News

Une étude régionale vise à améliorer la représentation du patrimoine mondial africain

27/08/2020
11 - Sustainable Cities and Communities
17 - Partnerships for the Goals

L'Ambassade d'Éthiopie à Asmara : une ville africaine moderniste, site du patrimoine mondial en Érythrée ©UNESCO/Karalyn Monteil

Le Fonds pour le patrimoine mondial africain (FPMA) et l'Ecole du patrimoine africain (EPA) ont organisé un atelier régional virtuel de validation le 26 août 2020 pour le rapport d'étude thématique sur les lacunes en amont des biens africains sur la Liste du Patrimoine mondial intitulé « Elaboration des propositions d’inscription des biens africains sur la Liste du patrimoine mondial. » L'atelier a rassemblé des experts et des partenaires du patrimoine mondial africain, dont des représentants du Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO (WHC) et du Bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est, de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), du Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) et du Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), et le Centre pour le développement du patrimoine en Afrique (CHDA), afin d'identifier les lacunes thématiques et régionales de la Liste du patrimoine mondial en Afrique et de proposer une liste de projets de candidature prioritaires qui pourraient faire l'objet d'un soutien technique et financier au cours des 6 prochaines années (2021-2026).

L'étude, intitulée « Définir les biens sur la Liste du patrimoine mondial en Afrique : Une étude d’analyses des lacunes 2020, » s'est penchée sur la faible représentation des sites africains du patrimoine naturel et culturel sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, qui est actuellement de 12 %, ou 137 des 1121 sites du patrimoine mondial étant situés en Afrique. L'étude a également analysé les types de biens inscrits, qui comprennent 89 sites culturels, 42 sites naturels et 6 sites mixtes, ainsi que les possibilités d'expansion en termes de régions géographiques, de catégories et de sous-catégories.

Sur les 11 pays africains qui n'ont pas de sites du patrimoine mondial, 5 se trouvent en Afrique de l'Est - les Comores, Djibouti, le Rwanda, la Somalie et le Soudan du Sud - et sont confrontés à des difficultés pour proposer l'inscription de biens du patrimoine mondial, allant des limitations financières aux conflits et à l'insécurité.

« Le manque de ressources financières nationales pour soutenir l'élaboration des dossiers de nomination ne devrait pas empêcher les pays d'avoir des sites du patrimoine mondial, » a déclaré Mme Karalyn Monteil, Spécialiste du programme Culture du Bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est, qui a encouragé le Fonds pour le patrimoine mondial africain à soutenir en priorité les pays qui n'ont pas encore de biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial.

L'atelier a discuté des nouveaux domaines thématiques pour les nominations, tels que le patrimoine africain moderne, et a également abordé les possibilités d'inscrire davantage de sites liés à l'esclavage et à la traite des esclaves, le Mouvement de libération du patrimoine africain et les villes influencées par la colonisation. Les participants ont également posé la question de l'étendue considérable de la protection du patrimoine naturel en Afrique et ont donné des exemples tels que la République-Unie de Tanzanie, dont on estime qu'un tiers de son territoire se trouve dans des zones protégées au titre de la Convention du patrimoine mondial, avec des sites tels que le Parc national du Kilimandjaro, la Réserve de gibier de Selous, le Parc national du Serengeti et la Zone de conservation du Ngorongoro.

L'atelier s'est conclu par une réflexion sur le soutien nécessaire pour la suite des opérations, qui comprend la sensibilisation et le renforcement des capacités.

En Afrique de l'Est, qui abrite 34 sites du patrimoine mondial, des dossiers de proposition d'inscription sont actuellement en cours de préparation par de nombreux états d'Afrique de l'Est parties à la Convention du patrimoine mondial, notamment les Comores, Djibouti, l'Éthiopie, le Kenya, Madagascar, le Rwanda, le Soudan du Sud et l'Ouganda, tandis que d'autres pays préparent ou mettent à jour leurs Listes indicatives de sites potentiels du patrimoine mondial.

Notre Bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est soutient les Comores, Djibouti, le Rwanda et le Soudan du Sud dans la préparation de leurs premiers dossiers de proposition d'inscription, et nous nous réjouissons de soutenir la Somalie, le plus récent État partie à la Convention du patrimoine mondial, alors qu'elle fait ses premiers pas vers l'identification de sites potentiels du patrimoine naturel et culturel à inclure dans sa liste indicative du patrimoine mondial.

Mme Ann Therese Ndong-Jatta, Directrice du Bureau Régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est

Pour plus d'informations sur la Convention du patrimoine mondial et le processus de nomination, veuillez consulter le site http://whc.unesco.org/.