Article

COVID-19, Information, Migration et emploi des jeunes : l’UNESCO poursuit la formation des radios communautaires au Sénégal

31/03/2021
03 - Good Health & Well Being
08 - Decent Work and Economic Growth
16 - Peace, Justice and Strong Institutions

21 radios communautaires et 4 radios privées des régions de Dakar, Thiès, St. Louis, Kolda, Ziguinchor, Matam et Tambacounda, ont été renforcées dans leurs capacités de production des contenus de qualité sur la migration et l’emploi des jeunes, au cours d’un webinaire organisé du 25 au 26 mars 2021.

L’UNESCO, en collaboration avec la West Africa Radio Democraty (WARD), a organisé les 25 et 26 mars 2021, un webinaire sur l’information, la migration et les défis de l’emploi pour les jeunes au Sénégal dans le contexte de la COVID-19.

Le constat est clair, « depuis l’apparition de la maladie à coronavirus, le Sénégal tout comme le reste du monde, traverse une crise économique et sociale qui touche particulièrement les jeunes », note dans son discours d’ouverture, M. Michel KENMOE, Conseiller régional pour la Communication et l’Information au Bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Ouest (Sahel) à Dakar. Une crise perceptible à travers les récents évènements survenus dans le pays et ayant causé la mort de plusieurs citoyens sénégalais. En pareil temps, « l’information s’avère donc d’une importance capitale, les journalistes ayant un rôle fondamental à jouer dans la formation d’une génération consciente », souligne Mme Chiara BARISON, Représentante du bureau de l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement (AICS) à Dakar.

D’où l’intérêt de former les journalistes à la production d’une information utile et d’intérêt public, et notamment « les radios communautaires qui de part leur nature et leur vocation, jouent un rôle considérable dans la transmission de l’information de proximité comme l’information sur la migration et les défis de l’emploi, des thématiques essentielles pour la jeunesse », précise M. Michel KENMOE.

En effet, la COVID–19 est venue accentuer la difficulté d’emploi des jeunes, poussant certains à entreprendre le voyage de la migration irrégulière avec ses conséquences parfois désastreuses, malgré les opportunités d’emploi qui peuvent encore exister dans leur pays. Une situation à laquelle « le journaliste citoyen, participatif et non partisan, peut répondre en faisant preuve de créativité et d’innovation dans le choix des sujets qu’il évoque », renchérit Mme Chiara BARISON.

Il ne s’agit pas de se focaliser sur les risques de la migration irrégulière, mais sur toutes les thématiques autour de la migration ; de faire aussi une communication positive qui s’adapte aux évolutions, afin de promouvoir les talents et la création d’emploi dans un contexte difficile de pandémie

Mme Chiara BARISON, Représentante du bureau de l’AICS

Ainsi, les participants et participantes au webinaire ont bénéficié d’une série de formations sur l’état des lieux de la migration au Sénégal dans le contexte de la COVID-19 ; sur les réelles perspectives et la manière d’informer sur l’emploi des jeunes en 2021 ; sur les risques sanitaires et vulnérabilité des migrants en période de pandémie. Les témoignages de migrants de retour sont aussi venus renforcer leur compréhension des défis des jeunes, notamment dans le cadre de l’accomplissement professionnel. Un exemple, celui de l’Ivoirienne et migrante de retour Maimouna, ayant vécu au Sénégal dans sa tentative de rejoindre l’Europe via la Libye et qui a finalement réussi à entreprendre dans le domaine de l’agriculture en Côte d’Ivoire, après avoir tenté l’aventure pour chercher des fonds d’investissement. Alors qu’elle avait été aidée par l’Organisation Internationale des Migrants (OIM) pour le financement de son activité, elle sensibilise aujourd’hui les autorités à accompagner les jeunes qui sont nombreux à manquer d’encadrement malgré la multitude de projets qui ne demandent qu’à être mis en œuvre.

la question de l'emploi, qui est un sujet crucial, ne saurait être réglée sans l'avis des jeunes. Les jeunes sont souvent exclus de la table des discussions et d’autres prennent des décisions à leur place au lieu de les impliquer dans la recherche de solutions. Voilà un angle qu’il faut aborder dans le traitement de ce sujet.

Marina Binta Kabou, journaliste à Manoore Fm

Cette rencontre faisait suite à un atelier de formation et un webinaire organisés par l’UNESCO entre 2019 et 2020, au bénéfice de 11 radios communautaires des régions de Dakar et de Thiès. Ces derniers acteurs, qui avaient été appuyés dans la production de contenus sur la thématique, ont eu l’occasion de restituer leurs travaux qui orienteront leurs confrères et consœurs des autres régions (St. Louis, Kolda, Ziguinchor, Matam et Tambacounda) nouvellement formés, pour la production de programmes innovants sur la migration et l’emploi des jeunes au Sénégal.

A travers cette initiative, il s’agit pour l’UNESCO de réaffirmer son engagement auprès des médias locaux et communautaires à les soutenir dans la production de l’information sur tous les sujets d’intérêt général y compris celui de la migration.

Cet appui renouvelé s’inscrit dans le cadre du projet « Autonomiser les jeunes en Afrique à travers les médias et la communication », mis en œuvre par l’UNESCO dans huit (08) pays d'Afrique de l’Ouest et du Centre : Cameroun, Côte d'Ivoire, Ghana, Guinée-Conakry, Mali, Niger, Nigéria et Sénégal. Ledit projet est financé par le Ministère Italien des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale (MAECI) et l’Agence italienne pour la Coopération au développement (AICS).