La Directrice générale condamne l’attaque meurtrière contre la chaîne de télévision Shamshad TV en Afghanistan

08 Novembre 2017

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné aujourd’hui le meurtre d’un employé de la chaîne de télévision Shamsha lors d’une l’attaque armée perpétrée contre ses bureaux à Kaboul en Afghanistan le 7 novembre.

« Je condamne le meurtre de sang-froid d’un membre des services de sécurité de la chaîne Shamshad TV et déplore le nombre effarant de membres du personnel blessés », a déclaré la Directrice générale. « Je tiens à témoigner de ma sympathie et de mon soutien les plus sincères aux membres du personnel de la chaîne Shamshad TV et présente mes condoléances aux personnes endeuillées. Je tiens également à saluer le courage des membres du personnel de Shamshad TV qui ont repris la diffusion des programmes rapidement malgré le traumatisme de cette attaque terroriste ».

Des hommes armés déguisés en policier ont pris d’assaut les bureaux de la chaine de télévision Shamshad tuant un agent de sécurité et blessant entre dix et vingt membres du personnel. Six d’entre eux sont encore dans un état critique à l’heure où nous écrivons ces lignes. Shamshad TV est une chaîne de télévision privée satellitaire d'information, d’éducation et de divertissement.

La Directrice générale publie des communiqués sur le meurtre des professionnels des médias conformément à la résolution 29 adoptée par les Etats membres de l’UNESCO au cours de la Conférence générale de 1997 intitulée « Condamnation de la violence contre les journalistes ». Une liste complète des journalistes assassinés ayant fait l’objet d’une condamnation par l’UNESCO est disponible en ligne.

***

Contact médias: Sylvie Coudray, s.coudray(at)unesco.org, +33 (0)1 45 68 42 12

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».