Le Forum sur la gouvernance de l'Internet ouvre sa réunion annuelle à l'UNESCO en plaidant pour un « Internet de la confiance »

12 Novembre 2018

igf_2.png

© UNESCO

Le Forum sur la gouvernance de l'Internet a lancé le 12 novembre à l'UNESCO un appel en faveur d’un Internet de la confiance.  La Directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, a ouvert la séance aux côtés du Président français Emmanuel Macron et du Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres.

Dans son intervention, la Directrice générale a rappelé que l'UNESCO défend une approche ouverte, transparente et inclusive de la gouvernance de l'Internet, garantissant l'accès universel et le respect des droits de l'homme et des principes éthiques, notamment la liberté d'expression en ligne, le respect de la vie privée et la diversité culturelle et linguistique.

Elle a également souligné la nécessité d'une réflexion internationale sur l'éthique des technologies nouvelles et émergentes. « L'UNESCO, ce forum universel qui a l'éthique au cœur de son mandat, soutient un dialogue mondial sur les principes éthiques de l'intelligence artificielle, après les grands principes normatifs établis à l'UNESCO sur l'éthique des biotechnologies », a déclaré Audrey Azoulay.

Le Secrétaire général António Guterres a félicité l'UNESCO pour ses efforts visant à relever les défis posés par les nouvelles technologies. « Cette quête de sagesse et d'innovation nous amène aujourd'hui à l'UNESCO, qui nous a aimablement invités, et entre ses murs résonnent chaque jour des débats sur l'éthique, l'intelligence artificielle et le savoir numérique ».

Il faut, a poursuivi le Secrétaire général, que les technologies concourent à la promotion des valeurs humaines fondamentales. « De nouvelles possibilités s’offrent à nous. Les solutions numériques transforment les vies et nous devons redoubler d’efforts pour atteindre les Objectifs du développement durable. »

Le Président Macron a pour sa part appelé à un cyberespace sûr et inspirant la confiance. « Nous voulons un Internet libre, ouvert, sûr et sécurisé.  Nous voulons que tout le monde y ait accès, mais nous voulons aussi que nos valeurs soient défendues par Internet », a souligné le président. 

Jusqu'au 15 novembre, le Forum examinera les moyens de créer un réseau de confiance qui contribue au développement durable et à l'édification de sociétés du savoir inclusives et de véhiculent pas des campagnes qui répandent la haine et les divisions. Plus de 3 000 participants sont réunis pour débattre des derniers développements dans le domaine de la gouvernance de l'Internet au cours de plus de 150 sessions.

Parmi les sujets à l'ordre du jour figurent la fracture numérique, l'égalité des genres, l'impact de l'intelligence artificielle et des technologies frontalières, ainsi que les questions de cyber sécurité, de lutte contre les discours haineux et l'extrémisme violent.

Le Forum sur la gouvernance de l'Internet promeut le dialogue et encourage l'échange d'idées afin d'améliorer la façon dont l'Internet est gouverné, de protéger la dignité humaine et de favoriser la confiance.