Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Education non formelle : l’UNESCO en collaboration avec le CNR/ENF forme 80 animateurs

02 Mai 2019

Le Bureau de l’UNESCO Bamako en collaboration avec le Centre National des Ressources de l’Education non Formelle(CNR/ENF) a organisé un atelier de formation de 10 jours en faveur de 80 animateurs et animatrices à l’exploitation des nouveaux modules et guides sur la didactique de la lecture, écriture et des mathématiques destinés aux enseignants de l’éducation non formelle de Bamako. La cérémonie d’ouverture s’est tenue le mercredi 17 avril 2019 à la Cité Universitaire de Kabala.

Cette activité s’inscrit dans le cadre du Programme global conjoint UNESCO-UNFPA-ONU Femmes financé par la République de Corée à travers son agence de coopération internationale (KOICA) « autonomisation des adolescentes et des jeunes femmes par l’éducation au Mali ».

Cette occasion a été marquée par la présence de Dr. Boubacar Tabouré, Directeur Adjoint du centre et M. Amadou GUITEYE Chargé de Programme Adjoint du Projet KOICA, représentant le Chef de bureau.

A l’entame de ces propos, Le Directeur Général Adjoint du Centre National des Ressources de l’Education non Formelle (CNR/ENF), Dr. Boubacar Tabouré a déclaré que ‘’l’alphabétisation occupe une place importante dans le processus de développement d’un pays qui selon lui ne se limite plus aujourd’hui à l’enseignement de la lecture et l’écriture, mais englobe les compétences dans tous les domaines de la vie courante’’. Cependant, Il dira que malgré les efforts fournis par le gouvernement, le phénomène de l’analphabétisme demeure préoccupant au Mali en matière d’éducation non formelle.

A cet effet, il a saisi l’occasion pour remercier l’UNESCO pour son soutien financier et technique constant en faveur de l’éducation pour l’atteinte des objectifs de l’agenda 2030.

M. Amadou Guiteye, de l’UNESCO, a pour sa part au nom du Chef du Bureau de l’UNESCO, souligné que cette formation qui rentre dans le cadre du projet KOICA a deux objectifs, à savoir la transcription de la langue nationale et la formation sur la didactique de la lecture, écriture et des mathématiques.

 Il a ajouté que ‘’l’éducation non formelle occupe une place centrale au niveau national à travers le Programme Décennal de l’Education le PRODEC II et au niveau international dans les objectifs de développement durable, notamment, l’ODD 4.

De ce fait, il a réaffirmé le soutien de l’UNESCO pour renforcer les capacités des animateurs et animatrices du sous-système de l’éducation non Formelle. Il a enfin annoncé que la même session de formation sera organisée dans les régions de Ségou, Mopti et Tombouctou.

Cette formation entre dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale de l’éducation non formelle et du programme vigoureux d’alphabétisation en particulier.

Il faut rappeler que le projet « autonomisation des adolescentes et des jeunes femmes par l’éducation au Mali », fait partie intégrante du Programme global conjoint UNESCO-UNFPA-ONU Femmes financé par la République de Corée à travers son agence de coopération internationale (KOICA). Il apporte un appui à l’atteinte des objectifs fixés par le Gouvernement malien pour l’amélioration de la qualité de l’éducation, de la santé et des conditions de vie, des adolescentes et des jeunes femmes. Dans sa mise en œuvre, il répond à quatre principaux objectifs : i) Le renforcement de la qualité de l’éducation de base ; ii) Le renforcement de l’éducation à la santé sexuelle et reproductive, à l’hygiène de l’eau, et à l’assainissement ; iii) Le renforcement d’une meilleure prise de conscience de l’importance de l’égalité des genres et de l’éducation des adolescentes et des jeunes femmes par les décideurs et les communautés ;  iv) Le renforcement de l’utilisation des données et des connaissances répondant aux préoccupations des adolescentes et des jeunes femmes en vue de leur autonomisation.

Lien photos : https://www.flickr.com/photos/146877268@N07/albums/72157707957329465/with/46911858774/