Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Célébration de la Journée du patrimoine mondial africain 2017

01 Juin 2017

Dans le cadre de la célébration de la deuxième édition de la Journée du patrimoine mondial africain, célébrée le 05 mai de chaque année, l’Institut de Musées Nationaux du Congo a organisé en partenariat avec l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, avec l’appui de l’UNESCO, une matinée d’information et d’échanges sur le thème : « Equilibre entre conservation et développement durable ». Cette célébration qui a eu lieu le 25 mai 2017 sur le site historique de Mont-Ngaliema » (anciennement « Mont-Stanley »), a coïncidé avec la commémoration de la « Journée de l’Afrique », l’anniversaire de la création de l’Organisation de l’Unité Africaine, aujourd’hui « Union Africaine ». 

Deux temps forts ont marqué cet événement. La première partie a été de la manifestation a connu les interventions successives du Professeur Joseph Ibongo, Directeur Général de l’Institut des Musées nationaux du Congo (IMNC), M. Abdourahamane Diallo, Chef de Bureau et Représentant de l’UNESCO en RDC, et Mme Astrid Madiya, Ministre de la Culture et des Arts de la RDC.

Dans son mot de circonstance, le Professeur Ibongo a estimé que la célébration pour la première fois de la Journée du patrimoine mondial africain en RDC était une occasion pour l’IMNC et l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) « d’échanger les informations sur le mécanisme actuel de mise en œuvre de la convention de 1972 en RDC, les défis de la conservation et de la protection du patrimoine mondial congolais et de réfléchir sur les nouvelles bases de collaboration pour un bon partage d’expériences dans ce domaine entre ces deux institutions ». Il s’agissait également de « lancer les bases de collaboration pour développer dans l’avenir une stratégie commune de promotion et de valorisation des biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial et ceux [culturels] en phase d’inscription et de collaborer sur la mise à jour de la liste indicative dans l’optique du classement des biens mixtes (à valeur culturelle et naturelle) ».

M. Abdourahamane Diallo a, dans son allocution, expliqué l’historique et les objectifs de la Journée du patrimoine mondial africain. Il a ensuite salué la mobilisation des autorités congolaises pour la célébration de cette journée, et les efforts que déploie la RDC pour préserver et protéger son patrimoine mondial.  Après avoir présenté aux participants le message de la Directrice Générale de l’UNESCO à cette occasion, l’orateur a insisté sur l’importance de l’éducation, l’information et la recherche pour réussir la protection du patrimoine : « la mission de l’UNESCO pour protéger le patrimoine en Afrique est inséparable de sa mission éducative et de transmission des valeurs de tolérance, de respect, de connaissance des cultures ».

Pour sa part, Mme Astrid Madiya, Ministre de la Culture et des Arts de la RDC, a fait part de sa détermination à apporter son appui institutionnel à l’ICCN pour sortir les sites du patrimoine mondial congolais de la liste du patrimoine en péril. Elle a salué la collaboration entre l’IMNC et l’ICCN, et le partenariat avec l’UNESCO. La Ministre s’est également engagée à soutenir le processus de mise à jour de la liste indicative, et d’inscription des biens culturels sur la liste du patrimoine mondial.

Deux conférences importantes ont ponctué la deuxième partie de cette manifestation. Dans son intervention portant sur la « Situation des biens du patrimoine mondial en RDC : défis de conservation et opportunités de développement », M. Cosma Wilungula, Directeur Général de l’ICCN, a fait le point sur l’état de conservation des cinq sites naturels du patrimoine mondial que gère son institution, et les multiples difficultés liées à l’impératif de conservation, dans un contexte de conflit ou post-conflit, avec toutes les conséquences que cela a engendrées ces dernières décennies. L’intervenant a démontré à cette occasion la conservation du patrimoine peut également contribuer au développement socio-économique des communautés. Il a par ailleurs étayé cette affirmation par des exemples très concrets des projets de développement qui sont actuellement exécutés autour du Parc Virunga.

 Dans la même lancée, le Directeur Général de l’IMNC a clôturé les interventions, avec une communication sur la « Problématique du classement des biens culturels en RDC (liste indicative, Commission de classement) et le développement d’un nouveau cadre de partenariat ». A ce sujet, il a tenu à rassurer l’audience des efforts qui sont menés au niveau de cette institution spécialisée pour la protection, la sauvegarde et la valorisation du patrimoine culturel matériel et immatériel.  Concernant l’inscription des biens culturels sur la liste du patrimoine mondial, l’intervenant a indiqué qu’une commission de classement a été mise en place pour statuer sur les différents biens culturels et naturels à protéger, et la liste indicative serait actualisée prochainement pour permettre la constitution de dossier de candidature d’un ou de plusieurs biens culturels déjà identifiés. Aussi, dans le cadre de l’échange d’expérience et du renforcement de la coopération, des occasions de rencontre vont devoir se multiplier entre l’IMNC, l’ICCN, l’UNESCO et les autres partenaires pour favoriser le rayonnement du patrimoine congolais et obtenir l’implication des populations et du Gouvernement dans ce combat pour le développement durable.

Pour tout contact : Bureau de la Représentation de l’UNESCO en RDC

                                 Avenue des Ambassadeurs n°2, Kinshasa-Gombe

                                 Email : kinshasa@unesco.org

                                 Tél : (+243) 818848253