Cent vingt ministres réunis à l’UNESCO appellent à renforcer les politiques culturelles pour des sociétés plus durables.

19/11/2019

Paris, le 19 novembre—Le Mexique a annoncé la tenue en 2022 d’une seconde Conférence mondiale sur les politiques culturelles Mondiacult, suite à la réunion mardi à l’UNESCO de 120 ministres de la culture qui ont débattu du rôle de la culture dans les politiques publiques en faveur du développement durable, dans le cadre de la 40e Conférence générale de l’Organisation. 

En 1982, la première conférence Mondiacult avait marqué un tournant majeur dans la définition de la culture pour le développement. La communauté internationale prenait acte de l’acception élargie de la culture vue comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent une société́ ou un groupe social. 

L’annonce d’une nouvelle édition de Mondiacult a été faite lors du Forum des Ministres de la Culture 2019, la plus grande réunion de ce genre depuis plus de vingt ans. « Vingt ans nous séparent de la conférence intergouvernementale des ministres de la culture à Stockholm », a déclaré la Directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, en ouvrant les travaux du forum. « Depuis, la face du monde a changé, a-t-elle ajouté.  La culture a un rôle fondamental à jouer pour relever les défis de notre siècle. Face aux fractures mondiales et à la paralysie de certaines plateformes institutionnelles, elle constitue un langage commun qui fait tomber les barrières ».

Le thème principal de réflexion portait sur le rôle de la culture pour construire des sociétés plus solidaires, résilientes et inclusives. Quel rôle la diplomatie culturelle occupe-t-elle dans le maintien de la paix ? Quel est l’impact de l’économie créative, en particulier le secteur du numérique, sur l’éducation et l’emploi ? Comment la culture transforme-t-elle nos villes ? Les ministres ont ébauché des réponses, partageant leur expérience, faisant part de leurs réflexions et exposant leur vision de l'avenir.  

Les pays ont réaffirmé leur attachement à la diversité culturelle comme composante essentielle des sociétés, l’importance à la fois du dialogue interculturel et de l’inclusion sociale. Ont figuré parmi les principales priorités exprimées par les États : l’élargissement de l’accès à la culture et au patrimoine – en faveur aussi bien des communautés urbaines que rurales ou encore des groupes vulnérables y compris les diasporas – la mesure de l’impact de l’économie créative, ainsi que les opportunités d’éducation aux arts et à la culture tout au long de la vie. 

À l’heure où les États s’efforcent d’accélérer la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, la culture s’affirme comme une ressource inestimable dans plusieurs domaines. De nombreux pays font aujourd’hui le choix d’investir dans la culture pour sa capacité d’inclusion, de dialogue et d’innovation. Élément constitutif de nos sociétés, la culture est une fin en soi et un puissant moteur reliant passé et avenir. 

**** 

En savoir plus sur le Forum des Ministres de la Culture 2019 

B-roll : https://en.unesco.org/pressroom/brolls