Les compétences numériques sont indispensables à l’emploi et à l'inclusion sociale

15 Mars 2018

Saviez-vous que 95 % de la population mondiale vit dans une région couverte par au moins un réseau mobile 2G ? La croissance rapide de l’accès et de la connectivité internet a ouvert la voie au développement d'une économie numérique à travers le monde, mais il existe des inégalités majeures qui découlent d’une pénurie de compétences numériques tant dans les pays en développement que dans les pays développés. 

Du 26 au 30 mars 2018, la Semaine de l’apprentissage mobile – l’événement phare annuel de l’UNESCO pour les TIC dans l’éducation - examinera les types de compétences nécessaires dans l'économie et la société connectées d'aujourd'hui, en insistant sur les aptitudes et les compétences numériques. Elle se concentrera par ailleurs sur les défis et les stratégies concernant l’offre de possibilités de développement de ces compétences pour tous.

Que recouvrent les compétences numériques ?

Les compétences numériques se définissent comme un éventail de capacités permettant d’utiliser des appareils numériques, des applications de communication et des réseaux pour accéder à des informations et les gérer. Elles permettent de créer et de partager du contenu numérique, de communiquer et de collaborer, et de résoudre les problèmes pour un épanouissement effectif et créatif dans la vie, l'apprentissage, le travail et les activités sociales en général.

Les compétences numériques de base, c’est-à-dire les compétences fonctionnelles fondamentales pour un usage élémentaire d’appareils numériques et d’applications en ligne, sont généralement considérées comme une composante essentielle d'une nouvelle gamme de compétences en alphabétisation à l'ère du numérique, au même titre que les compétences conventionnelles de la lecture, de l'écriture et du calcul.

À un stade plus évolué, les aptitudes numériques de niveau avancé permettent aux utilisateurs d’exploiter les technologies numériques de façon utile et transformationnelle, comme par exemple dans les professions des TIC. Des évolutions numériques majeures comme l'intelligence artificielle (IA), l'apprentissage automatique, l’analyse Big Data modifient les compétences requises, ce qui a un impact sur le renforcement des capacités et le développement des compétences pour l’économie numérique du 21ème siècle. 

Pour permettre aux individus de prospérer dans une économie et une société connectées, les compétences numériques doivent aussi aller de pair avec de solides compétences en alphabétisation et en calcul, une pensée critique et innovante, la résolution de problèmes complexes, la capacité à collaborer et les compétences socio-émotionnelles. 

Des compétences innovantes pour une économie numérique

Pour mettre en œuvre les possibilités que présente l’économie numérique, les gouvernements doivent comprendre de quelle façon les emplois — et les ensembles de compétences qu’ils exigent — sont en train d’évoluer. De « facultatives », les compétences numériques sont devenues « essentielles » et elles doivent être complétées par des « compétences douces » transversales comme la capacité à communiquer efficacement en ligne et hors ligne. Dans les pays en développement, les compétences numériques sont également très demandées et elles améliorent fortement les perspectives d’obtenir un emploi décent. Elles sont liées à un potentiel de rémunération plus élevé et les experts ont prédit une croissance du nombre d’emplois destinés aux personnes possédant des compétences numériques avancées. Non seulement de nouveaux emplois sont disponibles, mais certains d'entre eux sont effectivement vacants, ce qui signifie que l’offre de compétences numériques avancées représente une partie de la solution au chômage.

Lutter contre les inégalités et la fracture du genre

Dans le domaine des compétences numériques, il existe dans les pays en développement comme dans les pays développés d’importantes inégalités reposant sur des divisions comme le statut socio-économique, la race, le genre, la géographie, l'âge et la formation scolaire. Dans ce domaine, la fracture du genre est importante : les femmes ont 1,6 fois plus de chances que les hommes de déclarer le manque de compétences comme un facteur qui entrave leur utilisation de l’internet. La proportion de femmes utilisant l’internet est inférieure de 12 % à celle des hommes et l’écart entre les genres, en matière d’utilisation d’internet, s'est élargi entre 2013 et 2017, en particulier dans les pays les moins avancés.

Sans des interventions politiques, les évolutions technologiques en cours menacent d'exacerber les inégalités entre les personnes possédant des compétences numériques et celles qui en sont dépourvues. Il est donc urgent de trouver des réponses intégrées et complètes. Les acteurs gouvernementaux et étatiques doivent jouer un rôle central dans la définition de principes fondamentaux pour un développement inclusif et équitable des compétences numériques, en proposant aux groupes défavorisés des programmes et des initiatives de développement et une reconversion professionnelle aux adultes risquant de voir leur emploi déclassé.

Faire en sorte que chacun possède les compétences numériques pertinentes aide à faire en sorte qu’une éducation inclusive et équitable, ainsi qu’un apprentissage tout au long de la vie, soient offerts à tous.

L’avenir

Les grandes avancées technologiques des dix prochaines années auront un impact sur les formes de travail et sur la structure des marchés du travail ainsi que sur d'autres aspects de la vie, tels que l'éducation, la santé et l'agriculture. En matière de développement des compétences, il faut s’attendre à de sérieuses conséquences suite à ces changements technologiques, tant pour la reconversion professionnelle et la mise à niveau des compétences des adultes, que pour l'éducation des jeunes et des enfants. Dans ce contexte, il est crucial pour tous les pays de développer les capacités pour anticiper l’évolution des besoins en compétences numériques pour le travail et la vie. Les décideurs politiques et les autres acteurs doivent prévoir les évolutions futures afin d’orienter et de prioriser les actions politiques. 

La Semaine de l’apprentissage mobile aura lieu les 26-30 mars 2018 au Siège de l’UNESCO à Paris.