Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Une équipe de projet mexicaine œuvre efficacement en faveur de l’enseignement de l’Holocauste

19 Décembre 2018

education-holocaust-mexico.jpg

© Christian Buendía Gama/Anáhuac University

Conséquence directe de la Conférence internationale sur l'Éducation et l'Holocauste (ICEH) organisée en 2017 par l'UNESCO et le Musée Mémorial de l’Holocauste de Washington (USHMM), une équipe de quatre éducateurs passionnés mexicains a créé un projet qui a débouché sur des résultats efficaces, conduisant à l'organisation d'une série de conférences à Mexico avec la participation de Christopher Browning, historien de l’Holocauste, et le développement de matériels éducatifs en ligne, accessibles via la plate-forme éducative du Ministère de l'Éducation. 

Composée de Manolo E. Vela Castañeda (Université ibéro-américaine), José Luis Gutiérrez Espíndola (Institut national pour l’évaluation de l’éducation), Úrsula Zurita Rivera (branche mexicaine de la Faculté latino-américaine des Sciences sociales) et Yael Siman (Université d'Anáhuac), l’équipe a collaboré afin de faire progresser l'institutionnalisation de l’enseignement de l’Holocauste et des génocides au Mexique. Après avoir participé à la Conférence de 2017 à Washington, États-Unis, les membres de l'équipe ont exploré les moyens d’améliorer l’enseignement de ces thèmes importants dans le cadre de l’enseignement secondaire et supérieur.

C’est dans ce contexte que l'équipe a organisé une série de conférences publiques sur le thème « 70 + 70 – Commémorer le 70ème anniversaire de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide et de la Déclaration universelle des droits de l’homme adoptées par les Nations Unies ». Les conférences se sont tenues du 26 au 28 novembre 2018 dans des universités privées et publiques, notamment à l'Université d'Anáhuac, à l'Université ibéro-américaine et à l'Université autonome nationale du Mexique (UNAM), ainsi qu’au Musée de la mémoire et de la tolérance. Chaque événement était organisé autour d’une conférence de Christopher Browning, historien réputé de l’Holocauste, Professeur émérite de l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. D’autres interventions ont été faites par Juan Antonio Cruz Parcero (UNAM), Adán García (Musée de la mémoire et de la tolérance), Daniela Gleizer (UNAM), Krista Hegburg (USHMM), Ellen Hegen (USHMM), Valeria López (Université d'Anáhuac) et Rosa Wolpert (Bureau de l’UNESCO au Mexique). Outre les événements publics, l'équipe a aussi organisé un séminaire spécialisé à l’UNAM, qui a exploré l'utilisation de l’histoire orale pour appuyer les narratifs historiques de l'Holocauste et des autres génocides. Les événements ont attiré au total plus de 270 participants.

Daniela Gleizer, professeur à l’UNAM, a estimé que les activités organisées dans son université ont remporté un franc succès : « Tant la conférence publique que le séminaire spécialisé avaient une grande pertinence. Environ 100 étudiants et professeurs ont participé à la conférence, ce qui montre l’immense intérêt manifesté pour les thèmes liés à l'Holocauste, même s’il n’y a que quelques cours et conférences qui sont généralement proposés sur cette période dans les universités publiques. Le débat sur les hommes « ordinaires » auteurs des crimes commis pendant l'Holocauste, présenté par le professeur Browning, a une résonance particulière au Mexique, étant donné l’étendue et la persistance de la violence dans le pays. Pendant le séminaire spécialisé, les experts des différentes disciplines ont débattu de leurs méthodologies et de l'utilisation de témoignages comme sources principales. Du fait de l’important intérêt pour ce séminaire, nous nous sommes engagés à ouvrir en 2019 un nouvel espace de réflexion pour discuter des thèmes liés à l'Holocauste. »

Voir la vidéo de la présentation du professeur Browning à l’UNAM, intitulée « Les auteurs de l'Holocauste – des hommes ordinaires ? »

En parallèle à l'organisation des conférences, l'équipe a élaboré un matériel éducatif en espagnol sur l'histoire de l'Holocauste en coopération avec le Ministère de l'Éducation. Ce matériel a été créé dans le cadre du programme d’Histoire du monde de 7e année. À partir des suggestions de l'équipe du projet, Oxana Pérez Bravo a élaboré le matériel, tenant compte à la fois du contenu du programme d’enseignement national et des compétences spécifiques de l’unité sur les ghettos et les camps. Le matériel guide les enseignants dans la préparation de leur plan de cours sur la vie dans le ghetto de Lodz créé par les autorités nazies en 1940 dans la Pologne occupée. Les leçons reposent sur les témoignages de Bronislaw « Broni » Zajbert qui, pendant son enfance, a survécu au ghetto de Lodz et est parti pour le Mexique en 1960.

Le matériel éducatif inclut un guide à l’intention des enseignants qui leur permet de préparer les leçons, un matériel et des fiches de travail pour les élèves, ainsi que 10 vidéos, en particulier quatre segments d'un témoignage vidéo de Bronislaw Zajbert. Tout ce matériel a été publié le 7 décembre 2018 sur la plate-forme éducative du Ministère @prende2.0 qui est fréquemment utilisée par les enseignants mexicains et accessible aux éducateurs du monde entier.

Pour en savoir plus sur le projet, vous pouvez lire un entretien avec Manolo E. Vela Castañeda ou consulter le site Internet ICEH.