News

La Directrice générale de l’UNESCO et le Président de la Slovénie inaugurent le premier centre de recherche sur l’intelligence artificielle

06/04/2021

Le 29 mars 2021, Borut Pahor, Président de la République de Slovénie et Audrey Azoulay, Directrice générale de l'UNESCO, ont inauguré le Centre international de recherche sur l'intelligence artificielle (IRCAI), un centre de catégorie 2 placé sous l’égide de l’UNESCO à Ljubljana, en Slovénie.

La Directrice générale de l'UNESCO a appelé les pays, les organisations et les individus à unir leur énergie et à proposer des solutions pour que l'intelligence artificielle (IA) soit utilisée pour le bien commun de l'humanité. Premier centre de ce type, l'IRCAI fera progresser la recherche sur l'utilisation de l'IA dans la réalisation des objectifs de développement durable (ODD).

Le lancement du centre a rassemblé des décideurs politiques, des chercheurs, des représentants du secteur privé, des organisations de la société civile et le public pour aborder des questions d'éthique, de droits de l'homme et de développement liées à la conception, au développement et au déploiement de l'IA. Pendant deux jours de discussion, l'IRCAI et son réseau de partenaires ont établi leur programme d’activités de recherche, de conseil en matière de politique, de renforcement des capacités et de financement dans le domaine de l'IA.

Les principales fonctions de recherche du Centre seront orientées par ses quatre comités scientifiques internationaux sur :

  1. l'IA et le climat, qui se penchera sur la question de la mesure de la qualité de l'eau ;
  2. l'IA et l'éducation, qui se concentrera sur les algorithmes d'IA pouvant rendre les ressources éducatives libres plus accessibles et plus faciles à utiliser ;
  3. l'IA et les technologies d'assistance, qui mettra en évidence le potentiel de l'utilisation des technologies d'IA pour aider les personnes handicapées ; et
  4. l'IA et les soins de santé, qui portera sur l'utilisation de l'IA dans les processus de développement de vaccins.

Afin de faciliter l'échange d'idées sur l'IA et les ODD, l'UNESCO et l'IRCAI vont lancer un journal international d’intelligence artificielle pour le développement durable, interdisciplinaire et en libre accès.

La communauté scientifique de l'IRCAI travaillera avec la communauté mondiale d’élaboration de politiques d'IA pour garantir que les politiques en matière d'IA soient fondées sur des preuves et éclairées par les développements innovants de la recherche dans ce domaine. Dans le cadre des discussions sur les politiques et le développement des capacités en matière IA en Afrique, Olalekan Akinsande, Responsable technique de Data Science Nigeria et Jade Abbott de Retro Rabbit et Masakhane, ont identifié le manque d'infrastructures TIC adéquates comme un défi pour l'Afrique afin d'utiliser pleinement le potentiel de l'IA.

Dans cet esprit, l'UNESCO a présenté les résultats de l’enquête sur l’évaluation des besoins en intelligence artificielle en Afrique, qui met en évidence les besoins en matière de politiques et de renforcement des capacités dans 32 pays africains. Ces besoins vont du renforcement des capacités des opérateurs judiciaires pour faire face aux implications juridiques de l'IA à la nécessité d'un plus grand soutien à l'éducation et à la formation en IA dans les universités africaines.

Le Centre mettra également en lumière 100 projets d’IA du monde entier qui pourront bénéficier d'un financement innovant par le biais de contrats à impact social. Pour prendre un exemple concret de projet utilisant l'IA pour renforcer l'accès à l'information, Kathleen Siminyu, coordinatrice régionale d’AI4D Africa, a expliqué comment l'UNESCO et l'IRCAI soutiennent le consortium de recherche Masakhane, qui développe des ensembles de données dans des langues africaines à faibles ressources afin d’éliminer la barrière de la langue dans le développement d'innovations locales basées sur l'IA.

Le développement et l'utilisation éthiques et responsables de l'IA constituent un élément essentiel du travail de l'UNESCO en la matière. L'IRCAI a activement soutenu les consultations pour la prochaine recommandation de l'UNESCO sur l'éthique de l'IA, en plus d’encourager une analyse de l’IA responsable en Afrique sub-saharienne. Soulignant le besoin de transformer les principes en actions, Renée Cummings, criminologue et éthicienne de l'IA, a insisté sur l'importance d'impliquer les populations locales, notamment par le biais d'un meilleur financement, dans le développement de solutions d'IA innovantes et efficaces, réduisant ainsi l’écart entre théorie et pratique.

L'IRCAI reflète l'engagement de l'UNESCO à tirer parti de l'expertise et des connaissances mondiales dans ses efforts pour favoriser une plus grande coopération internationale et bâtir des sociétés du savoir inclusives.

Liens connexes