Article

Des équipements et du matériel pour renforcer les capacités des partenaires d’exécution du projet BIOPALT

09/07/2020
N'Djamena, Cameroun
13 - Climate Action
14 - Life Below Water
17 - Partnerships for the Goals

Le 02 juillet 2020, l’Antenne UNESCO à N’Djamena a organisé à son siège, la cérémonie de la remise officielle des équipements du projet BIOPALT (Projet BIOsphère et PAtrimoines du Lac Tchad) aux Directions des Ministères de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche et le Département de la Biologie de l’Université de N’Djamena. La cérémonie s’est déroulée en présence du Secrétaire général de la Commission nationale tchadienne pour l'UNESCO, M. Adoum Abdelkerim Bahar. 

 

Afin de renforcer les capacités des partenaires d’exécution du projet BIOPALT dans les cinq pays du bassin du Lac Tchad (Cameroun, Niger, Nigeria, République Centrafricaine et Tchad), l’UNESCO a remis des équipements et du matériel pour contribuer à l’amélioration des résultats des bénéficiaires dans leur mission. Il s’agit au total, 28 GPS, 7 ordinateurs portables, 60 tentes et 10 ordinateurs de bureau.

En ces temps où la COVID-19 frappe le monde et où le télétravail s’est ponctuellement mué en norme universelle, la réception de ces équipements par les Partenaires du Projet BIOPALT est d’une grande pertinence. Ainsi, la Direction de la Conservation de la Faune et des Aires Protégées, le parc de Sena Oura dans la province du Mayo Kebbi Ouest, le Laboratoire National des Eaux et le Laboratoire de Botanique Systématique et d’Écologie Végétale de l’Université de N’Djamena verront leurs capacités renforcées et leur résilience accélérée. 

Ces institutions, par la voix de Monsieur Brahim Taha Dahab, Directeur Général du Laboratoire National des Eaux du Ministère de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche, ont remercié l’UNESCO pour les équipements reçus. Il s’est félicité de la qualité du partenariat entre les différents ministères et l’UNESCO. « La remise des équipements est une occasion de célébrer le partenariat entre nos institutions, d’apprécier les progrès dans la mise en œuvre du projet et les actions à prendre pour relever les défis », a-t-il souligné. Selon M. Brahim Taha Dahab, « cet acte de haute portée, en plus de contribuer à l’amélioration de la performance de nos services et nos agents et au renforcement des systèmes dans lesquels ils travaillent, s’inscrit dans la pérennisation des multiples interventions de l’UNESCO dans nos zones actions. »

Lors de la cérémonie, Monsieur Assan Gomse, Coordonnateur régional du projet BIOPALT, a rappelé les fondements du projet : promouvoir la paix dans le bassin du Lac Tchad et lutter contre la pauvreté grâce à de meilleures connaissance et approche du lien entre les humains et la nature. En retraçant l’historique et les réalisations du projet, il a souligné que « ces objectifs pourront être atteints si les populations locales et les acteurs étatiques en charge de la gestion des ressources hydrologiques, environnementales et culturelles du bassin du Lac Tchad s’approprient et pérennisent le projet. La collaboration de tous les partenaires dans la mise en œuvre du projet est donc essentielle. »

Ce dernier point a également été repris par Monsieur Yambaye Telnodji Delodji, Coordonnateur de l’Antenne UNESCO par intérim, qui s’est félicité « du développement régulier  des partenariats stratégiques de l’UNESCO ainsi que des coopérations mutuelles qui se sont avérées très avantageuses et fructueuses. Elles permettent la réussite du projet BIOPALT ». Il a clos son propos en manifestant sa gratitude à la Banque Africaine de Développement (BAD) et à la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) pour avoir choisi l’UNESCO comme partenaire technique.

Le Secrétaire général de la Commission Nationale Tchadienne pour l'UNESCO, Monsieur Adoum Abdelkerim Bahar, a quant à lui insisté sur « le caractère historique de ce projet dans la mesure où il constitue un pas important vers le renforcement de la résilience des systèmes socio-écologiques du bassin du lac Tchad ». Il a rappelé que ce projet s’inscrit aussi dans la vision du Chef de l’Etat S.E. Maréchal Idriss Déby Itno et de ses pairs des Etats Membres de la Commission du Bassin du Lac Tchad qui veulent léguer à l’humanité le Lac Tchad comme un site du patrimoine mondial en raison du caractère exceptionnel de son paysage culturel et naturel. La proposition d’inscription du « Paysage culturel du Lac Tchad » sur la Liste du patrimoine mondial a été déposée par les quatre pays riverains du lac (Cameroun, Niger, Nigéria et Tchad) le 28 janvier 2020. Elle sera examinée lors de la 45ème session du Comité du patrimoine mondial qui se tiendra en 2021.

 

Contacts:

Odinakachi, Jean Philippe : jp.odinakachi@unesco.org 

Eko'o, Vanessa : vl.ekoo-mbeng@unesco.org