Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Club mini-média : deux filles parlent d’égalité des genres dans leur école en Éthiopie

04 Juin 2019

« J’utilise la littérature pour sensibiliser les autres élèves à l’égalité des genres », dit Meron Shegene, en pliant une feuille de papier contenant des poèmes qu’elle a écrits sur le rôle des femmes dans la société.

Meron, 17 ans, est une élève de l’école secondaire de Chagni, en Éthiopie. Pendant ses vacances scolaires, elle lit des œuvres littéraires à ses camarades au sein du club mini-média, afin de sensibiliser à l’égalité des genres à l’école et dans la société. Eden Muket, 17 ans également, s’est engagée dans le club avec son amie.

Meron et Eden ont participé à une formation sur les compétences pour la vie dans le cadre d’un projet en Éthiopie qui donne aux filles les outils pour réussir dans leurs études et réaliser leurs objectifs de vie.

La formation a permis aux filles d’avoir de meilleurs résultats scolaires et de s’engager davantage dans les activités du club de l’école. Meron et Eden ont décidé de jouer un rôle actif pour sensibiliser leurs camarades à l’égalité des genres, grâce au club mini-média de leur école.

« Avant la formation, j’allais seulement à l’école sans un réel objectif en tête. Maintenant, j’ai la volonté d’atteindre mes objectifs de vie », dit Eden. Elle se concentre sur ses études pour obtenir de meilleures notes. Eden est devenue l’une des meilleures élèves de sa classe de 30. « Je suis convaincue qu’une fille peut réussir dans tout », dit-elle.

Gizachew Mebrate, qui dirige le club mini-média, est professeur de mathématiques à l’école de Meron et Eden. Il a participé à la formation à la pédagogie sensible au genre organisée dans le cadre du projet. La formation explique comment intégrer la pédagogie sensible au genre dans les programmes scolaires et comment renforcer la participation des filles grâce aux clubs scolaires.

Gizachew a compris l’importance de faire participer les filles et les garçons adolescents aux activités en classe et dans les clubs. Il a encouragé Meron et Eden à rejoindre le club mini-média et à écrire leurs propres messages sur l’égalité des genres.

L’école secondaire Chagni est l’une des écoles participant au projet, qui montre des résultats prometteurs. Suite à la formation, les filles sont plus nombreuses à utiliser activement la bibliothèque et à prendre part à des classes en laboratoire.

La participation des filles aux clubs de l’école ont également eu un effet bénéfique sur leur confiance et leurs résultats scolaires. Le nombre de filles adolescentes ayant passé leur examen national du secondaire à l’école a doublé en un an. Parmi elles, la moitié ont réussi leur examen national de deuxième cycle du secondaire durant l’année scolaire 2017-2018, contre 40 % l’année précédente.

Meron et Eden ont toutes les deux pour ambition de devenir journalistes plus tard. En devenant journaliste, Meron voudrait créer un plus grand impact dans son pays en traitant des questions liées à la discrimination basée sur le genre en Éthiopie. « Notre pays ne peut se développer qu’avec la contribution des hommes comme des femmes », dit-elle.

Le projet mené au titre du Fonds-en-dépôt UNESCO-HNA en Éthiopie vise à améliorer la qualité et la pertinence de l’éducation pour les filles adolescentes, et à faire en sorte que toutes les filles puissent avoir accès à un cycle d’éducation complet et y évoluer avec succès, afin de mener une vie meilleure.

Le projet est mis en œuvre par le Bureau de liaison de l’UNESCO en Éthiopie, dans le cadre du Partenariat UNESCO-HNA pour l’éducation des filles et des femmes. L’Institut international de l’UNESCO pour le renforcement des capacités en Afrique (IIRCA) fournit un appui technique dans le renforcement des capacités institutionnelles pour l’intégration des questions de genre dans l’éducation, la pédagogie sensible au genre et la formation des enseignants.