Article

Discussion autour des premiers résultats de l’analyse diagnostique de la chaîne des ressources éducatives au Sénégal

10/05/2021
04 - Quality Education

L’atelier de restitution de l’analyse diagnostique de la chaîne des ressources éducatives pour les élèves et établissements du primaire et du secondaire au Sénégal s’est déroulé à la Sphère ministérielle de Diamniadio le mercredi 5 mai 2021. Les activités de ce diagnostic sont mises en œuvre par l’UNESCO conjointement avec le ministère de l’Éducation nationale du Sénégal grâce au projet « Ressources éducatives » initié et financé par l’Agence française de développement.

 

L’atelier de restitution a eu pour objectif de présenter les grands résultats de l’analyse diagnostique de la chaîne des ressources éducatives, avant la publication du rapport pays. M. Alioune Badara DIOP, Directeur de l’Institut national d’étude et d’action pour le développement de l’éducation (INEADE), a démarré l’atelier en souhaitant la bienvenue aux participants et en remerciant les directions du ministère de l’Éducation nationale, les partenaires institutionnels du projet ainsi que les représentants de la société civile pour leur implication dans le projet. Ce moment de partage d’expérience est fécond pour débuter la réflexion sur les résultats. Ensuite, M. Guillaume HUSSON, Chef du secteur de l’éducation au Bureau régional de l’UNESCO à Dakar, a expliqué la genèse du projet et remercié la présence de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et de l’Institut de la Francophonie pour l’éducation et la formation (IFEF). Pour clore l’introduction de cet atelier, M. Youssouf OUATTARA, chef du projet « Ressources éducatives », a félicité les membres de l’équipe technique nationale et les experts pour le travail réalisé. Il a également rappelé que le projet « Ressources éducatives » partait du constat que les apprentissages sont fragiles en fin de cycle d’études et que les ressources éducatives disponibles sont insuffisantes. De ce fait, le projet « Ressources éducatives » vise à renforcer l’accès aux ressources éducatives tout en créant un environnement propice pour améliorer les pratiques d’apprentissage des élèves.

Mme Bineta BA KA, Chef de la division Édition et manuels scolaires à l'INEADE, a souligné que cette étude avait pour ambition de constater des faits et détails pratiques afin d’identifier les défis pour proposer des leviers qui pourront s’interrelier. Au cours de cette mission, l’équipe technique nationale et les experts ont rencontré les administrations centrale et déconcentrée, les structures de formation des enseignants, les établissements scolaires et l’Association sénégalaise des éditeurs. Pour la conception, production et achat des ressources éducatives, le Sénégal a mis en place de nouveaux procédés d’appel d’offres alignés avec la politique du manuel scolaire qui a permis le soutien aux éditeurs. « Bien que l’adaptation des manuels aux curricula semble satisfaisante au primaire, elle ne l’ait pas pour le secondaire. De plus, la quantité acquise reste insuffisante et les pratiques spontanées des enseignants manquent d’encadrement », a expliqué Madame Bineta Ba Ka. Pour y remédier, il faudrait davantage dispenser de formations pédagogiques à l’utilisation des ressources éducatives.

 

M. Maguette Sow DIAW a, par la suite, repris les 5 maillons de la chaîne des ressources éducatives : I) spécification des ressources, II) conception, production et achat des ressources III) planification et programmation des ressources IV) distribution et mise à disposition des ressources V) accompagnement à l’utilisation des ressources. Par exemple, concernant le maillon IV, depuis la mise en place en 2013 des nouveaux dispositifs de livraison des ressources, les directeurs et directrices d’établissement sont chargés de venir récupérer les ressources éducatives aux Inspections de l’Éducation et de la Formation, ce qui complexifie le processus. M. Maguette Sow DIAW a également soulevé les enjeux autour de l’électrification des établissements.

 

Mme Nafissatou GASSAMA, Coordonnatrice du projet du ministère de l'Éducation pour le développement du téléenseignement (PROMET), a clôturé l’atelier de restitution en assurant que la plateforme du PROMET était disposée à accueillir toute proposition visant à améliorer la production et la mise à disposition des ressources éducatives. Elle a remercié le Bureau Régional multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Ouest d’avoir choisi le Sénégal comme l’un des trois pays pilote du projet « Ressources Educatives ». Elle s’est engagée à prendre les dispositions nécessaires pour accompagner au mieux la mise en œuvre du projet pour l’intérêt du Sénégal et des apprenants.