Le Comité du Patrimoine immatériel inscrit cinq expressions traditionnelles

11/12/2019
,

Bogota, le 11 décembre—Le Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du Patrimoine culturel immatériel, réuni cette semaine à Bogota en Colombie, a inscrit cinq autres éléments sur la Liste du patrimoine culturel immatériel, mercredi après-midi. Le Comité achèvera jeudi l’examen des candidatures à l’inscription sur la Liste du Patrimoine culturel immatériel.

Éléments ajoutés à la Liste du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité :

L’alpinisme (France, Italie, Suisse)

L'alpinisme est l’art de gravir des sommets et des parois en haute montagne en terrain rocheux ou glaciaire. Il fait appel à des capacités physiques, techniques et intellectuelles et se caractérise par une culture commune de l’environnement de haute montagne et une histoire de la pratique et des valeurs qui lui sont associées. L'alpinisme implique également la connaissance de son environnement naturel et un esprit d'équipe solide. La plupart des membres de la communauté font partie de clubs alpins qui sont des vecteurs de la culture de l'alpinisme. Les trois pays s’engagent à favoriser les relations en organisant fréquemment des rencontres bilatérales ou trilatérales.

La musique et la danse de la bachata dominicaine

La musique et la danse de la bachata dominicaine allient le rythme du boléro à d'autres genres afro-antillais. En général, les paroles expriment des sentiments profonds d'amour, de passion et de nostalgie. La bachata est traditionnellement interprétée par un petit groupe de musiciens dont l’instrument principal est la guitare qui s'accompagne de percussions et d'une basse. La danse se caractérise par des mouvements de hanche sensuels et passionnés, réalisés par les couples qui la pratiquent lors de toutes les célébrations traditionnelles de la République dominicaine. Le bachata s'apprend de façon spontanée dès le plus jeune âge.

L’Épiphanie éthiopienne

Festival coloré célébré dans l’ensemble du pays, l’Épiphanie éthiopienne commémore le baptême de Jésus Christ. La commémoration débute la veille du festival principal où les participants escortent le tabot de leur paroisse, une représentation des Tables de la Loi, jusqu’à un bassin, une rivière ou un réservoir artificiel. Les participants passent ensuite la nuit à prier lors des différents offices avant d'assister au festival du jour suivant au cours duquel chaque tabot est rapporté jusqu’à son église. L’Épiphanie éthiopienne est une pratique religieuse et culturelle dont la viabilité est assurée par une pratique continue et par la contribution essentielle du clergé orthodoxe.

Les savoir-faire traditionnels liés à la fabrication et à la pratique du dotâr (République islamique d’Iran)

Les savoir-faire traditionnels liés à la fabrication et à la pratique du dotār, un instrument de musique traditionnel à deux cordes pincées, sont reconnus comme des composantes socioculturelles fondamentales de la musique populaire au sein des groupes ethniques et des communautés des régions concernées. Le dotār est joué lors d’événements socioculturels d’importance tels que les mariages et les cérémonies rituelles, ainsi que lors de festivals. Le dotār se joue afin d'accompagner des récits épiques, historiques, lyriques et gnostiques qui constituent l’histoire et l’identité de l’ethnie des communautés de ses praticiens.

Processus de fabrication de la talavera artisanale de Puebla et de Tlaxcala (Mexique) et de la céramique de Talavera de la Reina et d’El Puente del Arzobispo (Espagne)

Les processus de fabrication associés à la talavera artisanale au Mexique et aux céramiques en Espagne sont identifiés à deux communautés de chaque pays. Malgré de nombreux changements au cours du temps, et notamment l’utilisation de tours de potiers électriques, les processus artisanaux restent fidèles à ceux du XVIe siècle. Les savoir-faire clé incluent la préparation de l’argile, la fabrication de la faïence à l’aide d’un tour de potier ou d’un moule, la décoration, la préparation des pigments et le vernissage et l’utilisation du four. Les connaissances et savoir-faire associés sont principalement transmis aux jeunes générations par les maîtres faïenciers et céramistes dans leurs ateliers ou dans le cadre familial.

La Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité vise à assurer une plus grande visibilité aux traditions et aux savoir-faire portés par les communautés sans pour autant leur reconnaître de critère d’excellence ou d’exclusivité.

****

De plus amples informations, y compris la retransmission des travaux du Comité sont disponibles ici

« B-rolls » : Liste représentative

Contacts presse

- Lucía Iglesias Kuntz, service de presse de l’UNESCO (l.iglesias@unesco.org) ; téléphone : +336.80.24.07.29

- Roni Amelan (r.amelan@unesco.org)

Sur Twitter : @unesco_fr, #PatrimoineInmateriel, #PatrimoineVivant