Deuxième réunion régionale du Projet du Fonds-en-dépôt UNESCO-Corée « Transformer l’éducation en Afrique grâce aux TIC »

02 Février 2018

L'UNESCO a organisé la deuxième réunion régionale du Projet du Fonds-en-dépôt UNESCO-Corée Transformer l’éducation en Afrique grâce aux TIC à Kigali, au Rwanda, du 24 au 26 janvier 2018. Ce projet appuie l’apprentissage entre les pairs au Mozambique, au Rwanda et au Zimbabwe. 

Après la réunion régionale de mai 2016 à Harare, au Zimbabwe, c’était la première fois que les trois équipes avaient l’occasion de se réunir et de s’informer sur les progrès accomplis dans leurs pays bénéficiaires respectifs. Cette réunion leur a aussi permis de mieux préparer la phase finale de la mise en œuvre du projet, celui-ci devant s’achever en juin 2019, d'améliorer la collaboration entre les pays, de s’engager dans des activités conjointes et d’échanger des ressources et des expériences d’apprentissage.

Preuve de l'importance accordée au projet du Fonds-en-dépôt UNESCO-Corée par le pays hôte et le pays bailleur, la réunion a été inaugurée par l'Ambassadeur de Corée au Rwanda, M. Kim Eung-joong, et par le Ministre de l’Éducation du Rwanda, le Dr. Eugene Mutimura. Rappelant la contribution essentielle de l’éducation pour affranchir son pays de la pauvreté engendrée par les destructions de la guerre il y a seulement 70 ans, M. Kim a souligné l’accent qui a été mis sur la formation des enseignants pour améliorer la qualité de l’éducation - une stratégie que le projet Fonds-en-dépôt UNESCO-Corée soutient sans réserve. De son côté, le Dr. Mutimura a mis en avant l'engagement qu’a pris le Rwanda de permettre à son pays, grâce à l’éducation et aux TIC, de passer d'une économie agraire à faible revenu à une société de la connaissance, axée sur les exportations, à revenu intermédiaire. Il a observé qu’il ne suffisait pas d’avoir des équipements pour créer la différence, la disponibilité de contenus et d’enseignants formés est tout aussi importante, voire plus.

Les membres des trois délégations nationales ont eu la possibilité de présenter les réalisations, les défis et les enseignements dégagés concernant les différentes composantes du projet, en particulier le test d’un modèle d'école électronique, les évaluations électroniques, la formation des enseignants à l'utilisation pédagogique des TIC, l’apprentissage libre et à distance (ALD), la formulation de politiques et le Programme Information pour tous de l’UNESCO. Différentes stratégies et solutions ont également été identifiées pour la mise en place d’un apprentissage continu entre les pairs des trois pays et l’amélioration de la communication interne et externe.

Il est certain que la formation des enseignants s’est avérée être l’un des volets les plus réussis du projet, chaque pays adaptant et contextualisant le Référentiel de compétences TIC pour les enseignants de l’UNESCO en fonction de ses propres besoins. Le cas du Rwanda est un parfait exemple de pérennisation au-delà de la fin du projet, puisque l'Agence de développement coréenne, KOICA, va prochainement prendre le relais de l'UNESCO pour appuyer la mise en œuvre du programme de formation dans tout le pays, portant sur 43 000 enseignants. Dans le domaine de l’ADL, les trois pays ont bien progressé dans l'intégration des TIC dans leurs programmes d'apprentissage à distance et ils ont profité de cette réunion pour élaborer des stratégies en vue d’une collaboration future. Par exemple, les cours développés avec l’appui du projet seront partagés entre les pays, ce qui devrait leur permettre d’apprendre les uns des autres et peut-être d’entreprendre un exercice d’examen par les pairs. Par ailleurs, ayant appris que l'Université libre nationale de Corée (KNOU) appuyait le Mozambique pour l’élaboration de matériels d’enseignement et d’apprentissage multimédia, le Zimbabwe et le Rwanda vont explorer la possibilité de se joindre à cette opportunité de formation.

« Il est certes agréable de pouvoir disposer des technologies, mais il faut aussi qu’elles aient un impact » a déclaré dans son discours d’introduction M. Jaco du Toit, Conseiller pour la communication et l’information au Bureau régional de l’UNESCO pour l'Afrique de l’Est au Kenya, qui représentait le Directeur du Bureau régional. La qualité des présentations et des discussions qui ont eu lieu pendant la réunion de 3 jours à Kigali a clairement démontré l'impact des interventions du projet du Fonds-en-dépôt UNESCO-Corée dans les pays bénéficiaires et elle a permis de créer des mécanismes qui amélioreront la collaboration, le partage des connaissances et des ressources dans l'avenir. Dans le même temps, elle a renforcé la motivation des délégués qui sont rentrés dans leur pays prêts à faire mieux et plus pendant la phase finale de la mise en œuvre des activités.

Transformer l’éducation en Afrique grâce aux TIC est un projet d’une durée de quatre ans lancé en 2015 pour encourager le développement humain et social au Mozambique, au Rwanda et au Zimbabwe grâce à l'utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC). Les bénéficiaires sont les enseignants et les élèves, les écoles publiques primaires et secondaires, les établissements d'enseignement supérieur, les décideurs politiques, les administrateurs de l’éducation et les responsables.