« Écoutez-nous aussi ! » Comment améliorer la vie et les droits des personnes handicapées au Zimbabwe ?

13/02/2020

« Si on voit une femme handicapée comme moi près de l'endroit où se tient une réunion communautaire, il y aura forcément quelqu'un qui posera une question du genre : « N'avons-nous pas dit clairement que nous voulions tenir une réunion importante ? Qui l'a amenée ici pour nous déranger ? »

Thembi* (âge inconnu, district de Makonde)

L'histoire de Thembi est un exemple parmi de nombreux témoignages similaires de personnes en situation de handicap au Zimbabwe. On estime qu'elles représentent 9 % (plus de 1,2 million de personnes) de la population nationale du Zimbabwe (13 572 560 - Source : ZIMSTAT Intercensal Demographic, 2017). Elles constituent un groupe démographique invisible et « laissé pour compte » à tous les niveaux de la société. Ce sont surtout les femmes et les jeunes filles en situation de handicap qui sont confrontées à une « double marginalisation ». Elles courent un risque accru de violence, d'exploitation et d'exclusion fondées sur le genre.

Les crises humanitaires, dont les catastrophes naturelles, aggravent davantage la vulnérabilité de toutes les personnes en situation de handicap. S'tha nous raconte son épreuve pendant et après le cyclone tropical Idai, une catastrophe qui a frappé le Malawi, le Mozambique et le Zimbabwe le 15 mars 2019. Ce cyclone a fait un nombre considérable de victimes et de dommages aux biens, aux infrastructures et au patrimoine culturel.

« J'ai perdu la vue il y a plus de dix ans. Je venais de donner naissance à mon deuxième enfant et mes yeux ont commencé à s'assombrir.... Je dépends de ma mère qui me guide dans le milieu où je vis. Nous avons survécu au cyclone [Idai] grâce à ma mère qui m'a guidée loin de l'eau. À cause de ma cécité, je ne peux pas travailler et ma mère est trop âgée pour assurer un travail occasionnel. Je compte sur ce que nous donnent les personnes bienveillantes, mais je leur suis tout aussi reconnaissante quand elles n'ont rien à donner. »

S'tha (âge inconnu, Chipinge)

 

Bien que vivant dans des sociétés patriarcales, les hommes en situation de handicap sont également confrontés à plusieurs défis. Depuis le cyclone Idai, Jafnos compte sur l'aide des autres.

« Chaque mois, je dois marcher au moins 2 kilomètres avec des béquilles pour accéder aux services de santé car mon itinéraire habituel est parsemé de débris laissés par le cyclone Idai. Les béquilles sont inconfortables et le fait de devoir passer par des rochers rend les choses encore plus difficiles. Bien que je sois père de trois enfants, je compte sur le soutien de personnes de bonne volonté pour accomplir les tâches de base comme faire la lessive, aller chercher de l'eau et faire la cuisine. Parfois, je suis obligé de demander de l'aide pour mes déplacements, des fois sans succès. »

Jafnos (65 ans, district de Chimanimani)

Bien que des progrès importants aient été réalisés dans de nombreux domaines, nos sociétés demeurent en proie à la discrimination, au racisme et aux inégalités. Aucun des défis complexes et multiformes de notre époque ne peut être relevé efficacement sans inclusion. Tel est le message retentissant du Programme à l’horizon 2030 et de son engagement à « ne laisser personne pour compte ». Pour faire de cette vision une réalité dans un monde multiculturel, l'action doit être ancrée dans les droits humains et l'égalité des genres et promouvoir l'ouverture, l'empathie ainsi que d'autres valeurs communes. C'est la pierre angulaire de l'action normative et opérationnelle de l'UNESCO qui fait progresser le respect, la protection et la réalisation des droits humains.

Dans ce contexte, puisque la stigmatisation et la discrimination commencent dans l'esprit des femmes et des hommes, l'UNESCO joue un rôle actif dans la promotion des droits des personnes handicapées. La protection et l'autonomisation des plus vulnérables, tout en modifiant la perception et les normes sociales de la majorité, sont au cœur du travail de l'UNESCO sur le handicap au Zimbabwe.

Depuis 2018, l'UNESCO travaille dans le cadre de deux initiatives conjointes complémentaires des Nations Unies :

  • L'Initiative du Partenariat des Nations Unies pour la promotion des droits des personnes handicapées (PPDPH) intitulée « Promotion des droits des femmes et des filles handicapées au Zimbabwe » (en anglais). Les projets du PPDPH sont mis en œuvre dans 38 pays et sont soutenus par le Fonds d'affectation spéciale pluripartenaire du PPDPH. Au Zimbabwe, le projet est mis en œuvre par l'UNESCO, le FNUAP et le PNUD.
  • L'initiative sur la protection et la promotion des droits et de la dignité des personnes handicapées dans les zones affectées par le cyclone Idai au Zimbabwe du Bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique australe, en partenariat avec le Programme alimentaire mondial, la Christian Blind Mission (organisation de la société civile pour les personnes handicapées) et le projet PPDHP. Son objectif est de sensibiliser aux besoins et aux interventions prioritaires pour les personnes handicapées dans le cadre des initiatives menées suite au passage du cyclone tropical Idai.

 

 

En 2019, l'UNESCO a produit quatre outils de plaidoyer et de sensibilisation pour faire avancer les droits des personnes handicapées et mettre en avant l'application pratique de la Convention relative aux droits des personnes handicapées (CDPH, ratifiée par le Zimbabwe en 2013).

Ces deux initiatives ont, pour la première fois au Zimbabwe, rassemblé avec succès des agences des Nations Unies, des ministères, des représentants d'organisations de personnes handicapées, des organisations de défense des droits humains, des scientifiques, des chefs traditionnels et des personnes en situation de handicap afin de promouvoir les droits des personnes handicapées.

Ces initiatives ont intensifié le plaidoyer pour la mise en œuvre de la CDPH, renforcé la mobilisation des ressources pour la promotion des droits des personnes handicapées au Zimbabwe et, le plus important, amplifié la voix des personnes handicapées.

Les deux initiatives de l'UNESCO appliquent le principe de « ne pas faire de laissés-pour-compte » de l'Agenda 2030 des Nations Unies et illustrent l'unité d'action des Nations Unies en matière d'inclusion des personnes handicapées.

L'UNESCO et ses partenaires continueront en 2020 à promouvoir les droits des personnes handicapées et à utiliser des outils de production de connaissances fondés sur des données probantes afin d'amplifier la voix des personnes handicapées au Zimbabwe et en Afrique australe.

Pour en savoir plus

Voir aussi

#DisabilityRights

________________________

* Afin de préserver l’anonymat de la personne interviewée, son nom a été changé.

Contact

Phinith Chanthalangsy
Spécialiste du programme de l'UNESCO