefois, il existe certaines différences entre les garçons et les filles en ce qui concerne les types de harcèlement subis. Les garçons sont beaucoup plus exposés que les filles aux brimades physiques et à la violence physique en général. Les filles sont légèrement plus exposées à l’intimidation psychologique, notamment au cyber-harcèlement. Selon les mêmes données, le harcèlement sexuel touche filles et garçons dans les mêmes proportions. Des données provenant de différents pays montrent cependant que les filles sont de plus en plus exposées au harcèlement sexuel en ligne.

Comment l’UNESCO contribue-t-elle aux efforts de prévention et de lutte contre la violence et le harcèlement à l’école ?

Les données disponibles montrent que les réponses efficaces à la violence et au harcèlement à l’école doivent être globales et composées d’une combinaison de politiques et d’interventions. Cette réponse globale à la violence et au harcèlement à l’école est souvent appelée « approche globale de l’éducation ». À partir d’un examen approfondi des cadres conceptuels qui décrivent cette approche globale, l’UNESCO a recensé neuf éléments essentiels d’une réponse qui va au-delà des écoles et qui pourrait être mieux décrite comme une approche globale à l’échelle du système éducatif ou de l’éducation. Ces éléments sont les suivants :

  • un leadership politique fort et un cadre juridique et politique solide pour combattre la violence et le harcèlement à l’école ;
  • une formation des enseignants à la violence et au harcèlement à l’école, mais aussi à la gestion positive des classes ;
  • des programmes d’études, un apprentissage et un enseignement favorisant un climat scolaire bienveillant (opposé à la violence et au harcèlement à l’école) ainsi que les compétences sociales et émotionnelles des élèves ;
  • un environnement sûr dans les écoles et dans les salles de classe, tant sur le plan psychologique que physique ;
  • des mécanismes de signalement destinés aux élèves victimes de violence et de harcèlement à l’école, ainsi que des services de soutien et d’orientation ;
  • l’implication de toutes les parties prenantes de la communauté scolaire, y compris les parents ;
  • l’autonomisation et la participation des élèves ;
  • la collaboration et les partenariats entre le secteur de l’éducation et un large éventail de partenaires (autres secteurs gouvernementaux, ONG, universités) ;
  • les données factuelles : suivi de la violence et du harcèlement à l’école et évaluation des réponses.

En savoir plus sur le travail de l’UNESCO en matière de prévention et de lutte contre la violence et le harcèlement à l’école

Publication de l’UNESCO Au-delà des chiffres : en finir avec la violence et le harcèlement à l’école
 

Photo: Eakachai Leesin/Shutterstock.com