Les Formateurs des Tisserands de la paix ont acquis de compétences complémentaires

18/09/2021

Du 6 au 11 septembre 2021, le Bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique centrale a organisé un atelier de renforcement des capacités pour les formateurs de jeunes tisserands de la paix au Cameroun. Cette formation a été organisée à Ebolowa, le chef-lieu de la Région frontalière, Sud du Pays. L’Atelier a réuni 20 formateurs issus d'institutions gouvernementales, d'ONG et d'associations de jeunes.

La formation a été organisée dans le cadre du projet de consolidation de la paix largement connu sous son appellation "Les jeunes, tisserands de la paix", mis en œuvre dans les régions transfrontalières du Gabon, du Cameroun et du Tchad.

Soutenu par le Fonds des Nations Unies pour la consolidation de la paix (PBF) et l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), le projet, d'une durée de 24 mois, met en place un réseau de 1800 jeunes Tisserands de la paix, qui seront des acteurs de la consolidation de la paix et de la prévention de l'instabilité liée aux trafics illicites dans les régions transfrontalières des trois pays. Le projet permettra également d'accompagner 160 jeunes dans des projets d'entrepreneuriat social.

Pour que les jeunes tisserands de la paix jouent efficacement leur rôle de bâtisseurs de paix dans leurs communautés, leurs capacités sont renforcées. Pendant 6 jours de formation, un ensemble d'instructeurs, de coachs et de mentors compétents des régions du Nord, de l'Extrême-Nord et du Sud ont participé à diverses sessions de formation pour acquérir des capacités sur la gestion des conflits, les droits de l'homme, la lutte contre la radicalisation, la détection et la prévention des trafics illicites.


Les formateurs des tisserands de la paix en groupe de travail pendant l'atelier de " formation des formateurs..." à Ebolowa le 6 Septembre 2021
© UNESCO / Abel WINAMOU

À l'issue de cette formation, ils retourneront dans leurs communautés pour mobiliser d'autres jeune tisserands de la paix, renforcer leurs capacités en transférant les connaissances reçues et travailler avec eux pour garantir l'efficacité des mécanismes d'alerte précoce mis en place dans leurs localités pour prévenir les conflits et la violence.

Cette formation fait partie d'une série de soutiens au renforcement des capacités qui auront lieu dans les trois pays, le Gabon, le Cameroun et le Tchad, qui font partie de cette initiative visant à réduire la criminalité et l'extrémisme violent dans leurs communautés frontalières communes.