Les conclusions du Comité directeur Éducation des Nations Unies

12 Mars 2018

Le Comité directeur de l’Objectif de développement durable (ODD) - Éducation 2030, dont la quatrième session s’est tenue au siège de l’UNESCO du 28 février au 2 mars 2018, vient de publier ses recommandations en matière d’éducation. Elles portent sur le financement de l'éducation en tant que bien public, sur une plus forte appropriation de l’Agenda 2030 au niveau national et sur une plus large couverture des données.

Établi en 2016, le Comité constitue le principal mécanisme de consultation et de coordination sur l'éducation dans l’Agenda du développement durable à l’horizon 2030. Il a pour objectif de fournir une orientation stratégique sur l'avancement de l’ODD4. Il réunit 38 membres représentant la majorité des États membres, ainsi que huit agences des Nations Unies, le Partenariat mondial pour l’éducation, l'OCDE, des organisations régionales, des organisations d'enseignants, des réseaux de la société civile, des représentants du secteur privé, des fondations philanthropiques, des organisations de jeunes et d’étudiants.

« Les engagements de l’ODD4 sont ambitieux – et seule une « intelligence collective » fondée sur des stratégies qui tiennent compte des lieux, de la culture, des besoins socio-économiques et des réalités environnementales, permettra de construire les systèmes éducatifs. Un principe fondamental doit guider notre action : l'éducation est un bien public, une responsabilité collective » a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, lors de l'ouverture de la réunion. « C'est par la coopération de tous les acteurs de l’éducation que nous réussirons à relever les défis de l’Agenda 2030 pour l'éducation ».

« Notre agenda est ambitieux et il exige une réponse urgente » a déclaré Dankert Vedeler, co-président du Comité directeur. « Nous devons porter haut la bannière de l’éducation dans le cadre général des ODD, en nous appuyant sur le plaidoyer, l’orientation politique et le suivi».

« Nous devons parvenir à un alignement, à une convergence entre les organisations multilatérales et la région » a indiqué Roberto Iván Aguilar Gómez, ministre de l'Education de Bolivie et membre du Comité directeur. Par ailleurs, le Comité « doit ouvrir la voie au travail que nous devons envisager pour fournir une éducation de qualité. » En vue du Forum politique des Nations Unies de 2019, qui examinera les progrès accomplis dans la réalisation de l’ODD4 et de la Réunion mondiale sur l’éducation programmée à Bruxelles du 3 au 5 décembre 2018, des consultations sur l’éducation sont organisées au Kenya, en Bolivie, en Thaïlande, en Tunisie et en France cette année.

Le Comité a également félicité l'Argentine qui assurera la présidence du G20. Il a saluée sa priorité en matière d'éducation qui se concentre sur les compétences nécessaires à l'apprentissage tout au long de la vie et sur le financement de l’éducation.

Soulignant le fait que l'éducation est un droit dont les gouvernements sont responsables, le Comité directeur a apporté son soutien à une campagne de sensibilisation d'un an qui réunira les réseaux de la société civile, le Rapport mondial de suivi sur l’éducation (GEM) de l’UNESCO, les agences des Nations Unies, les organisations régionales et les pays. Selon le GEM, seulement 55 % des pays disposent d’un cadre juridique national qui permet aux citoyens de porter devant les tribunaux les violations du droit à l'éducation. Comme a pu l’exprimer une représentante des jeunes, Victoria Ibiwoye, « nous ne devons oublier que l'éducation n'est pas un privilège. C'est un droit humain. »

 

Recommandations du Comité directeur

Dans le domaine du financement, le Comité a souligné le besoin d’harmoniser l’attention portée dans les trois volets suivants : financements nationaux ; aide publique au développement et financements innovants. Le Comité :

  • Recommande que toutes les initiatives de financement prennent en considération l’éducation comme un bien public. Elles doivent être guidées par les principes d'équité, de qualité et d’inclusion, et par la nécessité d’offrir 12 années d’enseignement gratuit financé par des fonds publics ;
  • Appelle les gouvernements à accroître les recettes publiques, y compris en élargissant l’assiette fiscale, à augmenter les fonds alloués à l'éducation et à prioriser les dépenses aux groupes les plus marginalisés ;
  • Appelle à la collecte de données pour mieux comprendre l’ampleur des coûts en matière d’éducation de base pour les ménages afin de réduire la charge financière des familles ;
  • Appelle à un dialogue renforcé entre les apporteurs de financements innovants, les bailleurs et les états et communautés bénéficiaires ;
  • Encourage la mobilisation des ressources du secteur privé tout en garantissant des mécanismes de contrôle efficaces pour la transparence et la responsabilité.

Dans le domaine des données, du suivi et de l’établissement de rapports, le Comité :

  • Plaide pour un accroissement des investissements à hauteur de 280 millions de dollars US/année (montant estimé) et appelle à un financement prévisible des institutions ayant un mandat des Nations Unies pour collecter les données et assurer le suivi de l’ODD4, et appelle tous les partenaires à travailler de façon coordonnée, en s’appuyant sur les responsabilités et les coûts partagés convenus ;
  • Encourage les gouvernements à renforcer et / ou développer les systèmes d'évaluation nationaux holistiques et à élaborer des plans pour participer aux évaluations des acquis de l’apprentissage aux niveaux régional ou international ;
  • Pour renforcer la responsabilité, encourage les gouvernements à présenter des rapports publics sur les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs des politiques nationales de l’éducation.

Dans le domaine des orientations stratégiques, le Comité :

  • Encourage les États membres à mieux identifier les nombreux entraves au droit à l'éducation ;
  • Appelle les pays à une plus forte réappropriation au niveau national du Cadre d’action 2030 à travers des consultations nationales et régionales sur l’éducation et l'intégration des cibles de l’ODD4 dans les systèmes éducatifs nationaux ;
  • Conseille de renforcer la coordination intersectorielle par la mobilisation d’un ensemble de départements ministériels.

 

Les recommandations seront disponibles sur ce lien