Des filles utilisent la technologie pour résoudre des problèmes de leurs communautés lors de la nouvelle formation « Technovation Idea Lab »

27/07/2020

« La technologie a joué un rôle dominant dans l’éducation tout au long de cette pandémie qui a mis en lumière de profondes fractures numériques et entre les genres », affirme Stefania Giannini, Sous-Directrice générale de l’UNESCO pour l’éducation. « Le moment est venu de donner aux filles la confiance et les compétences nécessaires pour utiliser la technologie et soutenir leurs écoles et leurs communautés afin qu’elles se reconstruisent en mieux et autrement. »

Technovation, partenaire de la Coalition mondiale pour l’éducation de l’UNESCO, lance aujourd’hui le Technovation Idea Lab, un espace de rencontre qui permettra à la communauté mondiale de tester de nouvelles approches et idées de programmes auprès d’un groupe réduit d’apprenants, de bénévoles et de membres du personnel de Technovation. L’objectif principal est de comprendre comment ralentir, voire arrêter la perte d’apprentissage chez les élèves déscolarisés.

Un premier programme destiné aux filles

La première édition du Technovation Idea Lab débute ce 27 juillet et s’achèvera le 28 août 2020. Elle est organisée en partenariat avec la Coalition mondiale pour l’éducation de l’UNESCO et d’autres organismes d’apprentissage du monde entier.

Le projet pilote sera consacré à l’intelligence artificielle (IA), et rassemblera des filles âgées de 10 à 18 ans vivant au Brésil, en Inde, au Kenya, au Mexique, au Nigéria et au Pakistan. La participation est gratuite, mais les participantes ainsi que les cadres bénévoles doivent pouvoir accéder à Google Classroom sur Internet. Vous êtes intéressé(e) ? Inscrivez-vous ici.

Les participantes découvriront l’intelligence artificielle (IA) et son fonctionnement, et élaboreront le plan d’une invention d’IA capable de résoudre un problème qu’elles auront identifié dans leur communauté. Elles apprendront également à construire leur propre modèle d’IA.

Le but de ce premier projet est d’autonomiser et d’accompagner les filles dans des programmes autodirigés d’entrepreneuriat dans le domaine de la technologie, en faisant appel à des tuteurs du secteur qui serviront de modèles aux filles et renforceront leur motivation tout au long de ce programme de plusieurs semaines.

Des possibilités de tutorat

Les filles pourront interagir avec des tuteurs du monde entier et d’autres élèves de leur pays, et apprendre de ces échanges.

Parmi les tuteurs, figurent des bénévoles d’Ericsson, d’Uber (toutes deux membres de la Coalition mondiale pour l’éducation de l’UNESCO) et de SAP, qui accompagneront et encourageront les filles en fonction de leur domaine d’expertise.

Selon leur intérêt et leur disponibilité, les tuteurs aideront à répondre aux questions des filles tout au long de la formation, leur transmettront des ressources pédagogiques et consacreront des heures de bureau à échanger avec elles et à leur fournir des conseils sur les perspectives de carrière.

La Micro:bit Educational Foundation a quant à elle donné des micro:bits (dispositifs utilisant des logiciels en accès libre pour apprendre la créativité et le codage) qui seront offerts aux filles qui auront réalisé un travail exceptionnel lors des cinq semaines de formation. 

Pourquoi maintenant ?

« Un communiqué récent des Nations Unies indique que les filles et les femmes sont les principales cibles de cette pandémie », rappelle Tara Chklovski, PDG et fondatrice de Technovation. « Nous sommes fiers de nous associer à l’UNESCO ainsi qu’à la communauté et à des partenaires du secteur privé du monde entier, et nous sommes résolus à faire tout notre possible pour soutenir les groupes vulnérables et faire en sorte que les progrès réalisés par l’humanité dans le secteur de l’éducation et de l’égalité ne soient pas anéantis ».

« De nombreux facteurs ont des répercussions sur l’éducation et l’apprentissage des filles, facteurs qui s’aggravent pendant les périodes d’incertitude telles que la pandémie de COVID-19. Le fait de proposer aux filles un programme d’enseignement intéressant, reposant sur des projets, qui leur permet de contribuer et de conduire le changement dans leurs communautés grâce à la technologie est un moyen de lutter contre les conséquences négatives de cette pandémie sur l’éducation », souligne Mme Chklovski.

« Notre collaboration avec Technovation dans le cadre de la Coalition mondiale pour l’éducation ouvre la voie aux filles pour devenir des leaders créatifs ayant leur mot à dire dans la mise en place de systèmes éducatifs plus inclusifs et plus sensibles au genre dans l’avenir », affirme Mme Giannini.

Les organismes partenaires de ce projet comprennent Edufun Technik, CRUIZ BIZ, Brainfacio, Data Science Nigeria, Odyssey Educational Foundation et Godigitech au Nigéria, Safaricom au Kenya, le Pakistan Science Club au Pakistan, l’Instituto Paramitas au Brésil, et Scientax, Icommunity, Mentoralia AC et l’Instituto de Innovación Mentes en Movimiento au Mexique, ainsi que des individus dévoués qui encadrent ce programme dans leurs communautés locales.

Au pic de la pandémie, plus de 1,5 milliard d’apprenants dans le monde ont vu leur éducation perturbée suite aux fermetures des établissements scolaires liées au COVID. Dans le cadre de la Coalition mondiale pour l’éducation, le programme phare Égalité des genres a été mis en place afin de préserver les progrès réalisés dans les domaines de l’égalité des genres et de l’éducation, et de favoriser l’autonomisation des filles et des femmes dans et par l’éducation.