Le Fonds d'Urgence de l'UNESCO pour le Patrimoine soutient la réponse post-séisme dans la province de Kermanshah en Iran

dsc_0237_.jpg

© UNESCO / Maria Rita Acetoso
11 Janvier 2018

Le 12 novembre 2017, un tremblement de terre d'une magnitude de 7.3 a frappé la province iranienne de Kermanshah, ainsi que d'autres régions voisines près de la frontière irakienne, faisant des centaines de victimes et entraînant le déplacement de milliers d'autres personnes. D'autres séismes et répliques ont suivi depuis, laissant le pays dans un état d'urgence.

En plus de causer d'énormes pertes de vies et de moyens de subsistance, le tremblement de terre a eu un impact important sur le patrimoine culturel du pays. Grâce au soutien du Fonds d’Urgence de l'UNESCO pour le Patrimoine, une mission d'experts a été déployée dans les zones touchées, du 13 au 21 décembre derniers, afin d'évaluer les dégâts et d'identifier les besoins de sauvegarde d'urgence pour les sites menacés d'effondrement.

M. Mohammad Hassan Talebian, qui a dirigé la mission du côté de l'Organisation iranienne du patrimoine culturel, de l'artisanat et du tourisme (ICHHTO), a salué le soutien du Fonds d'Urgence pour le Patrimoine de l'UNESCO: «La rapidité de la réponse de l'UNESCO sur le terrain démontre la capacité de l'Organisation à répondre efficacement aux situations d'urgence, et de soutenir des Pays, comme l’Iran, dans les efforts visant à récupérer la perte du patrimoine culturel à la suite de catastrophes» a dit-il.

La mission - menée par Esther Kuisch-Laroche, Directrice du Bureau de l'UNESCO à Téhéran, et Maria Rita Acetoso (Bureau de l'UNESCO à Kaboul), avec des représentants de ICHHTO - a montré que de la Citadelle de Gabri (Sarpol-e Zahab); la citadelle historique de Gilan-e Gharb (ville de Gilan-e Gharb); le complexe de tombes d'Aboudujaneh (Dalahoo); et la mosquée Abdullaheb-e-Omar (Dalahoo) figurent parmi les sites les plus touchés. Des dommages ont également été évalués dans certains sites situés dans la ville de Kermanshah, tels que le complexe Moavenalmolk Tekie.

Cependant, les plus anciens pétroglyphes du pays, le relief rocheux d'Anubanini, et le fort TaqeGara à Sarpol-Zahab, ont survécu à l'impact du tremblement de terre.

Les résultats de la mission d'évaluation contribueront à l'identification des ressources techniques et financières requises dans la phase de rétablissement, et incluront une série de recommandations pour atténuer le risque sismique sur les sites clés.

Le Fonds d'Urgence pour le Patrimoine, mécanisme de financement multi-donateurs pour la protection du patrimoine dans les situations d'urgence, a été créé par l'UNESCO en 2015 et soutient depuis lors des interventions répondant à des situations d’urgence affectant le secteur culturel, tels que les conflits en Syrie, Irak et Yémen, les tremblements de terre en Equateur et au Myanmar, les ouragans dans les Caraïbes et les inondations au Pérou.