Les enseignants ont été en première ligne pour garantir la continuité pédagogique alors que la COVID-19 a contraint plus d’un milliard d’apprenants à abandonner l’école

23/09/2020

La fermeture au niveau mondial des écoles et autres centres éducatifs due à la pandémie de COVID-19 a eu et continue d’avoir un impact sur l’éducation de près de 1,6 milliard d’apprenants, soit plus de 90 % de la population scolaire mondiale.

Cette crise a créé une situation inédite, qui a mis en évidence le leadership, la créativité et la capacité d’innovation des enseignants. Partout dans le monde, aussi bien là où enseignants et apprenants n’ont ni ordinateurs ni accès à Internet, que là où l’apprentissage en ligne a fait un grand bond en avant, les enseignants se sont employés à titre individuel et collectif à trouver des solutions ainsi qu’à créer de nouveaux environnements d’apprentissage pour leurs élèves, afin de garantir la continuité pédagogique.

Certains enseignants ont effectué chaque jour plusieurs heures de trajet pour animer des petits groupes d’apprentissage autour d’un ordinateur portable. D’autres ont fait du porte-à-porte, à pied, pour distribuer des milliers de repas scolaires plus que nécessaires. D’autres ont même fait cours à l’arrière d’un camion !

Dans la plupart des cas, les enseignants ont dû agir au pied levé, avec peu de temps pour se préparer. Les programmes scolaires ont été modifiés ou condensés, les plans de cours adaptés, les méthodes de travail chamboulées. Mais que ce soit sur Internet, sur les téléphones portables, à la télévision, à la radio ou par courrier, les enseignants ont continué d’assurer l’éducation de leurs élèves.

Dans de nombreux pays à faible revenu, où l’accès à Internet et aux réseaux de téléphonie est limité ou nul (au niveau mondial, environ 50 % et 43 % des ménages, respectivement, ne possèdent pas d’ordinateur et n’ont pas accès à Internet), les professeurs ont préparé des devoirs à faire à la maison pour leurs élèves.

Pour s’entraider, ils ont également créé des communautés de pratique et des groupes de soutien sur des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter.

La COVID-19 a par conséquent ajouté une charge de travail considérable sur les épaules des enseignants qui, en temps normal, font déjà face à de nombreuses difficultés. Pour répondre à cette crise, l’Équipe spéciale internationale sur les enseignants pour Éducation 2030 a lancé un « Appel à l’action pour les enseignants » qui plaide, entre autres, pour la participation des enseignants à la planification et l’élaboration des politiques à court, moyen et long terme.

Le leadership et l’inventivité dont les enseignants ont fait preuve pendant la crise de la COVID-19 ne sont en rien surprenants, puisqu’ils en ont déjà fait preuve à maintes occasions. C’est pour cette raison que l’UNESCO, comme elle le fait chaque année depuis 1994, célébrera leur travail lors de la Journée mondiale des enseignant(e)s, le 5 octobre, date anniversaire de la signature de la Recommandation OIT/UNESCO de 1966 concernant la condition du personnel enseignant.

Cette journée sera l’occasion de mettre la profession enseignante à l’honneur dans le monde entier, de faire le point des progrès accomplis, d’appeler l’attention sur les défis auxquels les enseignants sont confrontés, et de mettre en avant le rôle qu’ils jouent dans la réalisation des objectifs mondiaux d’éducation. Cette édition 2020 sera aussi l’occasion de se pencher sur le rôle des enseignants au sein des systèmes éducatifs et des sociétés en général, alors que nous traversons la crise de la COVID-19 et que nous entrons dans ce qui sera, inévitablement, un terrain nouveau, en grande partie inconnu.

Pour en savoir plus sur la Journée mondiale des enseignant(e)s et ses modalités de participation, veuillez consulter la page Web de l’événement.