News

Financement de l'Agence mondiale antidopage par les États-Unis et la loi Rodchenkov : implications pour la Convention internationale contre le dopage dans le sport

26/08/2020

Communiqué du Bureau de la septième Conférence des Parties
 

À la lumière de la pandémie de la COVID-19, les principes fondamentaux d'intégrité, d'éthique et de dialogue sont plus que jamais nécessaires dans tous les domaines d'action. Ces principes font partie intégrante de la Convention internationale contre le dopage dans le sport de l’UNESCO (2005), l’instrument international prééminent concernant la prévention du dopage dans le sport.

Le Bureau est au courant du fait que le législateur des États-Unis est en train d’examiner la loi Rodchenkov qui contient des mesures à prendre contre ceux qui cherchent à influencer le résultat des compétitions sportives en utilisant des substances dopantes interdites. Le Bureau a également pris note que le Bureau de politique nationale du contrôle des drogues (ONDCP) des États-Unis a publié un rapport contenant une série de recommandations à la législature des États-Unis concernant l'Agence mondiale antidopage (AMA).

Le Bureau note que les États parties, y compris le gouvernement des États-Unis, se sont engagés à prendre des mesures pour atteindre les objectifs de la Convention en adoptant des lois, réglementations, politiques ou pratiques administratives, soulignant que ces mesures seront conformes aux principes du Code Mondial Antidopage, et pour soutenir l'importante mission de l'AMA dans la lutte internationale contre le dopage.

Gardant à l'esprit l'importance de la coopération internationale dans la protection de l'éthique, de l'intégrité et des valeurs universelles du sport, le Bureau encourage une approche multilatérale, fondée sur le dialogue, favorisant la convergence et l'harmonisation, tout en veillant à ce que les dispositions de la Convention soient appliquées et respectées.

Compte tenu de son mandat confié par la Conférence des Parties, le Bureau prendra toutes les mesures nécessaires pour faciliter et renforcer la collaboration avec toutes les parties prenantes concernées - aux niveaux national et international - pour traiter ces questions.

Contexte

L'importance de la Convention est soulignée par le fait que 189 États parties ont ratifié cet instrument international, sa mise en œuvre étant supervisée par la Conférence des Parties («COP»), l’assemblée collective des États parties.

La COP a chargé le Bureau de jouer un rôle central en facilitant l'engagement, en fournissant des informations stratégiques au nom de la COP et en garantissant une mise en œuvre agile, robuste et galvanisée de la Convention. Le Bureau est chargé, en outre, de renforcer la coopération avec toutes les parties prenantes impliquées dans la lutte contre le dopage dans le sport.

Le Bureau assurera le suivi des résolutions adoptées par la COP7 et élaborera des recommandations à l’attention des États parties qui tiendront également compte de l'entrée en vigueur du Code mondial antidopage le 1er janvier 2021.