Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Comment le personnel de l’UNESCO défend le droit à l'éducation sur le terrain – Partie 1

24 Octobre 2018

M. Folin-Calabi avec des enfants de l'école Al Buraq de Gaza, octobre 2018. © Motaz Alaaraj

Chaque jour, à travers le monde, l’UNESCO œuvre à défendre le droit à l'éducation de chaque femme, homme et enfant. Mais comment cela se concrétise-t-il sur le terrain ? Rencontrez le personnel de l'Organisation qui a travaillé sur cette question dans différentes régions du monde. Ces témoignages offrent des exemples de réussites et de défis dans la concrétisation du droit à une éducation de qualité pour tous.

M. Lodovico Folin-Calabi, Représentant de l’UNESCO en Palestine et Chef de Bureau

« Comme de nombreux bureaux hors siège, l'UNESCO travaille à différents niveaux en Palestine : nous appuyons le gouvernement en matière de législation, de politique et de gouvernance de l’éducation et pour la mise en œuvre d'une multitude de projets. Nous participons à un grand nombre de groupes de travail thématiques présidés par le Ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur sur diverses problématiques comme l'enseignement supérieur, l'éducation inclusive, le programme d’enseignement, l’EFTP et l'éducation dans les situations d’urgence. Le droit à l'éducation est par nature lié à toutes ces questions. Dans le contexte actuel de la Palestine, avec la multiplication des obstacles au droit à l'éducation, l’appui à une éducation inclusive et de qualité est plus essentiel que jamais. Tous les enfants ont droit à une éducation de qualité dans leurs écoles de quartier et ils ont droit à des enseignants qualifiés et formés qui sont capables d’appliquer ces normes et placent l'éducation adaptée aux situations de conflit au cœur de leur enseignement.

Nous appuyons le gouvernement dans la mise en œuvre de sa Politique d’éducation inclusive, qui assure le droit à l'éducation à tous les enfants de Palestine, quel que soit leur milieu ou les défis qu’ils peuvent rencontrer.

En 2017, le gouvernement palestinien a ratifié une nouvelle loi sur l’éducation que l’UNESCO a commentée et qui a recueilli la contribution des partenaires internationaux œuvrant dans le domaine de l'éducation afin d’assurer sa conformité aux standards, normes et conventions internationales.

Ces dernières années, l’UNESCO a travaillé avec les partenaires nationaux pour faire avancer le droit à l'éducation des étudiants vulnérables de l’enseignement supérieur, par la création de 10 bibliothèques communautaires en Cisjordanie et à Gaza, bénéficiant à plus de 48 000 étudiants grâce à la fourniture de matériels d'étude, le développement des compétences, l’appui à la recherche et d'autres services.

De plus, nous avons soutenu une éducation inclusive et accueillante pour l'enfant, avec des activités pilotes conduites par les enfants et des méthodes d'enseignement/apprentissage innovantes dans 119 écoles pilotes, bénéficiant à 30 000 enfants et 1 700 enseignants et inspecteurs, tant en Cisjordanie que dans la bande de Gaza. 

Dans l’ensemble, il y a d’innombrables exemples de l’absence de droit à l'éducation en Palestine et l'accès à une éducation de qualité représente souvent un défi et une lutte quotidienne pour les enfants et les jeunes. Il y a notamment un manque flagrant d’équipements éducatifs de qualité, beaucoup d’élèves sont confrontés à la violence sur le chemin de l’école et certaines écoles sont menacées de démolition. »

Madame Rokhaya Diawara, Spécialiste de programme en éducation, UNESCO Abuja

Mme Diawara (à droite) avec des écoliers du Togo, février 2017 © UNESCO

« Dans de nombreuses régions d’Afrique, les écoles peu nombreuses et les longues distances entre l'école et les villages font partie des défis que rencontre l’éducation. De plus, nombre de communautés sont confrontées aux défis de l’insécurité, des perceptions culturelles et traditionnelles qui ont fait obstacle à l'accès à une éducation de qualité et équitable.

Dans les endroits où les barrières culturelles constituent un obstacle majeur pour l'accès à l'école, l'UNESCO fait venir l'éducation directement aux élèves, surtout aux filles, grâce à notre approche « l’école vient au-devant des élèves » (School Meets Learners Approach - SMLA). Cela signifie que l’enseignement est formaté et délivré par le biais de la télévision, de la radio et des appareils mobiles. Dans le nord-est du Nigeria, nous convertissons le programme d’enseignement existant en un contenu numérique installé sur les tablettes que nous fournissons aux élèves avec l’appui de nos partenaires. Non seulement ce projet permet aux bénéficiaires directs de recevoir un enseignement, mais il sert aussi à alphabétiser les autres membres de leurs familles.

Par ailleurs, en Côte d’Ivoire, des efforts majeurs ont été déployés pour atténuer l'effet de la distance de l’école sur la fréquentation des élèves, par la création d’écoles primaires et secondaires dans les villages, par la gratuité de l’enseignement dans le primaire et en rendant l'éducation obligatoire pour les enfants. Des incitations comme la réduction des tarifs, voire la gratuité des transports, l'accès libre aux soins de santé pour les élèves et la gratuité des manuels sont les types de mesures qui peuvent aussi permettre de faire progresser le droit à l'éducation dans de nombreuses communautés. »

  • Du 15 octobre au 18 décembre 2018, l'UNESCO réalise une campagne numérique sur le #DroitàlÉducation pour marquer le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Rejoignez la campagne.