Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Donner aux enseignants de Zambie la possibilité de s’exprimer sur leur perfectionnement professionnel

14 Octobre 2019

L'examen des politiques d’éducation réalisé en 2016 par l'UNESCO a fait ressortir qu’en 2010 seulement 15 % des enseignants de l’enseignement secondaire de Zambie possédaient les qualifications nécessaires pour enseigner, les disciplines STEM étant particulièrement touchées. Même si le ministère de l’Enseignement général a déjà lancé en 2012 une initiative accélérée de formation dans les disciplines STEM, la qualité des enseignants demeure l’une des grandes priorités de la Zambie en matière d'éducation. Étant donné que le gouvernement a décidé de renforcer le développement professionnel continu (DPC) des enseignants pour qu’ils possèdent les qualifications requises tout au long de leur carrière, le Programme de développement des capacités pour l’éducation (CapED) apporte son concours à l’élaboration d'un cadre national de développement professionnel continu des enseignants en collaboration avec le Conseil pédagogique de Zambie (TCZ) et d'autres parties prenantes. Comme il existe peu de signes de la participation des enseignants à l'élaboration des politiques, le développement du cadre DPC offre également l'occasion de les impliquer dans un dialogue social avec le gouvernement.

À la lumière de ces éléments, le programme CapED a organisé en septembre un atelier sur le DPC et le dialogue social. Cette manifestation a servi de plate-forme pour : (1) partager les résultats relatifs aux pratiques de DPC en Zambie, (2) bâtir une compréhension commune des raisons pour lesquelles le pays a besoin d’un dialogue social et (3) assurer une base solide pour l'élaboration du cadre DPC et l'institutionnalisation du dialogue social.

Les participants ont pu bénéficier de l'expérience de l'Ouganda, pays où le programme CapED a contribué activement à l’élaboration du DPC et au dialogue social. Le Secrétaire général de l'Union nationale des enseignants d’Ouganda et les experts de l'IICBA et de l'université Makerede de Kampala ont décrit les enseignements dégagés et mis en évidence les problématiques essentielles à prendre en considération au moment où la Zambie se lance dans ce processus. De même, les délégués du Malawi ont présenté leur approche à l'élaboration du cadre DPC. Les discussions animées ont vu la participation des responsables gouvernementaux ainsi que des représentants d'organisations de la société civile, du secteur privé, des syndicats d'enseignants, des universités, du TCZ, de l’UNESCO et de l'Association des écoles indépendantes de Zambie.

Sur la base de ces échanges, les participants ont convenu des grandes lignes du cadre DPC des enseignants. Ils ont conclu que pour assurer son appropriation et sa durabilité, le processus de développement devait être aussi consultatif que possible, permettant aux enseignants, au ministère de l’Enseignement général et au TCZ de contribuer à ce processus. Pour que le DPC soit opérationnel, il sera également nécessaire de renforcer le système de gestion DPC, en particulier par le TCZ, et de définir un plan de mise en œuvre chiffré qui servira d’outil de gestion et de suivi. Les participants ont également appelé à une cartographie approfondie du dialogue social dans le secteur de l'éducation en Zambie et ils ont convenu de la nécessité d'un cadre national de dialogue social ainsi que d’un plan de mise en œuvre chiffré.

Le dialogue social est l'une des stratégies de la réalisation de la cible 4.c de l’ODD4 qui prévoit que « les enseignants et les éducateurs ayant une importance fondamentale pour garantir la qualité de l’éducation, puissent avoir les moyens d’agir ». Le DPC fait partie lui aussi de la cible 4.c de l’ODD4, plaidant en faveur des droits socio-économiques et politiques des enseignants et appelant les gouvernements à renforcer les mécanismes de dialogue politique et à faire de l'enseignement une profession attrayante qui suscite des vocations et bénéficie d’une formation continue et d’un développement professionnel.

Présidant la réunion, le Secrétaire permanent pour l’administration du ministère de l’Enseignement général a exprimé sa gratitude vis-à-vis de l'UNESCO et du programme CapED qui permettent au ministère, grâce à leur appui, de renforcer la qualité des enseignants. Il a déclaré que le DPC constituait l'un des moyens efficaces d’amélioration de l'éducation, qui vise l'auto-développement et débouche finalement sur le développement institutionnel. « Malgré l'immense contribution des parties prenantes [...], il n'existe actuellement aucun cadre de réglementation et de coordination des activités DPC des enseignants » a-t-il ajouté.

L'atelier a représenté un grand pas en avant pour la Zambie dans son processus de développement du DPC et du dialogue social. Sur cette lancée, des consultations avec les enseignants auront lieu en 2019 sur le projet de cadre DPC, suivies d’un atelier national de validation. À l'avenir, les deux cadres devront être conformes au projet de politique éducative nationale qui est sur le point d'être finalisé.

En Zambie, le programme CapED œuvre à l’amélioration de la qualité des enseignants au travers de normes professionnelles des enseignants, du dialogue social, du perfectionnement professionnel continu et de la modernisation des pédagogies.