Le Comité du Patrimoine immatériel inscrit six expressions traditionnelles et distingue deux bonnes pratiques

12/12/2019

Bogota, le 12 décembre—Le Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du Patrimoine culturel immatériel, réuni cette semaine à Bogota en Colombie, a inscrit six autres éléments sur la Liste du patrimoine culturel immatériel, mercredi après-midi. Le Comité a aussi sélectionné deux programmes et projets en Colombie et au Venezuela à inclure dans le Registre des bonnes pratiques de sauvegarde ; il a enfin accédé à une demande d’assistance internationale en matière de formation soumise par le Burkina Faso.

Éléments ajoutés à la Liste du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Gnaoua (Maroc)

Le terme gnaoua se rapporte à un ensemble de productions musicales, de pratiques confrériques et de rituels à vocation thérapeutique mêlant des aspects profanes et sacrés impliquant des rituels de possession thérapeutiques nocturnes dans les villes et des repas collectifs offerts aux saints maraboutiques. Pratiquée et transmise à l’origine par des groupes et des individus issus de l'esclavage et de la traite négrière remontant au XVIe siècle, la culture gnaoua fait aujourd’hui partie des multiples facettes de l’identité culturelle marocaine. Le nombre de groupes confrériques et de maîtres musiciens ne cesse de s'accroitre dans les villages et les grandes villes du Maroc et les groupes gnaoua organisent des festivals tout au long de l’année.

Le lazgi, danse de Khorezm (Ouzbékistan)

Les mouvements du lazgi, danse de Khorezm, illustrent la créativité humaine en reflétant les sons et les manifestations de la nature environnante et les sentiments que sont l’amour et le bonheur. Vieille de plusieurs siècles, la danse du lazgi représente la vie dans chacun de ses mouvements et s'inspire de la vie sociale et des activités des communautés locales. On compte deux types de danses : la danse « figurative » qui implique des mouvements concrets, et la danse « interprétative » qui se concentre sur l’improvisation et sur des mouvements plus changeants. Le lazgi, danse de Khorezm, est une forme essentielle d’expression personnelle transmise de génération en génération à travers la création de nouvelles versions des représentations.

Le tir à l’arc traditionnel turc (Turquie)

Le tir à l’arc traditionnel turc, pratiqué debout ou à cheval, englobe les principes, les rituels et les pratiques sociales, la fabrication artisanale de l’équipement traditionnel, les disciplines du tir à l’arc et les techniques de tir qui ont évolué au fil des siècles. Les arcs traditionnels, généralement décorés de calligraphies, d’ornements et de marqueterie, sont également une composante essentielle de l’élément qui nécessitent des savoir-faire et des connaissances spécifiques. Les détenteurs et les praticiens assurent la viabilité de l'élément en l’adaptant au monde d’aujourd'hui et on note une augmentation spectaculaire du nombre d'archères et d'apprenties au cours de ces dernières années.

L’art traditionnel de la fabrication des tapis au Turkménistan

L’art traditionnel de la fabrication des tapis au Turkménistan se rapporte à la production de tapis traditionnels turkmènes richement décorés et tissés à la main et d'articles dérivés des tapis. Ces tapis présentent une texture dense et sont décorés de motifs colorés associés à l’une des cinq grandes tribus du pays, ce qui en fait le signe de leur identité culturelle. Le contexte dans lequel vivent les tisserands, qui inclut la flore et la faune, se reflète dans la conception des tapis. Les tapis servent à la fois de revêtement de sol et de décoration murale, et des tapis particuliers sont aussi tissés pour des occasions spéciales.

La céramique peinte traditionnelle de Kossiv (Ukraine)

La céramique peinte traditionnelle de Kossiv, qui concerne la vaisselle, les objets cérémoniels, les jouets et le carrelage, est née au XVIIIe siècle et possède une valeur pratique et artistique. Fabriqués à partir d'une argile locale, les objets en céramique se caractérisent par leurs dessins figuratifs dont les motifs illustrent l’histoire, la vie, les traditions, les croyances et les coutumes des Houstoules. Ces objets se repèrent également par leurs couleurs traditionnelles verte, jaune et brune. Les maîtres de cet artisanat travaillent dans de petits ateliers qui sont souvent familiaux. Le Département de céramique d’art de l’Université de Kossiv assume la responsabilité de faire vivre la tradition.

Les pratiques du then par les groupes ethniques Tày, Nùng et Thái au Viet Nam

Pratique rituelle essentielle de la vie spirituelle des ethnies tày, nùng et thái, le then reflète des concepts relatifs aux êtres humains, à la nature et à l’univers. Les cérémonies du then décrivent un voyage au cours duquel le maître then guide les soldats fantômes dans leur trajet de la Terre au Ciel afin d’offrir des objets religieux et de prier pour la paix, les récoltes, la santé, etc. Durant cette pratique, le maître then porte une robe de cérémonie et chante et joue du tính. La transmission du then est toujours orale et s’effectue pendant les rituels. Elle reflète sa pérennité à travers les générations.

La Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanitévise à assurer une plus grande visibilité aux traditions et aux savoir-faire portés par les communautés sans pour autant leur reconnaître de critère d’excellence ou d’exclusivité.

 

Registre de bonnes pratiques de sauvegarde

Stratégie de sauvegarde de l’artisanat traditionnel pour la consolidation de la paix (Colombie)

La stratégie de sauvegarde de l’artisanat traditionnel pour la consolidation de la paix lutte contre la fragilisation de l’artisanat traditionnel en s’appuyant sur un système de transmission intergénérationnelle des connaissances entre maîtres et apprentis et sur une méthode d’apprentissage par la pratique. La formation permet aux apprentis de travailler, ce qui améliore leurs perspectives d’emploi. La stratégie vise donc à former différentes catégories de la population, à établir des contacts professionnels et à favoriser l'entrepreneuriat en donnant la priorité aux apprentis en situation de vulnérabilité. Cela aide également la communauté à reconnaître la valeur culturelle et sociétale de la sauvegarde des différents savoir-faire et artisanats traditionnels.

Le programme bioculturel pour la sauvegarde de la tradition du palmier béni au Venezuela

Les activités associées au programme bioculturel pour la sauvegarde de la tradition du palmier béni au Venezuela portent notamment sur la collecte de plusieurs espèces de palmiers dans une chaîne de montagnes bien définie. Après avoir participé à une cérémonie religieuse, les « palmeros » gravissent la montagne où ils vont entreprendre diverses activités, et vont notamment planter et tailler les palmiers. Il y a trente ans, la tradition s’est vue menacée par la déforestation mais les palmeros ont changé la façon dont les palmiers étaient collectés et ont mis en place une série de mesures éducatives innovantes. Ce programme a incité des centaines d’enfants et de jeunes individus à s’impliquer dans la pratique de cet élément.

Le Registre des bonnes pratiques de sauvegarde permet aux États Parties, aux communautés et aux autres parties prenantes de partager des expériences de sauvegarde réussies et des exemples de la manière dont ils ont relevé les défis rencontrés au cours de la transmission de leur patrimoine vivant, sa pratique et des connaissances à la génération future. Ces méthodes et approches sont des leçons et modèles utiles qui peuvent être adaptés à d’autres situations, y compris celles des pays en développement.

Demande d’assistance internationale 

Le Comité a décidé de débloquer 387 777 dollars du Fonds du patrimoine culturel immatériel en faveur du renforcement des capacités des acteurs intervenant dans la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel au Burkina Faso. D’une durée de vingt-quatre mois, le projet proposé vise à renforcer les capacités des acteurs intervenant dans la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel au Burkina Faso. Ce projet en deux étapes porte sur la formation des formateurs et devrait permettre la création d’une équipe de 10 facilitateurs nationaux qui assureront la formation de 225 acteurs locaux. Il est attendu que ces acteurs travaillent ensuite en concertation avec leurs communautés pour la sauvegarde du patrimoine vivant au niveau local et pour en assurer une durabilité efficace.

****

De plus amples informations, y compris la retransmission des travaux du Comité sont disponibles à l’adresse suivante :https://ich.unesco.org/fr/14com

 « B-rolls » : Liste représentative

Contacts presse

Lucía Iglesias Kuntz,l.iglesias@unesco.org) ; téléphone : +33 (0)6.80.24.07.29

Roni Amelan (r.amelan@unesco.org) Tél + 33(0)786435876

Sur Twitter : @unesco, #IntangibleHeritage, #LivingHeritage