Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

La Directrice générale salue la libération des deux journalistes de Reuters, lauréats du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2019

07 Mai 2019

2019-laureate-winners_news-size.jpg

© Ann Wang / courtesy of Reuters

Paris, 7 mai – La Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, salue la libération des deux journalistes de Reuters, Kyaw Soe Oo et Wa Lone, lauréats conjoints de l’édition 2019 du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano qui ont bénéficié aujourd’hui d’une amnistie accordée par le Président du Myanmar, Win Myint.

« Quatre jours après la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse où le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano leur a été décerné, je salue la décision de libérer Kyaw Soe Oo et Wa Lone. C’est un soulagement pour eux, leurs proches, mais aussi un pas positif pour la liberté de la presse. L’UNESCO rappelle qu’il est essentiel au fonctionnement de nos démocraties que les journalistes puissent mener à bien leur mission sans craindre des représailles », a-t-elle déclaré. « Par le dévouement et le courage dont ils ont fait preuve, Kyaw Soe Oo et Wa Lone sont une source d’inspiration pour tous ceux qui se battent pour défendre la liberté de la presse », a-t-elle poursuivi.

Collaborateurs à l’agence de presse Reuters au moment de leur arrestation, à Yangon le 12 décembre 2017, les deux journalistes enquêtaient sur des allégations de violations des droits de l’homme dans l’État de Rakhine, au Myanmar.

L’UNESCO leur a décerné le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano sur recommandation d’un jury international de professionnels des médias. La cérémonie de remise du Prix s’est tenue en leur absence le 2 mai dernier à Addis-Abeba, Éthiopie, où avaient lieu les célébrations principales de la Journée mondiale de la liberté de la presse (3 mai).