Éducation sexuelle complète pour prévenir la violence basée sur le genre

13 Mars 2018

À l’occasion d’une réunion parallèle organisée le 13 mars en marge de la 62ème session de la Commission de la condition de la femme au Siège des Nations Unies, l'UNESCO, le FNUAP et ONU-Femmes ont présenté la version révisée des Principes directeurs internationaux sur l’éducation sexuelle, lors de « L’éducation pour un avenir en bonne santé ». L'événement fait suite à la Journée internationale de la femme, le 8 mars, et lance un appel appuyé afin que chacun réfléchisse, agisse et adopte une approche inclusive du genre.

Prévalence de la violence basée sur le genre

Chaque année, environ 246 millions d'enfants sont soumis à une forme de violence basée sur le genre, notamment la maltraitance, le harcèlement, la violence psychologique et le harcèlement sexuel au sein ou sur le chemin de l’école. 25 % des enfants font l’expérience de la violence physique et 36 % de la violence émotionnelle.

L’éducation des jeunes représente la seule vraie solution à long terme à la violence basée sur le genre. Il faut cependant qu’elle soit une éducation sexuelle complète de qualité, appropriée à l'âge et basée sur les faits.

Contrairement à ce que clament souvent les adversaires de l’éducation sexuelle, l’éducation sexuelle complète n’est pas seulement une affaire de sexe. Correctement dispensée, elle œuvre en faveur de la santé et du bien-être, du respect des droits de l'homme et de l'égalité des sexes et elle permet aux enfants et aux jeunes de mener une vie sûre et productive. En particulier, elle enseigne que toutes les formes de violence basée sur le genre sont mauvaises et constituent une violation des droits de l'homme.

Non seulement les jeunes apprennent à reconnaître et à s’abstenir de toute forme de violence basée sur le genre, mais ils apprennent aussi à la prévenir, à ne pas commettre ce type de violence et à trouver de l'aide. Ils acquièrent également des compétences essentielles pour la vie comme l'empathie, la négociation, la prise de décision et la pensée critique, qui leur permettent de remettre en question les normes sociales et culturelles qui sous-tendent l’inégalité des structures de genre et de pouvoir et qui souvent conduisent à la violence. 

L'importance de l’éducation sexuelle complète

Malgré les preuves claires et convaincantes des avantages de l’éducation sexuelle complète intégrée au programme d’enseignement, les enfants et les jeunes sont trop peu nombreux à en bénéficier. Pour contribuer à changer cette situation, l'UNESCO a publié les Principes directeurs internationaux à l’éducation sexuelle qui ont été entièrement réactualisés.

Produits en collaboration avec l’ONUSIDA, le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), ONU-Femmes et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), les Principes directeurs aident les responsables de l'éducation, de la santé et les autres autorités compétentes à développer et à mettre en œuvre des programmes et des matériels d'éducation sexuelle.

Le document plaide en faveur de l’éducation sexuelle complète, comme moyen d’aider les jeunes à surmonter les défis importants que leur posent les problèmes de sexualité et de santé reproductive, en particulier au moment de la puberté. Ces défis incluent l'accès à la contraception, les grossesses précoces, les infections sexuellement transmissibles (IST), le VIH et le SIDA.

Qu’apprend-on aux enfants ?

Les Principes directeurs vont plus loin encore. Ils précisent les concepts clés, les thèmes et les objectifs d’apprentissage qui devraient guider le développement de programmes d’enseignement adaptés au niveau local et destinés aux élèves de 5 à 18 ans et plus.

Ils incluent des concepts comme la violence et les moyens de se protéger, en les subdivisant en leçons sur le consentement, la vie privée et l'intégrité physique. Pour les élèves de 5 à 8 ans, cela les aide à décrire la situation à un parent, à un tuteur ou à un adulte de confiance, dans le cas où ils feraient l’expérience de la violence. Pour les élèves de plus de 15 ans, ils enseignent des notions plus complexes concernant le consentement.

Les Principes directeurs conseillent d'enseigner la tolérance, l'inclusion et le respect. Ils offrent une orientation aux jeunes apprenants afin qu’ils traitent toute personne avec dignité, et les élèves plus âgés apprennent à comprendre les concepts plus larges du harcèlement et de l’intimidation, reconnaissant à chacun le droit d’en parler et faisant la démonstration de moyens de riposte.

Le jeune apprenant commence à comprendre que nos idées et les stéréotypes du genre peuvent avoir un effet sur la façon dont nous traitons les autres et il apprend à définir la violence basée sur le genre. Au début de l’adolescence, il apprend à identifier toutes les formes de violence basée sur le genre, telles que le harcèlement sexuel, la violence domestique, la violence homophobe et le viol. Devenant jeune adulte, cet enfant est capable de reconnaître la violence d’un partenaire intime et il sait comment sortir d’une relation abusive.

Que faire maintenant ?

Les écoles peuvent jouer un rôle essentiel dans l’élimination de la violence basée sur le genre. Comme l’expliquent les Principes directeurs, elles doivent mettre en œuvre des politiques de tolérance zéro en matière de harcèlement sexuel et d'intimidation, notamment de stigmatisation et de discrimination fondée sur l'orientation sexuelle et l'identité du genre.

Les gouvernements aussi doivent agir. Les Principes directeurs appuient les gouvernements afin qu’ils assurent à tous les enfants et à tous les jeunes l’accès à une éducation sexuelle complète fondée sur les faits, intégrée à leur programme d’enseignement, sachant que cela est essentiel aux efforts plus généraux entrepris pour mettre fin au harcèlement et aux agressions sexuelles.

Il faut du temps aux cultures pour changer. Fort heureusement, il devient non seulement acceptable, mais aussi habituel, de s’exprimer contre les incidences de violence basée sur le genre, comme le harcèlement sexuel et la maltraitance.

Grâce à l’éducation sexuelle complète, la prochaine génération d'enfants et de jeunes se trouve en meilleure position pour aider à créer une société inclusive, où existe l’égalité entre les genres.