Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Des esprits critiques pour des temps critiques, thème de la Journée mondiale de la liberté de la presse

02 Mai 2017

Des esprits critiques pour des temps critiques : le rôle des médias dans la promotion de sociétés pacifiques, justes et inclusives : tel est le thème de la principale célébration de cette édition de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai. L’événement aura lieu à Djakarta (Indonésie) du 1er au 4 mai.

Le programme de cette conférence de quatre jours vise à mettre en avant l’importance d’un journalisme libre et s’appuyant sur des faits pour promouvoir la paix, la justice et soutenir l’efficacité, la responsabilité et la caractère inclusif des institutions, conformément à l’Objectif de développement durable n°16 adopté par les Nations Unies. Cet événement est organisé par le gouvernement indonésien et le Conseil de la presse indonésienne.

Les célébrations du 3 mai seront ouvertes par le Vice-Président de la République d’Indonésie, Jusuf Kalla, et par la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. La session plénière aura pour thème La qualité du journalisme : un bien public pour des sociétés justes, pacifiques et inclusives. Par ailleurs, six sessions parallèles traiteront de thèmes tels que les médias et l’information comme remparts contre les discours de haine, l’inclusion et l’égalité des genres ou encore l’extrémisme violent. La liberté de la presse en Asie du Sud-Est donnera lieu à une session spécifique.

Dans la soirée du 3 mai, Irina Bokova décernera l’édition 2017 du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano à Dawit Isaak, un journaliste érythréen emprisonné qui sera représenté par sa fille, Bethelem Isaak, au cours d’une cérémonie organisée par Joko Widodo, le Président indonésien.

Dans la matinée du 4 mai sera organisée une deuxième session plénière intitulée Coup de projecteur sur le journalisme d’investigation : Perspectives depuis l’Asie du Sud-Est et au-delà. Elle sera suivie par six sessions parallèles consacrées notamment à l’impact des « fausses informations » [fake news] sur le journalisme, à la sécurité des journalistes et à l’universalité sur Internet.

La liberté artistique, un principe inscrit dans la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, sera abordée au cours de trois sessions organisées le 2 et le 4 mai.

Parmi les intervenants à la conférence figurent notamment José Ramos-Horta, ancien Président du Timor-Leste et lauréat du Prix Nobel de la paix 1996 ; Richard Gingras, Vice-Président des actualités chez Google ou encore Oscar Cantu Murguia, journaliste du Norte, le journal mexicain qui a dû cesser ses activités suite au meurtre de l’une de ses journalistes,  Miroslava Breach.

Les principaux sujets de préoccupation abordés pendant cette conférence seront reflétés dans la Déclaration de Djakarta, que les participants devraient adopter à l’issue de l’événement.

Une conférence sur les travaux universitaires sur la sécurité des journalistes sera également organisée par l’Université baptiste de Hong-Kong.

Une trentaine de partenaires contribuent à la Journée mondiale de la liberté de la presse 2017 au cours de laquelle seront organisées des sessions de formation, des ateliers et des tables-rondes auxquelles prendront part plus de 1200 participants.

Quelque 80 autres événements sont organisés cette année dans le cadre de la Journée mondiale de la liberté de la presse et des médias de premier plan tels que Al Jazeera, El País ou Rappler prévoient des contenus liés à la Journée. Une campagne de sensibilisation a été lancée par le réseau Dessins pour la paix sur l’importance de la liberté d’expression à travers une série de dessins de presse.

***

Contact médias : Ming Kuok Lim, mk.lim@unesco.org; +62-21 7399818