Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Vers la création de BRIDGES : action pour promouvoir la science de la durabilité

15 Octobre 2019

En 2013, le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies a déclaré: « Le développement durable est le défi majeur du XXIe siècle ». L'Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable expose les défis locaux et mondiaux auxquels l'humanité est confrontée, avec une perspective sur la transformation nécessaire vers le développement durable; et comment les États membres des Nations Unies ont accepté de relever ces défis. Dans le contexte des Nations Unies, il est unanimement reconnu que la science de la durabilité, une approche émergente de la science ayant pour objectif une vision humaniste intégrée des principales dimensions du développement durable, peut apporter une contribution vitale à la réalisation internationale des 17 Objectifs de développement durable et, plus spécifiquement, aider à concrétiser la vision définie par l’Agenda 2030 du Développement Durable des Nations Unies.

La science de la durabilité doit être comprise comme une science sur la durabilité et pour la durabilité; ou en d'autres termes, comme un double processus englobant l'étude et la compréhension de socio-écosystèmes complexes d'une part, et ces mêmes connaissances orientées vers la conception d'actions en faveur de la durabilité d'autre part.

Depuis décembre 2017, des discussions exploratoires ont eu lieu entre l'UNESCO, le Conseil international de la philosophie et des sciences humaines (CIPSH) et divers partenaires institutionnels et organisationnels actifs au niveau international dans le domaine de la durabilité (en particulier le Humanities for the Environment Circumpolar Observatory) concernant la proposition d’établir une coalition mondiale sur la science de la durabilité. Cette initiative s’appuie sur le paradigme affiné de la science de la durabilité inauguré en 2017 avec le lancement des Lignes directrices de l’UNESCO sur le rôle de la science de la durabilité dans la recherche et l'enseignement, et vise spécifiquement à les rendre opérationnelles.

Afin d’explorer les bases programmatiques et procédurales de BRIDGES en tant que coalition internationale pour une action dans le domaine de la science de la durabilité, le Programme sur la gestion des transformations sociales (MOST) de l’UNESCO a organisé un atelier les 5 et 7 octobre 2019 à Sigtuna, en Suède. Cet atelier fait suite à deux autres ateliers organisés plus tôt cette année: l'un en mars 2019 à Mação (Portugal) et l'autre en juin 2019 au siège de l'UNESCO à Paris (France).

À la suite de cet l'atelier de haut niveau, un symposium a été organisé le lundi 7 octobre 2019 à l'intention du grand public. Il a accueilli des représentants d'organisations clés, d'institutions et d'autres partenaires potentiels de la région Nordique qui jouent un rôle important dans la promotion de la science de la durabilité.

Les discussions ont permis la prise de décisions préliminaires relatives aux principes fondamentaux de la coalition. Engagée vers une compréhension critique de la durabilité mettant l'accent sur la diversité de ses sujets, objets et processus, la coalition étudiera des socio-écosystèmes complexes comme réseaux de significations et d'interactions, intrinsèquement multiformes et pluralistes. Ainsi, la coalition sera ancrée dans les sciences humaines mais conçue pour aller au-delà; elle visera à élargir la science de la durabilité en apportant de multiples formes de connaissances, y compris les connaissances traditionnelles, tout en suivant une approche éthique de la mobilisation et de l'utilisation des ressources.

En particulier, l’événement a accueilli des représentants du peuple autochtone Kogi de la Sierra Nevada de Santa Marta, en Colombie, dans le but d’intégrer leurs connaissances et leurs pratiques écologiques au domaine scientifique, en fournissant un espace transdisciplinaire pour que la tradition autochtone puisse s'exprimer en ses propres termes, aux côtés de méthodes environnementales modernes. L’événement a permis d’attirer l'attention sur la signification du “savoir ancestral” du pays et sur l'importance des “sites sacrés” pour sa protection et son maintien.

À partir de 2020, BRIDGES élaborera un cadre d’action réunissant divers partenaires, pour concevoir et mettre en œuvre, de manière conjointe et participative, des projets pilotes ancrés dans les territoires, combinant différentes sources de connaissances et traditions.