Article

Comment des ateliers scientifiques en ligne atteignent les filles et leur entourage au Pérou pendant la crise du COVID-19

15/06/2020

Samantha, 9 ans, une fillette de Lima au Pérou, a été sélectionnée pour participer au programme scientifique de cette année organisé par un lauréat du Prix UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes, la Mini-Académie des sciences et des technologies, ou MaCTec.

Lorsque le Pérou a annoncé la fermeture des écoles pour toute l’année scolaire 2020 en raison de la gravité de la pandémie de COVID-19 dans la région, MaCTec a dû rapidement revoir la fourniture de son programme scientifique extrascolaire destiné aux filles âgées de 8 à 11 ans.

Engager les filles en ligne

En tant que Présidente de MaCTec, Johanna Johnson explique que lors de l’annonce du confinement une préoccupation essentielle a été de savoir si les 40 filles sélectionnées pour participer au programme de cette année, qui devait démarrer la semaine suivante, seraient en mesure d’accéder aux ateliers si ceux-ci étaient organisés en ligne.

« Seulement 6 % des foyers dans les régions reculées du Pérou disposent d’une connexion Internet, contre 40 % dans les zones urbaines et 60 % à Lima » a déclaré Johanna, s’appuyant sur les données de l’Instituto Nacional de Estadística e Informática (Institut national de la statistique et de l’informatique). « Nous avons eu la chance extraordinaire que toutes les filles de cette année aient pu participer bien qu’elles appartiennent à différents milieux socio-économiques. »

Tandis que MaCTec adoptait pour la mise en œuvre de son programme la plate-forme de réunion en ligne Zoom partenaire de la Coalition mondiale pour l’éducation, une priorité a été d’adapter la pédagogie afin que les filles s’engagent et participent aux expériences et aux discussions conduites par les apprenants.

Les scientifiques qui animent les ateliers ont créé des activités et des expériences à partir de matériaux de base faciles à trouver chez soi et ils ont favorisé les discussions de groupe pendant les sessions Zoom. Ces discussions ont invité les filles à poser des questions sur ce qu’elles découvraient au cours de leurs expériences et à élaborer des hypothèses pour la prochaine activité en exploitant ce qu’elles avaient appris la semaine précédente.

Élargir l’apprentissage au-delà des filles

Le point de départ évident a été d’aider les filles à comprendre la situation actuelle en mettant l’accent sur la compréhension du COVID-19 et des virus en général. Les activités ont varié jusqu’à présent de la construction de microscopes en papier (goutte d’eau) à l’examen des effets du COVID-19 sur nos systèmes respiratoires, à travers des travaux pratiques.

Samantha apprécie d’apprendre via Zoom et de se connecter avec les autres filles. « J’aime vraiment en savoir plus sur le coronavirus » a-t-elle déclaré. « Ma mère dit toujours qu’il est important de ne pas croire tout ce que nous entendons et de toujours poser des questions pour découvrir la vérité. »

Pour Johanna, un élément essentiel du succès de l’atelier en ligne a trait à l’appui et à la participation des familles des jeunes filles. Les parents et les frères et sœurs sont encouragés à participer aux expériences et aux cours via Zoom non seulement pour renforcer l’apprentissage, mais aussi pour en faire bénéficier davantage de personnes que les 40 filles.

« L’enseignement scientifique est traditionnellement faible au Pérou et je suis vraiment impressionnée de voir combien les parents sont désireux d’apprendre aux côtés de leurs filles et de poser des questions » a-t-elle déclaré. « De notre point de vue, c’est un résultat positif et nous étudions maintenant la possibilité d’adapter nos ateliers et notre contenu pour en faire bénéficier non seulement les filles, mais aussi leurs familles. »

Saisir l’occasion d’aller plus loin

Même si les ateliers en présentiel vont conserver la priorité, MaCTec voit dans la situation actuelle une fenêtre d’opportunité.

S’appuyant sur le succès initial des ateliers en ligne, MaCTec étudie la possibilité de produire des matériels de qualité pouvant être rendus accessibles non seulement en ligne mais aussi hors ligne afin d’élargir leur disponibilité auprès d’un plus grand nombre de filles au Pérou.

« En développant des activités et des ressources scientifiques qui soient à la fois transformatrices et accessibles aux filles à tout moment, nous espérons atteindre beaucoup plus de filles et leurs familles, en particulier en dehors de Lima où les possibilités pour les filles de s’engager dans la science sont moins nombreuses » a déclaré Johanna.

Elle ajoute : « Plus que jamais, cette crise a renforcé notre détermination à partager notre modèle éducatif axé sur l’investigation, afin de permettre à toutes les filles de réfléchir et d’apprendre de façon critique et d’avoir confiance en leurs capacités ».

***

Au plus fort de la pandémie, plus de 1,5 milliard d’apprenants à travers le monde ont vu leur éducation perturbée à cause des fermetures d’écoles liées au COVID. Dans le cadre de la Coalition mondiale pour l’éducation de l’UNESCO, un « programme phare sur le genre » a été créé pour sauvegarder les progrès réalisés en matière d’égalité des genres et d’éducation et promouvoir l’autonomisation des filles et des femmes dans et par l’éducation.

Le Prix UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes a été créé en 2015 grâce au financement du Gouvernement de la République populaire de Chine. Il récompense des contributions exceptionnelles et innovantes qui font progresser l’éducation des filles et des femmes.

La Mini-Académie des sciences et des technologies (MaCTec) est lauréate 2017 du Prix UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes. MaCTec autonomise les filles péruviennes par le biais d’ateliers animés par des scientifiques de profession, leur permettant de s’émerveiller, de créer et d’expérimenter, puis de rentrer chez elles pour partager leurs expériences avec leurs pairs et leur communauté et pour appliquer ce qu’elles ont appris.