Press release

Du discours de haine au génocide, les leçons à tirer du génocide de 1994 contre les Tutsis au Rwanda

07/04/2021

À l’occasion de la Journée internationale de réflexion sur le génocide des Tutsis au Rwanda, commémorée le 7 avril, l’UNESCO organise une journée d’échanges en ligne de 15h00 à 16h30, heure française (13h00-14h30, temps universel) qui peut être suivie à partir du lien suivant.

C’est en effet à partir du 7 avril 1994 que le gouvernement extrémiste hutu au pouvoir à Kigali lançait une campagne d’extermination d’une partie de sa population, des tueries qui, en l’espace d’une centaine de jours, devaient faire plus d’un million de morts au sein de la minorité tutsie. Si cette journée est d’abord l’occasion de rendre hommage aux victimes et aux survivants, elle marque aussi un temps de réflexion sur les leçons à tirer d’un acte insensé afin de prévenir d’éventuels futurs génocides. 

Cette réunion virtuelle débutera par une déclaration introductive de la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, et de l’ambassadeur François Xavier Ngarambe, Représentant permanent de la République du Rwanda à l’UNESCO. Suivra un échange entre un survivant du génocide, Freddy Mutanguha, et le Tali Nates, Directeur du Centre de l’Holocauste et du génocide de Johannesburg.

Participeront au débat :

  • Susan Benesch (États-Unis), Directrice du projet Dangerous ;
  • Marcel Kabanda (France), historien et ex-Président d’Ibuka France ;
  • Paul Rutayisire (Rwanda), historien.

L’ambassadeur Silvia Fernández de Gurmendi (Argentine), Présidente de Global Action Against Mass Atrocity Crimes(GAAMAC) et ancienne Présidente de la Cour pénale internationale (CPI), fera une déclaration enregistrée pour l’occasion.

Alice Wairimu Nderitu, Conseillère spéciale des Nations Unies sur la prévention du génocide, conclura les échanges qui auront été animés par Stephen Smith, président de la chaire UNESCO sur l’éducation au génocide et Directeur exécutif de la Fondation de la Shoah de l’Université de Californie du sud.

Le discours de haine et la propagande haineuse ont été identifiés comme des catalyseurs de la violence génocidaire au Rwanda. La Stratégie et le Plan d'action des Nations unies pour la lutte contre les discours de haine (2019) visent à renforcer la réponse de l’ONU à un phénomène mondial et à mettre spécifiquement l'accent sur le rôle de l'éducation en tant qu'outil pour aborder et contrer les propos haineux, tout en défendant la liberté d'expression légitime et l'accès à l'information.

La commémoration est organisée par l’UNESCO et la chaire UNESCO sur l’éducation au génocide de la Fondation de la Shoah de l’Université de Californie du sud, avec la Délégation permanente du Rwanda à l’UNESCO, en partenariat avec le GAAMAC.

En tant que seule agence des Nations Unies ayant pour mandat de promouvoir la prévention des génocides par l'éducation, l'UNESCO s'engage à promouvoir la mémoire et l'éducation des génocides afin de sensibiliser les jeunes aux causes, à la dynamique, aux conséquences de ces crimes et de renforcer leur résilience face à toutes les formes de discrimination.