« Convention sur la mobilité universitaire » : les États membres de l’UNESCO donnent le feu vert pour une adoption possible en 2019

11 Novembre 2017

En novembre 2017, la 39ème session de la Conférence générale de l’UNESCO a approuvé la poursuite de la préparation de la Convention sur la mobilité universitaire de l’UNESCO (Convention mondiale sur la reconnaissance des qualifications de l’enseignement supérieur) et son adoption possible lors de sa prochaine session en novembre 2019. Cette future Convention a pour objet de fournir un cadre mondial de principes et de règles universels régissant la reconnaissance des titres, diplômes et certificats délivrés par l’enseignement supérieur.

À ce jour, trois conventions régionales ont été réactualisées (Convention de la région Europe, Convention des États d’Asie et du Pacifique et Convention des États d’Afrique) ; quant aux deux autres (Convention des États d’Amérique latine et de la région des Caraïbes et Convention des États arabes) qui sont en cours de révision, leur adoption est prévue pour 2019. Par rapport aux Conventions régionales sur la reconnaissance, la future Convention jouera un rôle complémentaire couvrant également la mobilité universitaire inter-régionale. Elle fournira les principes et dispositions applicables dans toutes les régions, tout en restant suffisamment flexible pour tenir compte de la diversité des systèmes d'enseignement supérieur à travers le monde.

Vingt-sept États membres de l’UNESCO et deux observateurs ont pris la parole au cours de la session pour exprimer leur encouragement à ce projet important. L'UNESCO devra compter sur le soutien des États membres pour entreprendre un processus inclusif offrant une participation satisfaisante des états de toutes les régions. À cet égard, la Norvège qui a largement contribué à la préparation de la future Convention ces trois dernières années a déjà fait part de son engagement à poursuivre sa contribution pour les étapes suivantes.

La Convention ayant une portée mondiale, il est crucial que tous les pays et toutes les parties prenantes pertinentes au niveau national, régional et mondial, soient impliqués dans le processus de préparation. Les consultations et les négociations envisagées au cours des deux prochaines années avec tous les États membres et les parties prenantes ont pour but de conduire à l'adoption possible du projet de texte par les États membres de l’UNESCO en novembre 2019.

La future Convention constituera une avancée majeure pour les droits des étudiants à faire évaluer les qualifications obtenues dans l’enseignement supérieur par les autorités nationales compétentes, de manière équitable, transparente et non-discriminatoire. Elle renforcera de surcroît la coopération dans l'enseignement supérieur et la confiance dans les systèmes d'enseignement supérieur pour assurer la qualité de l'éducation conformément aux Objectifs de développement durable des Nations Unies.