News

Consultations des ONG en vue de la Réunion mondiale sur l'éducation 2020 : L'éducation pour le bien de l'humanité

09/10/2020

Le groupe de coordination (GC) de la Consultation collective des ONG sur l'éducation 2030 de l'UNESCO (CCONG-Éducation 2030) s'est réuni le 17 septembre et le 1er octobre en vue de la Réunion mondiale sur l'éducation (2020 GEM).  

Le groupe de coordination, après avoir recueilli la voix de ses membres respectifs aux niveaux national, régional et international, s'est réuni pour apporter le point de vue de la société civile au projet de déclaration de la réunion. La déclaration, un accord sur les actions prioritaires mondiales à mener au cours des 12 prochains mois pour assurer une réponse adéquate en matière d'éducation à la COVID-19, sera approuvée le 22 octobre 2020 lors du segment de haut niveau de la 2020 GEM. 

Lors de ces réunions, les membres ont exprimé la nécessité d'une éducation gratuite et de qualité pour l'apprentissage préscolaire, scolaire, des jeunes et des adultes dans des cadres formels et non formels, en particulier pour les plus marginalisés, tout au long et au-delà de la crise.  

Financement de l'éducation 

Les recherches menées par le Rapport mondial de suivi sur l'éducation ont montré que si la communauté internationale agissait maintenant et investissait dans des programmes de rattrapage et de réinscription, cela pourrait réduire de 75 % le coût supplémentaire de COVID-19 sur l’éducation et ainsi l’objectif du développement durable 4 (ODD 4).  

Lors de la réunion, les membres ont souligné la nécessité d'assurer la part des dépenses publiques de l'éducation, d'inclure dans les plans nationaux de relance des allocations pour des cours de rattrapage afin de récupérer la perte d'apprentissage de tous les élèves défavorisés et des campagnes de réinscription pour les apprenants qui risquent de ne pas reprendre leurs études.  

Le président de la Campagne mondiale pour l'éducation (CME), Refat Sabbah, a appelé à des solutions de financement nationales et au financement international de l'éducation pour cibler les pays qui en ont le plus besoin, "ces pays devraient être soutenus par des subventions et des annulations de dettes", a-t-il déclaré. 

Connectivité et biens communs numériques 

Grâce au travail de la Coalition mondiale pour l'éducation, l'UNESCO a travaillé sans relâche sur la connectivité à Internet pour les établissements d'enseignement et sur la création d'un patrimoine numérique commun, en vue de permettre un apprentissage équitable et inclusif basé sur la technologie.  

La réunion a permis d'explorer le fossé actuel en matière de connectivité et les membres ont exprimé le besoin de ressources d'apprentissage basées sur la technologie, gratuites, équitables et inclusives.  

"La connectivité à l'internet devrait être considérée comme un bien public et un droit du 21e siècle", a déclaré la représentante de la CCONG GC Amérique latine et Caraïbes, la coordinatrice générale de la Campaña Latinoamericana por el Derecho a la Educación (CLADE), Nelsy Lizarazo.

A cela, la représentante de la CCONG GC Asie et Pacifique, la secrétaire générale de l'Association Asie-Pacifique Sud pour l'éducation de base et des adultes (ASPBAE), Maria Lourdes Almazan Khan, a ajouté que "les gouvernements doivent garantir des cadres réglementaires et des lignes directrices pour les fournisseurs privés d'éducation en ligne. Dans le même temps, il faut renforcer les capacités des écoles publiques à fournir une éducation de qualité grâce à des approches mixtes - en ligne et hors ligne".  

Toutefois, a ajouté le président de la Campagne du réseau africain sur l'éducation pour tous (ANCEFA), Samuel Dembele, "en attendant les TIC ne sont pas développées au même niveau dans toutes les régions, il est juste de prendre en compte tous les niveaux d'évolution technologique pour répondre aux besoins éducatifs : fournir une éducation en ligne par le biais des médias, des radios, des télévisions, des sites de données, pour pallier le manque de TIC".

Réouverture des établissements d'enseignement 

La réouverture des écoles, des établissements d'enseignement en toute sécurité et l'établissement d'une collaboration plus étroite entre les secteurs de l'éducation, de la santé et de la protection sociale avec des plans axés sur l'équité, tenant compte de l'égalité des sexes et de l'inclusion et bénéficiant d'un financement adéquat constituent une partie importante de la boîte à outils actuellement élaborée par l'UNESCO en réponse au COVID-19. Cette boîte à outils fournit des principes pour guider les gouvernements et les communautés dans la prise de décisions concernant l'apprentissage pendant et après la pandémie.   

"Il existe un besoin d'apprentissage et d'éducation des adultes, qui n'est pas seulement lié au travail. L'éducation communautaire, l'apprentissage intergénérationnel sont essentiels pour la réponse des communautés à la pandémie. Le soutien à ces domaines devrait être explicite dans la période à venir", a déclaré Maria Khan de l'ASPBAE, exprimant la nécessité de soutenir davantage les "centres d'apprentissage communautaires pour la diffusion de l'information et la sensibilisation sur la manière de prévenir la transmission de COVID-19 ainsi que pour soutenir les programmes d'éducation tels que les possibilités d'apprentissage, la requalification pour permettre aux jeunes et aux adultes d'obtenir un emploi et un revenu. Les centres d'apprentissage de proximité peuvent également soutenir l'alimentation des enfants en bas âge ainsi que fournir un soutien psychosocial et un renforcement des capacités des jeunes et des adultes". 

L'Organisation mondiale pour l'éducation préscolaire (OMEP), représentée par sa présidente Mercedes Mayol Lassalle, a averti que "la réponse de COVID-19 en matière d'éducation n'a pas pris en considération le développement de la petite enfance, la petite enfance n'est pas un moment pour l'apprentissage à distance", ce à quoi la présidente du Comité de liaison des ONG de l'UNESCO, Marie-Claude Machon-Honoré, a ajouté "pour le bien de l'humanité, le contact humain est nécessaire à tous les niveaux, en particulier dans la petite enfance, mais pas seulement, l'apprentissage en face à face doit être privilégié lorsque cela est possible. ” 

L'investissement dans le développement des compétences pour une relance inclusive, un travail décent et un développement durable par le biais de possibilités de reconversion et de perfectionnement pour tous les jeunes et les adultes qui ont perdu ou risquent de perdre leur emploi a également été au centre des discussions, y compris la culture numérique et l'alphabétisation.  Le représentant européen de la CCONG, Christoph Jost, directeur de l'Association européenne pour l'éducation des adultes (DVV International), a déclaré que "les gouvernements doivent aussi offrir des possibilités d'apprentissage non formel aux jeunes et aux adultes afin de permettre une éducation numérique et médiatique plus inclusive et une éducation à la santé pour les apprenants de tous âges". 

Enseignants 

Soutenir tous les enseignants en tant que travailleurs de première ligne, impliquer leur représentant dans la prise de décision et assurer leur bien-être personnel et professionnel et leurs besoins de développement professionnel, y compris les compétences numériques et pédagogiques pour l'enseignement différencié, a également été au centre des discussions des ONG le 1er octobre. 

Rasheda K. Choudhury, représentante des ONG nationales au sein de la CCONG, directrice exécutive de la Campagne pour l'éducation populaire (CAMPE), s'est exprimée au nom des enseignants en déclarant : "Soutenez les enseignants en tant qu'acteurs de première ligne dans la promotion des règles de santé et d'hygiène au sein des établissements d'enseignement et des communautés, et soutenez leurs représentants afin qu'ils soient inclus dans la planification et la mise en œuvre, aux niveaux national et local, des réponses et des plans de relance".  

"Les enseignants, les parents, les familles, la communauté et les gouvernements. Cette pandémie nous a montré que c'est ensemble que nous devons travailler, construire des ponts entre les secteurs de l'éducation, de l'université, de la recherche et de la santé. Et que les enseignants et les parents doivent être soutenus pour faire face aux défis des futures pandémies et des fermetures de nos établissements d'enseignement", a déclaré Marie-Claude Machon-Honoré, du Comité de liaison des ONG de l'UNESCO.   

Diriger l'agenda de l'éducation 2030

En conclusion, les membres du GC ont souligné l'importance du 2020 GEM, affirmant avec force le rôle de chef de file de l'UNESCO dans la coordination de l’ODD-Éducation 2030, tel que codifié au paragraphe 92 du Cadre d'action ; et que les mesures visant à renforcer la coordination mondiale en matière d'éducation en cette période difficile de la pandémie devraient être alignées sur l'architecture convenue pour le suivi de ODD4, qui assure un leadership fort des États membres, une large représentation des parties prenantes et la participation institutionnalisée de la société civile. 

La CCONG-Éducation 2030 est le mécanisme clé de l'UNESCO pour le dialogue, la réflexion et le partenariat avec les ONG travaillant dans le domaine de l'éducation. Son groupe de coordination est composé de 10 membres élus, aux niveaux international, régional et national, représentant un réseau de plus de 300 ONG. 
 

Lire la note conceptuelle de la Réunion mondiale sur l'éducation 

Plus d'information sur la réunion