News

Criminalisée par les extrémistes violents, la musique est désormais de retour à Mossoul

22/09/2020

Même le vent peut parfois siffler une mélodie, mais siffloter aurait pu entraîner une sanction grave lorsque les extrémistes violents ont pris le contrôle de Mossoul (Irak) en 2014. Pendant trois ans, ils ont semé la peur et la dévastation en interdisant les expressions et les pratiques culturelles, notamment de chanter, d’'écouter de la musique ou de pratiquer un instrument.

Les ravages qu'ils ont infligés ont empêché de nombreuses personnes de jouer de la musique, mais même aux heures les plus sombres, Khalid Al-Rawi, un joueur de oud, n’a pas été réduit au silence.

« La musique a toujours été à mes côtés », a déclaré Khalid en expliquant comment il jouait de la musique en cachette chez lui, portes et fenêtres closes et sans le pic de oud ou de reesha, pour adoucir le son. « Cela fait partie de ma vie », a-t-il ajouté en expliquant comment, lorsqu’il se sentait d’humeur rebelle, il jouait de la musique dans le jardin, ce qui était risqué mais libérateur au milieu d'une ville assiégée.

Les années de guerre qui ont ravagé la ville ont rendu la vie insupportable aux Mossouliotes, mais cela n'a pas brisé leur volonté de surmonter la tragédie. Près de trois ans après la libération, Mossoul a encore un long chemin à parcourir pour se relever et l'UNESCO est aux côtés du peuple irakien et de la communauté internationale pour restaurer Mossoul et lui redonner les textures et les rythmes de vie qui la distinguaient des autres villes d'Irak.

Dans le cadre de son initiative phare « Faire revivre l'esprit de Mossoul », l'UNESCO se concentre sur trois initiatives principales : la restauration et la réhabilitation du patrimoine culturel, la revitalisation de la vie culturelle et la reconstruction du système éducatif. Restaurer les pratiques et traditions culturelles et doter les jeunes des outils nécessaires pour être des membres actifs de la société, sont nécessaires pour assurer la cohésion sociale et la construction d'un avenir pacifique à Mossoul.

Grâce à l'initiative de l'UNESCO « Faire revivre l'esprit de Mossoul », Khalid pense que l'on fera plus pour donner plus de pouvoir aux jeunes, aux musiciens et aux intellectuels.