Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Le Fonds d’Urgence pour le patrimoine de l’UNESCO finance une évaluation des dommages au Koutammakou (Togo)

08 Février 2019

togo_takienta.jpg

© UNESCO/Banléman Kombaté

À la suite des pluies diluviennes survenues en août 2018 dans le nord-est du Togo, l’UNESCO a conduit une mission d’urgence dans le site du patrimoine mondial du Koutammakou, le pays des Batammariba, afin d’évaluer l’étendue des dégâts occasionnés sur les Takienta, maisons à tour en terre à deux étages se distinguant comme étant l’une des structures architecturales les plus rares au monde.

La mission, qui comprenait trois experts internationaux accompagnés de quatre experts nationaux, a visité les villages de Bassamba, Warengo, Pimini et Nadoba, et tenu des consultations entre autres avec les communautés locales des Batammariba, le préfet de la Kéran, le ministre de la Culture du Togo et le service national de la météorologie. 
La mission a pu constater l’effondrement partiel ou complet de plusieurs Takienta, la perte de vivres et de bétail, et la dégradation de terres cultivables. Le patrimoine culturel immatériel des communautés locales a également été fortement affecté, des Takienta abritant des autels en l’honneur des ancêtres des Batammariba ayant été endommagées. 
Construites par les Batammariba ou « ceux qui façonnent la terre », les Takienta, avec leur toit de chaume conique et leur toiture plate, sont un trait marquant du paysage du nord-est du Koutammakou, bien inscrit sur la Liste du patrimoine mondial depuis 2004. 
Ces Takienta, qui font partie d’un paysage vivant évolutif, sont d’une grande importance pour les Batammariba dont elles symbolisent l’âme. Elles servent de temples pour les dieux et les ancêtres et sont au centre de plusieurs cérémonies funéraires ou d’initiation. 
Antoine Batchien, chef du village de Bassamba, a déclaré: « Ces dégâts ont affecté ma dignité, ma personne, mon âme. Si une Takienta est détruite, cela signifie qu’un élément central de notre vie est atteint, affectant notre univers spirituel. » 
Avec autant de « maisons mères » (habitations dans lesquelles ont lieu les rites d’initiation) fortement endommagées ou risquant de s’effondrer, les Batammariba ont soulevé leurs inquiétudes quant à la tenue des rites d’initiation prévus pour février 2019.
Des maçons et artisans locaux ont été engagés dans le cadre d’un effort communautaire pour restaurer les « maisons mères » des villages de Koutougou, Nadoba et Warengo à la suite des recommandations pour des mesures urgentes formulées par la mission de l’UNESCO, dans l’espoir de pouvoir organiser les cérémonies d’initiation à temps. 
Des recommandations additionnelles ont été formulées, dont l’élaboration d’un plan d’intervention d’urgence pour un inventaire et une carte permettant de localiser les Takienta, ou encore l’installation d’un système d’alerte précoce en collaboration avec les services nationaux de la météorologie. 
La mission au Togo a eu lieu du 19 au 24 octobre 2018 et a été rendue possible grâce au soutien du Fonds d’Urgence pour le patrimoine de l’UNESCO