La Directrice générale demande l’ouverture d’une enquête sur le meurtre du journaliste Mohamed Ibrahim Gabow en Somalie

21 Décembre 2017

Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO, a condamné aujourd’hui le meurtre du présentateur de télévision Mohamed Ibrahim Gabow perpétré à Mogadiscio, capitale de la Somalie, le 11 décembre.

« Je condamne le meurtre de Mohamed Ibrahim Gabow », a déclaré la Directrice générale. « J’appelle les autorités à ne ménager aucun effort pour traduire en justice les responsables de cette atteinte à la liberté d’expression et à la liberté d’information qui sont des droit humains ».

Mohamed Ibrahim Gabow, présentateur du journal télévisé de Kalsan TV, installé à Mogadiscio, a été tué lors de l’explosion d’une voiture piégée.

Conformément à l'article I de l’Acte constitutif de l'UNESCO, la Directrice générale de l'UNESCO publie des déclarations sur les violations en matière de liberté de la presse et condamne le meurtre des professionnels des médias, en ligne avec son action en faveur de la mise en œuvre du Plan d'Action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l'impunité.

Les déclarations de la Directrice générale condamnant les crimes visant les journalistes sont disponibles en ligne.

***

Contact médias: Sylvie Coudray, s.coudray(at)unesco.org, +33 (0)1 45 68 42 12

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».