Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Donna Strickland, première femme à recevoir le Prix Nobel de Physique depuis 55 ans

03 Octobre 2018

nobelprices1_0.jpg

Illustration: Niklas Elmehed
© Nobel Media

"Un signe encourageant pour les femmes de science et plus largement pour la diversité comme source d'innovation"

 

Paris, le 2 Octobre 2018 -- L’UNESCO félicite les lauréats 2018 du Prix Nobel de Physique : Donna Strickland, Arthur Ashkin et Gérard Mourou pour leurs inventions révolutionnaires dans le domaine des lasers.  

"La reconnaissance de Donna Strickland devrait être un signe pour les femmes de science et plus largement pour la diversité comme une force d'innovation" a déclaré la Directrice-Générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay.

Depuis sa création, le Dr Strickland est la troisième femme à recevoir un Prix Nobel de Physique, et la première femme lauréate depuis 55 ans après Marie Curie en 1903 et Maria Goeppert-Mayer en 1963.

"La reconnaissance des réalisations de Donna Strickland envoie un important message d’encouragement à toutes les filles et les femmes qui veulent entreprendre des carrières scientifiques. Plus largement, ces trois lauréats du prix Nobel devraient inspirer le talent des filles et des garçons qui façonneront le monde de demain. Parce qu'une grande diversité favorise une plus grande innovation, nous avons besoin d’esprits brillants qui s’engagent vers la science, les nouvelles technologies et l’innovation, afin de faire face aux problématiques complexes du XXIème siècle", a poursuivi Madame Azoulay

L’UNESCO soutient les femmes de science, qui restent encore sous-représentées et sous-estimées. L’UNESCO a été honorée de la participation du Dr Mourou lors de l’Année Internationale de la Lumière, coordonnée par l’UNESCO, et par l’implication de l’Optical Society (OSA) alors présidée par le Dr. Strickland pour concevoir les programmes de l'Année Internationale de la Lumière.

Les préjugés sexistes dans le domaine scientifique sont réels et impactent les femmes à tous les niveaux, comme l’UNESCO a pu le montrer dans son Rapport Mondial des Sciences. Moins de 30% des chercheurs sont des femmes. Jusqu’à aujourd’hui, les femmes représentent seulement 3% des Prix Nobels scientifiques. Des recherches suggèrent que les femmes sont moins représentées que les hommes dans les prestigieuses universités et parmi les professeurs de haut niveau, qui sont les postes où les chercheurs publient le plus. Il en résulte une diminution du financement de la recherche, un taux de publication plus faible, une visibilité moindre et une progression plus lente de leurs carrières.

Ces préjugés sexistes ont des conséquences au sein de la recherche qui affectent la société dans son ensemble. Les recherches médicales se focalisent sur les hommes, ce qui a conduit à des traitements inappropriés pour les femmes. Des études ont montré que dans le domaine de l'intelligence artificielle, ces préjugés sont reproduits et amplifiés.

Tous ces défis peuvent être relevés. Plusieurs programmes de bourses soutiennent les femmes scientifiques à des moments clés de leur carrière tout comme l’Organisation pour les femmes en sciences pour le monde en développement (OWSD) et L'Académie des sciences du tiers monde (TWAS). Depuis 20 ans, l’UNESCO and L’Oréal s'associent pour récompenser les chercheuses exceptionnelles. À l’heure actuelle, 102 scientifiques ont reçu le Prix L'Oréal UNESCO pour les femmes et la science. Trois d’entre-elles, Ada Yonath, Elizabeth H. Blackburn et Christiane Nüsslein-Volhard ont depuis reçu un Prix Nobel pour leurs travaux scientifiques.

***

 Media Contact: Media contact: Aurélie Motta-Rivey, +33 7 72 44 89 91, a.motta-rivey@unesco.org