Comment Malte met en œuvre l’éducation à la citoyenneté mondiale

gced_malta-zoltan_gabor-shutterstock-news.jpg

Zoltan Gabor/Shutterstock.com
09 Novembre 2017

En République de Malte, l'éducation à la citoyenneté mondiale (ECM) est dispensée dans le cadre de l’éducation religieuse et morale et de l’enseignement des sciences humaines dans les écoles primaires et secondaires. Depuis 2015, les écoles sont légalement tenues de dispenser un enseignement empêchant les individus d'être attirés par l'extrémisme violent.

David Degabriele, Directeur adjoint des programmes à la Direction pour les programmes d’apprentissage et d’évaluation du Ministère de l'Éducation et de l'Emploi de Malte a déclaré : « C’est un fait que l'extrémisme violent ne connaît aucune limite, quels que soient la race, le sexe, l'âge ou toute autre caractéristique. Malte ne fait pas exception à cela et avec l’instantanéité actuelle, avec le partage instantané des actualités du monde et avec des méthodes de communication immédiates et incontrôlées, le traitement des cultures, des valeurs, des convictions et des modes de vie différents crée de nouveaux défis qu’il convient de résoudre. »

Selon M. Degabriele, cette approche à l’ECM a fait que le cœur de l’apprentissage, un programme entièrement axé sur les contenus se soit déplacé vers un programme axé sur les élèves.

« Nous sommes passés d’un apprentissage reposant sur des questions et des réponses, à des discussions sur des expériences et des réponses personnelles ; et d’une définition des différences par référence à la religion dans le cadre de la tradition, à une reconnaissance de la diversité des individus vivant dans la société maltaise d’aujourd'hui et au respect de la diversité de leurs religions et convictions. »

D’après lui, la mise en œuvre de l’ECM sur l'île a été facilitée par les documents de référence de l’UNESCO, en particulier le Guide de prévention de l’extrémisme violent à l’intention des enseignants.

L’examen réalisé afin de savoir comment intégrer l’ECM dans les programmes d’enseignement a débouché sur un Cadre des résultats d’apprentissage qui sera appliqué pendant l'année scolaire 2018-2019.

M. Degabriele qui, en qualité d’expert national, a participé au groupe de travail de la Commission européenne de Bruxelles consacré à la promotion de la citoyenneté et des valeurs communes de liberté, de tolérance et de non-discrimination par l'éducation, a indiqué : « La nécessité de ressources éducatives professionnelles se fait de plus en plus souvent ressentir. En tant qu’éducateurs, nos tentatives de promotion de la solidarité, d’un sentiment d'appartenance et de responsabilité ne suffisent jamais. En qualité d’éducateurs, nous avons un rôle important à jouer dans la formation holistique des élèves, d’où le degré élevé de pertinence du Guide [de l’UNESCO] à l’intention des enseignants. »

Dès sa création, l'UNESCO s'est engagé à promouvoir une culture de paix et de non-violence, en particulier par le biais de l’Éducation à la citoyenneté mondiale (ECM). L’ECM vise à autonomiser les jeunes pour qu’ils deviennent des contributeurs actifs pour confronter et résoudre les défis mondiaux et construire un monde plus paisible, tolérant, inclusif et sûr. L’ECM est mise en avant dans la Cible 4.7 du Programme de développement durable à l’horizon 2030.