Interview

Les commissions nationales soulignent l'urgence du travail de l'UNESCO à l'horizon 2030

25/09/2020

La prochaine décennie est une période charnière pour la communauté internationale et, par conséquent, l'importance de définir avec succès l'orientation stratégique de l'UNESCO ne peut être sous-estimée. Dans le cadre d'une approche globale axée sur l’efficacité, un processus officiel de consultation des commissions nationales et des États membres a été lancé au début de cette année, sous la direction du Bureau de la planification stratégique, en vue de préparer la prochaine Stratégie à moyen terme (2022-2029). Dov Lynch, Chef de la Section des relations avec les États membres, y compris l'Unité des commissions nationales, a participé à ce processus.

"Nous sommes très satisfaits de ce processus. Les commissions nationales se sont engagées de manière très significative dans les consultations pour nous apporter des contributions extrêmement précieuses", déclare Dov.

COVID-19 : aucun obstacle à une discussion riche et fructueuse

Alors que nous nous dirigeons vers un moment crucial de la transformation stratégique de l'UNESCO - la Stratégie à moyen terme - les consultations officielles avec les États membres et les commissions nationales fournissent à l'Organisation une source essentielle de contributions. 230 représentants de 159 commissions nationales ont participé à ce processus, dont des représentants de la jeunesse. Un questionnaire en ligne et une série de réunions consultatives ont été soumis. Après la réunion des États de la région arabe en février au Caire, en Égypte, toutes les autres réunions régionales et sous-régionales ont eu lieu en ligne du fait de la pandémie du COVID-19.

"Compte tenu des circonstances compliquées, nous avons dû faire preuve d'innovation dans la manière dont nous avons mené le processus. Mais les changements de format ne nous ont pas empêchés d'avoir des discussions très riches", note Dov.

Menées avec le Bureau de la planification stratégique, ces réunions ont permis aux participants de discuter des défis régionaux et sous-régionaux et de formuler des recommandations concernant l'orientation stratégique de l'UNESCO pour ses futures actions et priorités de programme. Les consultations ont également été l'occasion de démontrer l'opportunité et l'importance des consultations régionales et sous-régionales avec les commissions nationales dans le cadre de l'élaboration des grandes orientations stratégiques. Les résultats de ces consultations officielles contribuent à la transformation en cours de l'UNESCO, et plus particulièrement à la réflexion sur la prochaine Stratégie à moyen terme.

Des domaines prioritaires clairs émergent

Un certain nombre de thématiques clés ont émergé tout au long de ce précieux processus, notamment le changement climatique, la priorité Afrique (conformément à l'Agenda 2063 de l'Union africaine) et l'égalité des genres. L'accent a également été mis sur la nécessité d'une action continue de l'UNESCO auprès des jeunes et sur le besoin crucial de soutenir les petits États insulaires en développement (PEID).  Au cours des consultations, les commissions nationales ont également souligné les questions relevant des objectifs de développement durable, telles que l'éducation de qualité pour tous, l'eau, les villes et communautés durables, la paix, la justice et des institutions fortes, et les partenariats pour atteindre ces objectifs. Ces thèmes sont apparus dans toutes les régions comme des domaines prioritaires internationaux à aborder.

Dans le cadre de la pandémie du COVID-19, de nombreuses discussions ont également porté sur le rôle crucial de l'éducation, notamment sur les questions d'accès liées à la fois à l'inégalité entre les genres et à l'enseignement à distance, comme la réduction de la fracture numérique et le développement d'outils et de cadres favorables à l'enseignement à distance. En outre, une réflexion a été menée sur la gestion de la qualité et de la pertinence du contenu éducatif, en mettant l'accent sur le développement durable et l'éducation à la citoyenneté mondiale. 

"Ce qui ressort, c'est que le cadre général d'orientation des actions de l'UNESCO de 2022 à 2029 devrait continuer à être basé sur les objectifs stratégiques globaux de réalisation de la paix et du développement durable", explique Dov.

Les commissions nationales attirent l'attention sur l'urgence de la décennie à venir

Le contexte de COVID-19 a également contribué à faire comprendre l'importance de l'action de l'UNESCO à l'heure où le monde entre dans la prochaine décennie.

Les réponses des commissions nationales liées au COVID-19 ont été riches et diverses. Elles reconnaissent le moment important dans lequel nous nous trouvons, mais pas seulement pour la pandémie", déclare M. Dov. "En fait, le thème général vraiment essentiel qui s'est dégagé est la prise de conscience profonde des États que le processus de planification de cette prochaine Stratégie à moyen terme ainsi que du Programme et du Budget se déroule à un moment où il est vital pour l'organisation de bien faire les choses. Nous sommes dans les années clés qui nous séparent de 2030 ; le monde n'est pas sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de développement durable, et il existe un réel sentiment d'urgence dans tous les domaines

Dov Lynch

Cette prise de conscience, ainsi que la valeur que les commissions nationales tirent de la diversité de leur réseau, permet de cibler, de contextualiser et de valoriser leurs contributions, et témoigne de l'importance que l'UNESCO accorde à cette prochaine stratégie à moyen terme. Dans cette optique, les consultations officielles ont été complétées par plusieurs autres processus organisés par l'Unité de soutien à la transformation stratégique, notamment une enquête publique, qui a été diffusée dans 25 langues et sur divers réseaux grâce à l'aide des bureaux extérieurs de l'UNESCO et des commissions nationales.

Cette approche collaborative s'est également traduite par la mobilisation mondiale pour la réponse de l'UNESCO au COVID-19. Une réunion en ligne, organisée en avril, a réuni des représentants des commissions nationales, des délégations permanentes et des bureaux hors Siège, afin de s'entretenir sur les principales initiatives lancées par l'UNESCO en réponse à la pandémie, ainsi que des actions entreprises par les commissions nationales pour répondre à la crise.

 "A travers le monde, de l'Iran à la Colombie, de la Zambie au Canada, les commissions nationales ont montré leur capacité à s'adapter aux défis posés par la pandémie, à travers des actions innovantes pour soutenir leurs gouvernements et leurs sociétés. La crise montre le rôle puissant des commissions nationales pour faire avancer les valeurs et les objectifs de l'UNESCO", déclare Dov.

Les commissions nationales : un réseau diversifié, qui apporte une valeur ajoutée à l'UNESCO

Cette réponse innovante reflète la force que les commissions nationales tirent de leur diversité.

Les commissions nationales sont une partie constitutionnelle de l'UNESCO. Elles forment une plate-forme vraiment unique qui apporte une valeur ajoutée et une énergie considérable au travail de l'Organisation.

Ce réseau mondial diversifié de commissions nationales est complété par leur position d'acteurs locaux, ce qui signifie que nombre d'entre elles ont un accès quotidien immédiat à un vaste réseau de partenaires potentiels. Les partenariats, dit Dov, impliquent de partager et d'innover ensemble. La position des commissions nationales signifie qu'elles sont capables de mobiliser le soutien et les connaissances, d'établir ce genre de "partenariats à valeur partagée" qui vont au-delà du soutien purement financier.

Au-delà de l'enrichissement des partenariats de l'UNESCO, les commissions nationales apportent une valeur significative au travail de l'UNESCO sur le terrain. Un rapport récent préparé par la commission nationale britannique pour l'UNESCO illustre l'impact concret du travail de l'UNESCO au Royaume-Uni, dont ils estiment qu'il génère 151 millions de livres sterling de bénéfices annuels pour les communautés locales, tout en aidant à protéger et à conserver certaines des zones les plus importantes du Royaume-Uni.

"La Commission nationale britannique a développé une méthodologie pour mesurer la valeur du travail de l'UNESCO - en termes monétaires, mais pas seulement : nous devons également penser à la valeur globale, y compris sociale, culturelle et communautaire, que l'UNESCO apporte à la table", souligne Dov.

En outre, ce rapport démontre l'implication de partenariats entre 1300 organisations caritatives, organisations et entreprises, et souligne l'importance des projets de l'UNESCO pour la réalisation des objectifs de développement durable à l'horizon 2030. Dans moins de deux mois, l'UNESCO fêtera son 75e anniversaire, à l'aube de cette décennie cruciale. Aujourd'hui, plus que jamais, l'UNESCO a besoin de son réseau dynamique de commissions nationales pour réaliser ses ambitions aux niveaux mondial et national.