News

Deux femmes journalistes de renom sur le point de rejoindre le Jury 2021 du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO-Guillermo Cano

15/01/2021

Zainab Salbi (Iraq) a récemment rejoint le Jury du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO-Guillermo Cano. Ses collègues sont fiers d’accueillir cette journaliste militante renommée, très influente et active au cours des dernières décennies. À 23 ans, Zainab a fondé Women for Women International, une organisation humanitaire et de développement locale destinée à soutenir les femmes ayant survécu à des guerres. Sous sa direction, pendant environ 20 ans, l’organisation est venue en aide à plus de 478 000 femmes marginalisées dans 8 zones de conflit.

En tant que journaliste, elle a créé et animé plusieurs émissions, notamment : #MeToo, Now What? sur PBS (2018) ; The Zainab Salbi Project, une série originale du Huffington Post (2016) ; The Nidaa Show sur TLC Arabia, où elle a été la première du monde arabe à interviewer Oprah Winfrey ; et dernièrement Through Her Eyes, avec Zainab Salbi, sur Yahoo News. Elle apparaît régulièrement sur MSNBC pour commenter l’actualité.

Zainab est également l’autrice de plusieurs livres et a été reconnue comme l’une des femmes les plus influentes du monde par diverses revues internationales de renom. Elle vient d’être sélectionnée pour devenir membre du Jury du Prix humanitaire Hilton, la plus grande récompense pour l’action humanitaire décernée dans le monde. Elle fait partie du comité de direction de Synergos et du Projet international d'assistance aux réfugiés (IRAP).

À une époque où l’intégrité de la vérité est remise en question et insultée, c’est un honneur pour moi de servir le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO-Guillermo Cano, qui récompense les journalistes engagés dans le triomphe de la vérité.

Zainab Salbi (Iraq)

Marilu Mastrogiovanni (Italie), reporter, fondatrice et directrice de Il Tacco d’Italia, présidera le Jury en 2021. Elle s'est spécialisée dans les reportages d'investigation sur le crime organisé dans la région du sud-est des Pouilles, connue pour être la « quatrième mafia » en Italie. À la suite de plusieurs menaces de mort, elle a bénéficié d'une protection policière permanente.

Elle est la fondatrice du Forum méditerranéen des femmes journalistes et enseigne le « Journalisme et l’investigation numériques » en Master de journalisme, ainsi que les « Relations avec les médias » (Département d’Éducation, de Psychologie et de Communication) à l'Université Aldo Moro de Bari.

La proposition de présider le Jury du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO-Guillermo Cano 2021 est un honneur en tant que journaliste et m’a profondément fait avancer en tant que personne. Dans ma région, la libre information a toujours été perçue comme une menace par les pouvoirs territoriaux, les hommes politiques ainsi que les criminels et les « mafieux ». Cette responsabilité peut donc m’aider à lancer un forum de discussion en ligne sur le rôle du journalisme comme instrument majeur de la démocratie.

Marilu Mastrogiovanni (Italie)

Parmi les autres membres du Jury, on peut mentionner : Wendy Funes (Honduras), journaliste d’investigation, David Dembele (Mali), rédacteur en chef de la Dépêche du Mali/L’Investigateur, Hamid Mir (Pakistan), rédacteur exécutif de Geo Television Pakistan et Alfred Lela (Albanie), analyste politique sur News 24 et fondateur et directeur de Politiko.al.

Zainab succède Giselle Khoury, journaliste libanaise renommée et animatrice de BBC Arabic, qui a achevé son mandat de membre de Jury du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO-Guillermo Cano, auquel elle a contribué avec enthousiaste et compétence lors de ces trois dernières années, et qu’elle a présidé en 2020.

Le Jury du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO-Guillermo Cano se compose d’un membre indépendant représentant tous les types de médias y compris les médias numériques, de chacune des six régions définies par l’UNESCO, soit six personnes désignées à titre personnel par le Directeur général de l’UNESCO. Le Jury est nommé pour une période de trois ans, renouvelable une fois.

Décerné chaque année à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse (le 3 mai), qui sera célébrée cette année à Windhoek, en Namibie, le prix est attribué lors d’une cérémonie au cours de laquelle le lauréat reçoit une somme de 25 000 $.

Les propositions de nominations par les États membres de l’UNESCO et les ONG internationales et régionales actives dans le domaine de la liberté de la presse doivent être présentées en envoyant le formulaire disponible en anglais ou en français avant le 15 février 2021 au Secrétariat de l’UNESCO (g.godoi@unesco.org et f.romer@unesco.org).

Ce prix a été créé par le Conseil exécutif de l'UNESCO en 1997 en hommage à Guillermo Cano, journaliste colombien mort dans l’exercice de sa profession. Il récompense chaque année une personne, une organisation ou une institution ayant contribué de façon remarquable à la défense et/ou la promotion de la liberté de la presse dans le monde, notamment lorsque des risques ont été encourus.

Pour en savoir plus sur le prix, veuillez consulter cette page.